7e Festival de l’histoire de l’art : la Nature et les Etats-Unis, château de Fontainebleau, du 2 au 4 juin 2017

Thème : Nature

Le Festival de l’histoire de l’art propose d’explorer le thème de la nature dans ses aspects les plus variés. La notion de nature sera entendue dans son sens large, comme l’ensemble des êtres et des réalités qui environnent l’homme. Comme telle, la nature englobe une grande partie de l’activité scienti que, investit la pensée mythico-religieuse, stimule l’imaginaire et sert de référence à l’esthétique. A travers les médiums artistiques et les domaines de l’histoire de l’art les plus variés, sans restrictions chronologique ou spatiale, la nature sera interrogée autant comme inépuisable pourvoyeuse de formes à imiter que comme modèle d’activité créatrice.

La nature en ordre. Fondement de la beauté et de la morale, victoire sur le chaos, la nature est très souvent perçue comme un grand système de signes à déchiffrer et suscite bien des interprétations. Glorifiée comme un ensemble parfaitement ordonné, elle peut néanmoins laisser surgir des exceptions qui confirment ou perturbent les certitudes.

La nature mise en scène. Le principe qui veut que l’art tire son excellence de son rapport à la nature a entraîné toutes sortes d’effets de trompe-l’œil, de dissimulation et d’illusion qui touchent parfois à l’artifice, ce qui se vérifie tant dans l’art des jardins que dans les spectacles optiques, sans parler des interventions et des appropriations opérées par des artistes contemporains, que ce soit in situ, sur un territoire privé ou au sein de leur atelier. Des jardins aux cabinets de curiosités, des représentations de la nature (natures mortes, paysages, allégories…) à l’art environnemental, de l’Arte Povera à l’EarthArt…, la mise en scène de la nature ouvre de nombreuses pistes de réflexion.

La nature comme environnement. La nature est aussi un milieu, un habitat, une force active, un corps vivant à l’œuvre, dont des peintres, des graveurs, des photographes, des cinéastes et des performeurs ont montré qu’elle pouvait tour à tour être apaisante, consolatrice, généreuse, protectrice, merveilleuse, indifférente, terrifiante et cruelle.

.

Pays invité : Etats-Unis

Chaque année, le Festival invite un pays à comparer ses méthodes de recherche et d’enseignement, sa politique muséale et sa gestion du patrimoine, avec celles de la France. C’est également l’occasion de présenter l’actualité de la recherche sur l’art du pays. En 2017, les Etats-Unis sont à l’honneur.

Elaborée avec le généreux soutien de la Terra Foundation for American Art, de GRoW @ Annenberg, du J. Paul Getty Trust et de la Samuel H. Kress Foundation, la programmation rend compte du dynamisme de la recherche et de la pluralité des approches. Il sera question des enjeux du Global Art ou du materialist turn comme de la fortune de la visual culture. La spécificité de la politique muséale américaine fait l’objet d’une série de débats. Ainsi de la pratique du deaccessioning, opposée à l’inaliénabilité des collections françaises.

Les intervenants invitent à explorer les lignes d’inclusion et d’exclusion de l’art américain. Parmi d’autres, Richard Powell et Elvan Zabunyan interrogeront l’actualité de l’art africain-américain au regard de l’histoire du racisme. Jonathan Katz retracera la construction de l’identité sexuelle américaine, de Thomas Eakins à Jasper Jones. Jeff Koons, invité d’honneur du FHA, prononcera la conférence inaugurale.

 

 

Programme complet en pdf

 

Programme pour l’histoire de l’art de la Renaissance :

4-L’invention de la nature à la Renaissance par Nadeije Laneyrie-Dagen

Cette conférence émane d’un livre intitulé L’invention de la nature (Flammarion). Il s’agit d’explorer les origines du genre du paysage, c’est-à-dire la constitution au XVe siècle d’un vocabulaire permettant de représenter les terres, les ciels etc. et d’enquêter sur les racines de notre sentiment actuel de la nature, hanté par les questions d’environnement et la peur d’un changement où celle-ci sombrerait.

Vendredi 2 juin, de 14h à 15h Château de Fontainebleau, Salle des Colonnes

.

8-La nature à travers les cabinets de curiosités par Patricia Falguières

Qu’appelle-t-on nature avant la révolution scienti que du XVIIe siècle ? Un tout autre ensemble de phénomènes et de pratiques que ceux que nous associons ordinairement à la nature. Le monde des Anciens : une somme de mouvements placés sous le sceau de la contingence. C’est ce monde inquiet, souvent tragique, que la chambre des merveilles, au milieu du XVIe siècle, vient une dernière fois rassembler.

Vendredi 2 juin, de 15h à 16h Château de Fontainebleau, Salle des Colonnes

.

