Ressource : Laure Fagnart, “Léonard et ses maîtres” et Jan Blanc, “La Joconde”, à réécouter sur France Culture

À l’occasion des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci, nous partons sur les traces, souvent brouillées, de ce personnage insaisissable qu’on ne peut découvrir que par pans. Peintre, architecte, ingénieur, homme de cour, penseur, comment retracer le parcours du génie de la Renaissance ?

Partie 1 : Léonard et ses maîtres

Leonardo di ser Piero Da Vinci, dit Léonard de Vinci, est l’un des personnages les plus populaires de notre histoire.
Né à Vinci (Italie) en 1452 et mort à Amboise (France) en 1519, il s’est rêvé l’homme universel de la Renaissance italienne : peintre, mathématicien, penseur, architecte, ingénieur…
Auteur d’environ 6000 feuillets où notes côtoient dessins, son oeuvre est foisonnante mais on ignore encore beaucoup de choses sur lui, sa biographie reste incomplète, on peut alors encore tout imaginer…
Son oeuvre est aussi marquée par la rareté. Décédé à 67 ans, Léonard de Vinci n’a laissé que 17 à 19 peintures, qui ont marqué l’imaginaire collectif mondial, plus de 7 millions de visiteurs se déplaçant chaque année pour admirer La Joconde au musée du Louvre à Paris.
Comment travaillait Léonard ? Qui étaient ses maîtres en peinture ? Qui étaient ses commanditaires ? Qui participa à établir sa réputation ?

avec : Laure Fagnart, maîtresse de conférences à l’Université de Liège, en charge de la direction de l’unité de recherches Transitions : Moyen Âge & première Modernité

Partie 2 : “La Joconde”

S’il est un tableau qui a été étudié, épluché, décortiqué, analysé, sur-analysé par les historiens de l’art, les amateurs, les critiques, les écrivains, c’est La Joconde, peint vers 1503-1519..
Que peut-on encore dire sur cette œuvre saturée de discours ?
Aujourd’hui œuvre célèbre pour sa célébrité, il ne faut pourtant pas négliger l’importance capitale de sa portée au point de vue historique, La Joconde a immédiatement connu un succès phénoménal au XVIème siècle, devenant un nouveau modèle de type de portrait en Italie puis dans le reste de l’Europe…

avec : Jan Blanc, professeur d’histoire de l’art de la période moderne à l’Université de Genève

Source


Vous aimerez aussi...