Appel à contribution : “L’anachronisme à la Renaissance”, Paris, Sorbonne, le 28 avril 2020, date limite le 21 octobre 2019

L’anachronisme se définit comme un écart temporel : un événement est antidaté, placé plus tôt qu’il n’a eu lieu. L’anachronisme renvoie donc à un décalage perçu entre le temps de l’énonciation et les réalités qui sont décrites dans les textes. Si cette notion a bénéficié de solides travaux en particulier en histoire ou en histoire de l’art, il nous semble pertinent de chercher son application dans le champ de la littérature du XVIe siècle, même si le terme n’apparaît qu’au XVIIe siècle.

En effet, Yves Citton dans son ouvrage Lire, interpréter, actualiser (2007), définit l’entreprise des grands éditeurs de la Renaissance comme celle de « décroûter » les textes sacrés et antiques de leur masque de glose et de commentaire afin d’accéder directement au texte. Le geste même de l’imitation,défendu, entre autres, par Joachim du Bellay dans La Défense et Illustration de la Langue française (1549), permet de sortir de l’anachronisme pour actualiser définitivement le passé et ses concepts et les refondre efficacement pour le temps présent. Pour autant, ces exigences d’une partie de la production littéraire renaissante cohabitent par exemple avec l’engouement durable pour les romans de chevalerie, lesquels gardent pourtant les codes génériques qui avaient fait leur succès auparavant, ou avec les constantes reprises des textes médiévaux tant dans leurs genres (planctus, chansons) que dans les motifs (merveilles par exemple). Des éléments marqués comme appartenant à un temps perçu comme révolu, achevé, se trouvent ainsi réutilisés par les auteurs, puisqu’ils apparaissent encore pertinents pour expliquer le temps présent. C’est cette porosité entre le passé et le présent mise en texte que nous souhaiterions analyser, en interrogeant la notion d’anachronisme dans une perspective littéraire et linguistique.

Cette journée d’étude cherche donc à sérier les différents usages dans les œuvres de la Renaissance, en français et en latin, de ces éléments littéraires passés, lorsqu’ils gardent la trace de leur ancienneté. Parmi les pistes envisagées, nous souhaiterions aborder entre autres celles-ci :

  • L’anachronisme comme motif (analogies, anachronie, achronie, parachronie, uchronie, dyschronie…).
  • Les représentations anachroniques (scripturales, scéniques, visuelles…) et le jeu des « applications » (histoires ou personnages dits « à clefs »).
  • Les emplois anachroniques de la citation ou de tournures langagières.
  • Les usages anachroniques des genres littéraires.
  • L’anachronisme comme argument critique à travers la réception d’auteurs antiques ou médiévaux.
  • L’écriture de l’histoire et de la cosmographie, leur réécriture, les critiques qui en ont été faites.
  • Nouveau monde et monde ancien : les conséquences des récits de voyage sur les perceptions temporelles.
  • Regards et discours critiques sur l’anachronisme.

La journée d’études se tiendra en Sorbonne (Paris, 5e) le mardi 28 avril 2020.

Les communications seront de 25 minutes.

Les propositions de communication (maximum 3000 signes, espaces comprises) sont à envoyer avant le 21 octobre 2019 à l’adresse suivante : anachronisme.renaissance@gmail.com.

Source


Vous aimerez aussi...