Appel à communication: « La corporalité antique et médiévale », Poitiers, le 13 avril 2017, date limite de l’appel le 16 décembre 2016

La corporalité, concept central de nos sociétés, facteur clé pour la compréhension de l’homme et de ce qui l’entoure, se situe au carrefour de nombreuses disciplines : psychologie, histoire, histoire de l’art, archéologie, philosophie, littérature, sociologie, anthropologie, etc., pour ne parler que des sciences sociales. De par son rapport étroit à la spiritualité, au concept d’âme, le corps se trouve au cœur du discours médical, littéraire, philosophique et théologique médiéval. L’Antiquité a elle aussi longtemps disserté sur cette notion ; pensons simplement au corps homérique, à ce qu’en dirent Hippocrate, Platon et Aristote, ou Ovide.

La recherche s’est depuis longtemps intéressée à cette thématique foisonnante, qu’il s’agisse de la question de l’expérience corporelle, de la connaissance du corps et de ses pratiques, du rapport à son corps et à celui des autres, du corps comme support d’identité individuelle et collective. Qu’il soit corps biologique, corps spirituel, corps social, corps en puissance, corps en représentation, ces différents aspects de la corporalité antique et médiévale ont fait l’objet d’études ponctuelles et d’approches plus larges. De nombreux travaux ont déjà permis de faire avancer la recherche : Une histoire du corps au Moyen Âge, de Jacques Le Goff et Nicolas Truong en 2003 ; Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, publié en 2006 sous la direction de Francis Prost et Jérôme Wilgaux aux Presses Universitaires de Rennes ; ou tout récemment l’ouvrage de Jérome Baschet sur la relation entretenue entre le corps et l’âme au Moyen Âge.

Continuer la lecture de Appel à communication: « La corporalité antique et médiévale », Poitiers, le 13 avril 2017, date limite de l’appel le 16 décembre 2016

Journée d’étude: « Outils, ustensiles et accessoires – Les objets de la vie quotidienne en cuivre, bronze et laiton du Moyen Âge à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle) », salle de formation, Sorbonne, le 09 décembre 2016

Depuis quelques années de nombreuses études ont renouvelé nos connaissances sur l’environnement domestique médiéval et moderne, qu’il s’agisse de l’architecture de l’habitat (rural et urbain), de son aménagement intérieur et extérieur, de ses méthodes de construction ou de sa gestion. Elles nous ont éclairé sur les pratiques de vie quotidiennes rythmant la naissance, la vie et la mort des individus, leurs occupations pour se divertir ou entretenir leurs liens sociaux, sur la dévotion individuelle qui les anime, les manières dont ils mangent, dorment, se lavent, s’habillent, travaillent et les causes et conséquences sociales, culturelles, économiques ou politiques qui y président et en découlent.

Autant de pratiques, de tâches ou d’activités rendues inutiles ou impossibles sans le recours à l’outil, à l’ustensile ou à l’accessoire. Très courants, facilement accessibles et généralement sans grande valeur, ils ne semblent avoir bénéficié d’aucun statut spécifique dans le quotidien médiéval ou moderne à en juger par les omissions fréquentes dont ils font l’objet dans les inventaires de biens après décès. L’usage d’alliages de cuivre pour la fabrication de ces objets usuels semble pourtant nuancer cette apparente désinvolture à leur égard. Plus encore que l’emploi de matériaux « qui durent », aisément compréhensible au regard de l’usage auquel ils sont destinés, le choix du cuivre, du laiton ou du bronze semble distinguer à la fois l’objet et son propriétaire. Plus esthétiques que le fer ou l’étain, plus résistants que le bois ou le verre et plus économiques que l’argent ou l’or, ces matériaux semblent avoir engendré des conditions favorisant ou restreignant l’utilisation des objets en fonction de divers prérequis comme le genre, le rang, l’âge, les mœurs, les contraintes physiques ou institutionnelles, les croyances ou encore la temporalité. La couleur du laiton par exemple, parce qu’elle imite celle de l’or, pouvait tout aussi bien servir le faste des élites lors des banquets d’apparat que de plus humbles occupants garnissant leurs chapelles privées des objets à leur disposition pour leur conférer la même symbolique que celle que leur attribuait l’Église.

