Parution : Anne Rolet, « Dans le cercle d’Achille Bocchi : culture emblématique et pratiques académiques à Bologne au XVIe siècle », Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2019

Connu pour son recueil d’emblèmes néo-latins, les Symbolicae Quaestiones (1555), illustré par Giulio Bonasone et qui connut un grand succès dans l’Europe de la Renaissance, Achille Bocchi (1488-1562) fut une figure majeure de la vie littéraire et culturelle à Bologne au XVIe siècle. Ce lecteur au Studio de la ville présidait une académie qui se réunissait dans son palais bolonais et accueillait un cercle important d’hommes de lettres, prélats et artistes.

Le présent ouvrage, qui fait suite à notre édition commentée et traduite des emblèmes de Bocchi (PUFR/PUR, 2015), propose pour la première fois l’édition, la traduction, et l’annotation de trois textes inédits, accompagnées de vastes introductions, qui permettent de mieux comprendre l’activité de cet auteur et de son cercle, et, plus largement, de comprendre la circulation des idées et des pratiques littéraires au XVIe siècle. Ces trois opuscules complémentaires, qui couvrent une période allant de 1515 à 1556, s’illustrent par leur variété générique et par l’importance des questions philosophiques, politiques et religieuses qui y sont soulevées.

Tandis que le Démocrite ou la vanité propose une praelectio hors normes, placée sous le signe d’une verve satirique mordante qui doit beaucoup à Antonio Urceo Codro, Pietro Crinito et Érasme, le Tolomei, véritable dialogue politique, met aux prises Claudio Tolomei, Annibale Caro et Gabriele Cesano pour débattre de la difficile question de l’attitude que le prince doit montrer face à ceux qui l’insultent ou le calomnient. La double présence, en arrière-plan, de Pier-Luigi Farnese, duc de Parme et de Plaisance, et du cardinal Hippolyte d’Este, ambassadeur de François Ier, confère une véritable actualité à cet échange qui fait aussi la part belle aux historiens de l’Antiquité et à Machiavel. Quant au troisième texte, le Petit commentaire au Symbole 10 d’Achille Bocchi, rédigé par un ami de l’emblématiste, Giovanni Antonio Delfinio, il entraîne le lecteur dans l’interprétation allégoricophilosophique d’un emblème inspiré par un authentique bas-relief antique, dit « d’Ikarios » ou « de la théoxénie », qui appartenait à la collection Farnèse, et dans les figures duquel Bocchi et son commentateur pensent pouvoir reconnaître des personnages de la sixième Bucolique de Virgile.

Anne Rolet est maître de conférences en langues et littératures latines et néo-latines à l’université de Nantes, habilitée à diriger des recherches et ancien membre de l’Institut universitaire de France. Elle a publié l’édition critique des Symbolicae Quaestiones d’Achille Bocchi, avec introduction, traduction rythmée et commentaires (PUFR/PUR, 2015) et dirigé trois ouvrages collectifs : Protée en trompe-l’œil. Genèse et survivances d’un mythe, d’Homère à Bouchardon (PUR, 2010) ; Allégorie et symbole : voies de dissidence ? De l’Antiquité à la Renaissance (PUR, 2012) ; et, en collaboration avec Stéphane Rolet, André Alciat (1492-1550), un humaniste au confluent des savoirs dans l’Europe de la Renaissance (Brépols, 2014).

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...