Façades peintes et à sgraffito (Italie, XVe-XVIIe siècles)

F.&T. Zuccaro peignant la façade Palazzo Mattei c.1595 plume et lavis bruns ©JP Getty Museum

F.&T. Zuccaro peignant la façade Palazzo Mattei c.1595 plume et lavis bruns ©JP Getty Museum

Atelier international de recherche organisé par l’Académie de France à Rome, le Centre André Chastel et l’Université Paris-Sorbonne.

Sous la direction d’Antonella Fenech-Kroke (CHAR/HiCSA, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) et Jérémie Koering (CNRS/Centre André Chastel)

Manifestations emblématiques de la culture visuelle italienne entre les XVe et XVIIe siècles, les façades peintes et à sgraffito sont progressivement tombées dans l’oubli. Depuis les années 1980, le mouvement s’est inversé et de nombreuses villes (Gènes, Trente, Vérone, Florence…) ont entrepris d’inventorier et de restaurer ce patrimoine. Or, malgré l’importance quantitative des exemples conservés ou documentés et la notoriété des artistes qui ont élaboré ces décors (Mantegna, Giorgione, Titien, Pordenone, Vasari, Polidoro da Caravaggio, Tintoret, Taddeo Zuccari…), ce corpus artistique demeure très largement négligé, en particulier par les historiens de l’art. Si plusieurs villes ont fait l’objet d’études spécifiques – souvent dans une perspective conservatoire –, le phénomène, en tant que tel, n’a pas encore été analysé dans sa globalité.

L’ambition de cet atelier est donc d’examiner les enjeux et les spécificités de cette pratique artistique en adoptant plusieurs pistes de recherche qui permettront non seulement de considérer la complexité formelle, iconographique et sémantique des façades peintes et à sgraffito, mais encore d’évaluer leur rôle dans les divers contextes urbains, sociaux et politiques de l’Italie de la première modernité.
Moment initial d’un travail collectif, cet atelier sera l’occasion de présenter, de confronter et de discuter les premiers résultats de recherches en cours. C’est sur cette base que sera entrepris la rédaction d’un ouvrage sur le phénomène des façades peintes et à sgraffito en Italie entre les XVe et XVIIe siècles.

Source : Académie de France à Rome – Villa Medici


Vous aimerez aussi...