Continuer la lecture de Journée d’étude: « Outils, ustensiles et accessoires – Les objets de la vie quotidienne en cuivre, bronze et laiton du Moyen Âge à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle) », salle de formation, Sorbonne, le 09 décembre 2016

Colloque: « Les chrétientés orthodoxes post-byzantines », Paris, Institut des Etudes Slaves, (9, rue Michelet, 75006 Paris), salle de conférences, le 1er décembre 2016

Les chrétientés orthodoxes post-byzantines face à l’Europe de la Réforme et des Temps Modernes (1500-1700) : circulations, similitudes, correspondances

Séminaire organisé par Sabine Frommel (EPHE), Pierre Gonneau (EPHE) et Olga Medvedkova (CNRS) :

programme en pdf

Continuer la lecture de Colloque: « Les chrétientés orthodoxes post-byzantines », Paris, Institut des Etudes Slaves, (9, rue Michelet, 75006 Paris), salle de conférences, le 1er décembre 2016

Journée d’étude: « Trames arborescentes II. Le recours aux trames arborescentes en art, littérature et sciences humaines de l’Antiquité à nos jours », CESR, salle Rapin, le 10 décembre

Journée d’étude organisé par Naïs Virenque – Responsable : Maurice Brock

.

programme en pdf

.

9h Accueil des participants en salle Rapin
9h15 Présentation de la journée – Naïs Virenque (Doctorante en Histoire de l’Art, CESR – Université de Tours / ATER en Histoire de l’Art médiéval et moderne – Université Lyon III)
.

Continuer la lecture de Journée d’étude: « Trames arborescentes II. Le recours aux trames arborescentes en art, littérature et sciences humaines de l’Antiquité à nos jours », CESR, salle Rapin, le 10 décembre

Séminaire: « Vasari, Arezzo, and the Trecento: Art and the Medieval Tradition in Renaissance Tuscany », Research Forum Seminar Room, The Courtauld Institute of Art, Somerset House, Strand, London, Wednesday 23 November 2016 5:00 pm – 6:30 pm

In the 1550s and 1560s Giorgio Vasari renovated the Pieve and cathedral in his hometown of Arezzo and created several new altarpieces for the Pieve, where he established his family funerary chapel. These projects traditionally, and understandably, have been closely associated with Counter-Reformation tenets and treatises. The art and architectural history of both sites, however, suggests that Vasari was as much, if not more, invested in stressing continuity and cohesion of ritual and iconographic tradition, especially that of trecento Arezzo, over reformatory change and that his goal was to create an interdependent Aretine network of sacred history, family, and religiosity.

Continuer la lecture de Séminaire: « Vasari, Arezzo, and the Trecento: Art and the Medieval Tradition in Renaissance Tuscany », Research Forum Seminar Room, The Courtauld Institute of Art, Somerset House, Strand, London, Wednesday 23 November 2016 5:00 pm – 6:30 pm

Séminaire: « Boccace numérique. Regards en Italie et en France entre le XVe et le XVIIe siècles », CESR, Tours, le 3 décembre

Séminaire organisé par Sabrina Ferrara

.

programme en pdf

.

10h Sabrina Ferrara (Université de Tours/CESR) Regards anciens et actuels sur Boccace et son œuvre

10h30 Renzo Bragantini (Università Roma1 “Sapienza”) Che requisiti dovrebbe avere una nuova edizione, critica e commentata, del Decameron?

11h Fosca Mariani Zini (Université de Lille) Boccace et la philosophie: une question controversée

11h30 Claudia Zudini (Université de Rennes) Boccace vulgaire et Boccace latin : éléments de continuité et tentations de rupture

Centre d'histoire de l'art de la Renaissance – EA4100 – Université Paris I – Panthéon-Sorbonne