Colloque: « La figure et son lieu dans la peinture du Tre-Quattrocento, Mnémonique et poétique », INHA, salle Vasari, les 16 & 17 mars 2017

Colloque organisé par Anne-Laure Imbert (Université Paris 1, HiCSA, CHAR)

 

Giovanni di Paolo, Sainte Claire intervenant miraculeusement pour sauver un enfant d’un loup, 1455. Museum of fine Arts, Houston.

 

Dans son traité Secretum de thesauro experimentorum ymaginationis hominum rédigé autour de 1430, Giovanni Fontana affirme : « Non c’è arte o scienza che sia piu simile alla pittura della memoria artificiale ». L’affirmation d’une telle similitude ne signifie pas que l’on ait pensé l’art de la mémoire toujours avec une connaissance pratique de la peinture : ni au Trecento, au Quattrocento, ni dans nombre des travaux qui ont remis en lumière les principes de lars memoriae depuis un demi-siècle. Les peintres ont-ils pensé l’image en fonction d’une connaissance directe des traités de l’art de mémoire ? Question guère plus évidente…

Pourtant, la diffusion nouvelle d’une pensée de la production d’images mnémoniques suivant la tradition de la Rhétorique à Herennius semble bien liée au climat artistique qui, dès l’aurore de la maniera moderna,  va introduire un jeu entre la figure et son lieu, une reconnaissance active des principes qui fondent la dimension mémoriale de l’image comme dynamique d’invention, et force poétique. Mieux, s’il est clair que le régime mnémonique qui coordonne l’image au Trecento cède plus tard la place à une régie spatiale et mathématique, que l’on peut penser liée au primat de  l’historia, la capacité mnémonique et la capacité mimétique, voire, la faculté de raconter, se développent bien ensemble, et finalement, la fonction spécifique de l’image mémoriale demeure active, chez de nombreux peintres du Quattrocento, dans une relation instable avec le nouveau sens de la spatialité.

Les questions que nous tenterons de résoudre sont donc multiples :

Mesurer l’efficace d’une lecture des œuvres en fonction des principes de l’art mnémonique ; interroger les médiations diverses qui mènent cet art de la mémoire dans l’atelier du peintre ; analyser la dynamique concrète du jeu qui s’introduit entre la figure et les cases mnémoniques, entre la figure et la composition du lieu, mais aussi, entre l’ensemble lieu/figure et  l’architecture réelle (du retable, du mur d’église, de palais) qui en conditionne la lecture. Les motifs qui investissent une pratique de l’ars memoriae (diagrammes, arbres, roues…) seront aussi interrogés comme témoins indiscutables d’une logique de lecture spécifique. Enfin, l’exploration des frontières temporelles où le régime mnémonique s’affronte ou se conjugue avec d’autres régies, comme celle de la spatialité albertienne, sera menée dans nombre de communications qui établissent leur champ d’étude à la frontière du XIVe et du XVe siècles.

Ce questionnement est ouvert. Au cours du colloque sera visionné et discuté avec son réalisateur Andy Guérif un film, récent,  Maestà, La Passion du Christ, qui a remis en mouvement la « maison de poupée » que constitue, pour le dire avec Panofsky, la Maestà de Duccio : les cases de la structure mnémonique interagissent, s’éveillent, l’une après l’autre, ou en même temps, les décors révèlent la continuité des lieux qui ouvrent une communication limitée d’une case à une autre, tandis que d’autres frontières sont infranchissables. Les figures animées disparaissent dans un décor dont l’artifice éclate, mais qui est parcourable… Nous voudrions que notre enquête assume de même une saine dimension expérimentale, confrontée à la réalité empirique des images, pour entrer dans leur dynamique et mesurer sensiblement les limites et les contours d’une certaine logique de l’imagination.

.

Affiche en pdf

Programme en pdf

.

Programme

JEUDI 16 MARS

10h /  Ouverture et présentation du colloque : Anne-Laure Imbert

 

——————–Culture mnémonique——————–

présidente de séance : Anne-Laure Imbert (Université Paris 1, HiCSA, CHAR)

10h30 /  Bertrand Cosnet (Tours, CESR)- La personnification au Trecento : Etenim corpus intellegi sine loco non potest

11h45 / Naïs Virenque (Université de Lyon 3 / Tours, CESR)- Un arbore de Dio è piantato / Lo quale amore è nominato : l’arbre, garant mnémotechnique de la foi dans la peinture italienne aux XIVe et XVe siècles

12h30  pause déjeuner

 

——————–La figure et son lieu : iconographie et spiritualité ——————–

président de séance : Philippe Morel (Université Paris 1, HiCSA, CHAR)

14h00 /  Angèle Tence (Université Paris 1, HiCSA, CHAR)- Trajectoire, lieu et « non-lieu » dans quelques Chutes des anges rebelles (XIVe-XVe siècles)

14h45 /  Clémence Legoux (Université Paris 1, HiCSA, CHAR)- La Vierge, la grotte et la mandorle : le lieu virginal dans les Nativités du Trecento et Quattrocento

15h30 / Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1, HiCSA, CHAR)- Détail étrange, détail insolite : l’imagination au service de la mémoire dans les représentations du lieu érémitique au Quattrocento

16h15 / pause café

16h45 / Anne-Laure Imbert (Université Paris 1, HiCSA, CHAR)- Le lieu chez Giovanni di Paolo, entre mnémonique et poétique

17h30 / Delphine Rabier (Tours, CESR)- Méditation, mémorisation et contemplation. Le panorama de la Passion de Hans Memling et la dévotion moderne (Gérard Groote et Gérard Zebolt de Zutphen)

18h15 / fin des travaux

 

VENDREDI 17 MARS

———–L’architecture des images : art mnémonique, espace, scénographie———-

Président de séance : Jean-Philippe Antoine (Université Paris 8, EPHA)

9h30 / Daniel Russo (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier)- L’art de la composition sur la Maestà de Duccio. Cubes scéniques et rhétorique de la mémoire.

10h15 /  Anna Little (Tours, CESR)- L’escalier : motif clef de la réinvention du lieu dans la peinture des Tre-Quattrocento

11h00 pause café

11h30 /  Livia Lupi (University of York)- Rhétorique du lieu : art de la mémoire et architecture dans la peinture italienne des Tre-Quattrocento

12h15 / Cyril Gerbron (Université de Grenoble-Alpes)- Le lieu de / dans l‘image : sur une Annonciation de Fra Angelico

13h00 / pause déjeuner

 

——————–Réinventer l’art de mémoire——————–

Président de séance :  Daniel Russo (Université de Bourgogne, Centre G. Chevrier)

14h00 / Jean-Philippe Antoine (Université Paris 8, EPHA)- L’envers du White Cube ou le retour de Giotto spazioso

14h 45 / présentation du film d’Andy Guérif, Maestà, La Passion du Christ (2015)

15 h /  projection du film

16h /  table-ronde avec le réalisateur, Andy Guérif, animée par Daniel Russo et Anne-Laure Imbert

16h30 / discussion générale et conclusion du colloque

17h /  café d’adieu

 


Vous aimerez aussi...