Soutenance de thèse : Florian Métral, Les figures de la genèse. Représenter la création du monde dans l’art italien de la Renaissance, 9 décembre 2017, Galerie Colbert, salle Jullian, 14 h

Florian Métral a le plaisir de vous inviter à la soutenance de sa thèse de doctorat en histoire de l’art moderne préparée à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne sous la direction de M. Philippe Morel.

Les figures de la genèse.
Représenter la création du monde dans l’art italien de la Renaissance

Résumé

L’émergence de la Renaissance en Italie s’est accompagnée d’un intérêt renouvelé pour la problématique des origines et, plus spécifiquement, de la création du monde. Les figures de la genèse qui imprègnent le discours humaniste, aux XVe et XVIe siècles, n’ont cessé d’exalter la fonction matricielle du mythe cosmogonique pour penser le rapport au temps présent. Les images – en particulier les œuvres d’art – constituent les traces visibles de ces spéculations qui touchent autant les conceptions religieuses et philosophiques relatives au commencement que les moyens visuels, mis en œuvre par les artistes, pour figurer le mystère de la première naissance. La première partie de ce travail consiste en une étude de l’imaginaire de la création du monde aux XVe et XVIe siècles à travers la mise en évidence de son rôle fondamental dans la pratique de l’histoire, la structuration des savoirs sur la nature et l’exercice du pouvoir. Une série d’étude de cas de grands décors peints – de la voûte de la chapelle Sixtine, complétée en 1512, à la sala della Creazione du palazzo Besta, achevée à la fin du Cinquecento – compose la deuxième partie et la troisième partie de cette thèse. À partir de la mise en évidence d’un ensemble de textes et d’images, la quatrième partie de ce travail explore les ressorts poétiques et figuratifs de l’analogie entre la création du monde et le faire artistique. L’investissement théorique de l’iconographie de la création du monde à la Renaissance a été au fondement de la définition de la notion de « création artistique » et de l’œuvre comme monde agencé par l’artiste qui marque la conception moderne de l’art.

Jury
Philippe MOREL, Professeur d’histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
Maurice BROCK, Professeur émérite d’histoire de l’art, Université de Tours
Guillaume CASSEGRAIN, Professeur d’histoire de l’art, Université Grenoble-Alpes
Frank LESTRINGANT, Professeur de littérature, Université Paris-Sorbonne
Ulrich PFISTERER, Professeur d’histoire de l’art, Université de Munich


Vous aimerez aussi...