Ressource : Pascal Brioist, « Léonard en creux : ce que l’on a perdu » et Jacques Darriulat, « La Sainte Anne », à réécouter sur France Culture

Les spécialistes de Vinci estiment qu’on ne connaîtrait qu’un tiers de sa production. C’est à partir de ses 20 ans qu’on tisse le fil de son histoire. Plus tard, Léonard de Vinci aura l’habitude de détruire ses notes. Comment écrire l’histoire d’un personnage dont les sources sont manquantes ?

Partie 1 : Léonard en creux : ce que l’on a perdu

Il existe peu de sources directes sur la biographie de Léonard de Vinci, en dehors de textes comme ceux de Giorgio de Vasari, son biographe. Pourtant, comprendre Vinci, c’est le lire dans le détail et partir à la recherche de ses sources. Pour entrer dans son esprit, il faut revenir à ses débuts, dans la campagne de Vinci. Au départ autodidacte, vers l’âge de 30 ans, il apprend le latin, dépense des fortunes et accroît sa bibliothèque. Sa priorité ? Le savoir.

avec Pascal Brioist, professeur d’histoire moderne à l’Université François Rabelais, Tours et membre du Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance

Partie 2 : « La Sainte Anne »

Le mystère de la vie est un thème cher à Léonard de Vinci, et son tableau intitulé Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant jouant avec un agneau, dite La Sainte Anne, en est une des illustrations.
Mystère de la vie du Christ bien sûr, qui, sur la toile, est ce petit enfant qui joue à terre avec un agneau. Les mystères de la vie en général, sa continuation biologique et sa manifestation anatomique, autant de détails présents dans ce tableau. Mais le mystère de la vie, c’est d’abord celui de la vie de Léonard de Vinci…

avec Jacques Darriulat, ancien enseignant en philosophie en classes préparatoires au lycée Henri IV puis à la Sorbonne

 

Source


Vous aimerez aussi...