Séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance: 8e séance, Paris, INHA, salle Vasari, vendredi 12 mai, 18.00

Le séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance est organisé par le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Université de Tours), le Centre d’Histoire et de Théorie des Arts (EHESS), l’Ecole Pratique des hautes Etudes et le Centre d’Histoire de l’Art de la Renaissance(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Programme 2016-2017

Emmanuelle Hénin, professeur à l’Université de Reims, présentera le site « Pictor in Fabula » : Les anecdotes et les topoi sur la peinture antique, et leur réception à la Renaissance.

Présentation du sitePictor in fabula est dédié à la fortune des « traits exemplaires » relatifs à la peinture antique. Dans l’Antiquité, ces anecdotes et lieux communs sont un des lieux d’expression privilégié d’une théorie artistique qui est rarement formulée comme telle, mais souvent disséminée et formulée sur le mode de l’analogie. Le phénomène se poursuit à l’époque moderne : passage obligé des traités d’art, les exemples antiques s’invitent aussi dans les poétiques et les traités de rhétorique, les manuels de civilité, les ouvrages de théologie, les préfaces et dédicaces, et jusque dans la fiction. Facilement isolable, l’anecdote est souvent une manière détournée de poser une question théorique, en décalage ou en excès par rapport au propos explicite. Sa fécondité réside dans sa plasticité, qui la rend susceptible d’infinies réinterprétations, réécritures et réappropriations. Les anecdotes sur l’art antique ont légué à l’Europe occidentale un double héritage : sur le plan théorique, elles cristallisent les grands débats artistiques — du statut de l’artiste aux conditions de la réception, des critères de la beauté aux limites de la représentation — jusqu’à la fin de l’époque moderne. Sur le plan artistique, elles offrent autant de sujets d’inspiration à la création poétique et plastique, comme en témoigne leur persistance dans l’art contemporain.

Le site Pictor in fabula présente soixante-dix des « traits exemplaires » les plus illustres de la peinture antique et rassemble les témoignages de leur fortune dans les arts et la littérature européennes, jusqu’à la fin du xviiie siècle pour les textes et jusqu’au xxie siècle pour les œuvres plastiques. Il a pour vocation de mettre à disposition de la communauté scientifique le plus grand nombre possible de ces variations, car le corpus concerné, virtuellement illimité, est voué à s’enrichir par votre collaboration. Aussi n’hésitez pas à nous soumettre un formulaire.

Pour en savoir plus.


Vous aimerez aussi...