Parution : L’art de la Renaissance entre science et magie

L’art de la Renaissance entre science et magie, actes du colloque (Paris I, Centre Michelet, 20-22 juin 2002) publiés sous la direction de Philippe Morel, collection d’Histoire de l’Art de l’Académie de France à Rome, Éditions Somogy, Paris,  2006 (552 p., 260 ill.).

Sommaire

Résumé : Science et magie : ces deux notions antagonistes dans notre culture contemporaine cohabitent, se chevauchent jusqu’à se confondre parfois au Moyen Age et à la Renaissance. A ces deux termes aux contours apparemment si tranchés, on peut substituer ceux de connaissance, de description, de création voire d’action, qui permettent d’embrasser et de parcourir l’éventail de savoirs et de procédures trouvant leur pleine expression dans les arts figuratifs. Ceux-ci ne se limitent pas simplement à illustrer ou à transmettre des textes qui livreraient la clef de leurs significations. Ils constituent le terrain même de l’actualisation et de l’accomplissement de ces démarches scientifiques et magiques, la plate-forme de leurs échanges et de leur mise en tension. Léonard de Vinci est la figure emblématique et tutélaire de cette réflexion : il s’attache à une description attentive des moindres phénomènes physiques et à la conception de machines, tout en conférant à son travail artistique une dimension démiurgique, par l’exploration graphique de la matière première du chaos, des paysages primordiaux et des mystères de la nature en gestation, et par l’engendrement tout aussi artistique des formes qu’en extrait son esprit. Les actes de ce colloque, organisé à Paris en 2002, réunissent ainsi un faisceau de points de vue où astrologie, magie (talismans, nigromancie, divination), alchimie, cabale, histoire naturelle et arts mécaniques sont convoqués en regard d’un grand nombre de réalisations artistiques dont l’analyse se trouve sensiblement renouvelée, tant sous l’angle philologique de leurs sources que sous celui de leur contextualisation et de leur interprétation, où l’instrumentalisation politique le dispute à des enjeux plus théologiques ou philosophiques, littéraires ou esthétiques.


Vous aimerez aussi...