Appel à contribution : « Penser autrement les lettres et les arts : la voie/x de la scolastique (1500–1700) », Louvain, UCLouvain, 16-18 novembre 2020, date limite le 30 novembre 2019

À l’époque moderne (16e–17e siècles), la réflexion théorique sur la littérature et l’art puise souvent une partie de son inspiration dans le domaine spécifique de la philosophie scolastique (logique, éthique, physique et métaphysique), telle qu’elle était alors enseignée dans toutes les universités en guise de matière propédeutique aux facultés supérieures (médecine, droit et théologie). Par « réflexion théorique sur la littérature et l’art », nous entendons tous les traités de poétique, de rhétorique, d’art symbolique, de théorie de l’art, de théorie de l’image religieuse… ; les histoires de la littérature et de l’art ; les lettres dédicatoires et préfaces théoriques à des œuvres littéraires ; les commentaires à des écrits antiques comme la Poétique d’Aristote, l’Art poétique d’Horace ou les chapitres de Pline sur la peinture… ; composés aux 16e et 17e siècles, que ce soit en latin ou dans les différentes langues vernaculaires.

La philosophie scolastique est régulièrement convoquée dans ces textes dans le souci de développer un discours rationnel et systématique au sujet de la littérature et des arts visuels, qu’il s’agisse de les définir et de décrire les différents genres et espèces qui les composent, de réfléchir à leurs modes de production ou de réception, ou encore d’émettre un jugement de qualité sur des œuvres particulières (en s’interrogeant par exemple sur la vérité ou la vraisemblance de la représentation du monde qu’elles proposent). Formellement, la présence de la scolastique peut se manifester de manière très variée, les auteurs recourant selon les cas :

  • à la conception scolastique de la hiérarchie des arts et de l’arbre des disciplines ;
  • à la méthode scolastique de raisonnement (induction, déduction, syllogismes, discussions pro et contra, exposé préliminaire des arguments à combattre…), appliquée à l’objet ou observée dans celui-ci (par exemple l’interprétation des épigrammes comme genre déductif) ;
  • aux manières scolastiques de définir et de décrire les res (définition en matière et forme, genre et différence…) et les verba (identification des différents sens des mots équivoques), et à la distinction corollaire entre les débats de fond et les débats de mots ;
  • à la conception scolastique (en physique et en médecine) des facultés de l’âme et des concepts qui y sont liés (sens internes, fantaisie, mémoire, intellect patient et agent, species et conceptus, cognition et appétition, affects, rôle des esprits vitaux et animaux…) pour expliquer les processus de création et de réception artistique et littéraire ;
  • à des axiomes scolastiques couramment enseignés dans les écoles ou à des citations d’autorités, qui permettent d’appuyer le propos ;
  • mais aussi, en guise de contre-exemples, au langage aride et complexe de la scolastique et à ses théories controversées ou jugées farfelues.

Le colloque tentera de faire l’inventaire et l’analyse de ces emprunts et inspirations et de les illustrer par des cas d’étude concrets. Nous serons particulièrement attentifs aux phénomènes de transformation, de traduction, de simplification ou de complexification affectant les contenus scolastiques appliqués à la théorie des lettres et des arts. Les études apportant par ailleurs des informations sur la formation scolastique des auteurs et la mise en contexte intellectuelle de leurs écrits seront appréciées.

Les communications dureront trente minutes et pourront être faites en français ou en anglais. Les propositions, composées d’un titre, d’un abstract de maximum 300 mots et d’un bref CV de maximum 100 mots, sont attendues pour le 30 novembre 2019 à l’adresse mail suivante : aline.smeesters@uclouvain.be. Elles seront examinées par un comité scientifique. L’acceptation au colloque sera communiquée au plus tard le 15 décembre 2019.

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du projet Schol’Art actuellement en cours à l’UCLouvain, dirigé par Ralph Dekoninck, Agnès Guiderdoni et Aline Smeesters (Louvain-la-Neuve). Pour plus de détails sur le projet, voir le site web.

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...