10-Les pierres dures entre art et nature à la fin de la Renaissance par Fanny Kieffer

À la fin du XVIe siècle, les princes de Florence et de Prague s’intéressent au travail des pierres dures. Les ateliers se concurrencent pour perfectionner différentes techniques, comme le commesso ou la peinture sur pierre afin de produire des objets dans lesquels la nature et l’art fusionnent.

Vendredi 2 juin, de 16h à 17h Château de Fontainebleau, Salon Eugénie

.

14-Jardins des rois, jardins des bêtes à Fontainebleau par Oriane Beaufils et Vincent Droguet

Quelle place l’animal occupe-t-il dans les jardins de Fontainebleau depuis le XVIe siècle ? Cygnes, daims, gazelles de Barbarie, hérons ou encore cormorans ont peuplé les espaces autour du château, élaborés et transformés par les souverains qui s’y succédèrent. L’évolution des jardins et de ses habitants, gibier royal ou animaux d’ornement, conte à sa façon l’histoire

Vendredi 2 juin, de 17h à 18h Château de Fontainebleau, Salle des Colonnes

.

19-Les Médicis étaient-ils verts ? par Antonella Fenech Kroke

La protection de l’environnement dans la création et la gestion de l’État des Médicis fait-elle de ces princes des proto-Verts ? Pour répondre à cette question teintée d’anachronisme, on pensera le mécénat et le collectionnisme médicéens dans le cadre des politiques de contrôle et de développement des ressources naturelles de la Toscane du XVIe siècle.

Samedi 3 juin, de 11h à 12h Théâtre municipal, Foyer

.

20-Le logis royal du château de Loches : un face à face avec l’Indre et la forêt par Solveig Bourocher

Cette communication a pour vocation de présenter les interactions entre les logis royaux du château de Loches construits entre les XIVe et XVIe siècles et le paysage environnant. Le programme architectural et décoratif semble entièrement conçu au regard de l’Indre et de la forêt qui lui font face.

Samedi 3 juin, de 12h à 13h Château de Fontainebleau, Salon Eugénie

.

24-La nature et le sacré dans la peinture de la Renaissance par Cyril Gerbron et Denis Ribouillault

Cette conférence portera sur la signification donnée aux éléments naturels (pierres, animaux, arbres, etc.) par les peintres de la Renaissance. Il s’agira de mettre en exergue le processus herméneutique induit par la peinture, qui engage le spectateur dévôt à métamorphoser son regard sur le monde.

Samedi 3 juin, de 14h à 15h Théâtre municipal, Foyer

.

29-Portrait et animal à la Renaissance par Cécile Beuzelin, Maurice Brock, Vincent Delieuvin et Armelle Fémelat

Poser les questions du rapport entre portrait et animal et/ou du portrait animal à la Renaissance, revient à interroger la conception humaniste de l’ordre et de la hiérarchie des êtres vivants. En particulier celle du rang que l’homme souhaite occuper au sein de la nature.

Samedi 3 juin, de 15h à 16h30 Théâtre municipal, Foyer

.

36-Chaos et Démogorgon. Une genèse païenne revisitée par Philippe Morel

La philosophie de la nature gréco-romaine fait de la séparation des éléments à partir du chaos primordial le moment de naissance de l’ordre de la nature. L’invention médiévale de Démogorgon transforme cette étape initiale en un singulier exercice d’obstétrique cosmogonique.

Samedi 3 juin, de 17 h à 18 h Château de Fontainebleau, Chapelle de la Trinité

.

45-Les Tuileries : expériences d’une nouvelle mise en scène de la nature dans un jardin historique par Isabelle Glais 

Créé par Catherine de Médicis au XVIe siècle, le jardin des Tuileries est connu pour ses perspectives historiques. Depuis la dernière restauration, à la fin du XXe siècle, les projets y concilient de manière innovante trames historiques, biodiversité et écologie. Les expériences actuelles montrent l’importance du travail collaboratif entre maître d’ouvrage, architectes du patrimoine et jardiniers d’art.

Dimanche 4 juin, de 12h à 13h MINES ParisTech, Grand Amphi, bât. B

.

48-Nature en cage(s) : la volière dans le jardin et son imaginaire en France (XVe-XVIIe siècle) par Emmanuel Lurin

On montrera l’importance des volières dans l’organisation des jardins d’agrément en France à la Renaissance en partant d’une analyse architecturale qui interrogera aussi la fonction sociale et la sémantique des lieux, lesquels trouvent de nombreux échos dans les autres arts (peinture, décor, etc).

Dimanche 4 juin, de 16h à 17h Château de Fontainebleau, Salon Eugénie

.

.

Le site du Festival de l’histoire de l’art

.


Vous aimerez aussi...