Exposition : Un air de renaissance. La musique au XVIe siècle, Château d’Ecouen, 11 septembre 2013 – 6 janvier 2014

 

BD_affiche_AirRenaissance

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen présente à l’automne 2013 une exposition consacrée à la musique.  Entre la musique médiévale qui court à elle seule sur près de huit siècles, et la musique baroque désormais bien connue des mélomanes, la musique de la Renaissance n’a encore fait l’objet d’aucune grande exposition. Les commissaires entendent ainsi réparer cette injustice.

Destinée à tous types de publics, initiés ou non, cette exposition décloisonne les disciplines pour redonner à la musique la place de premier plan qu’elle occupait à la Renaissance.
La musique est au cœur de la civilisation de la Renaissance. Sacrée ou profane, elle rythme les existences de toutes les couches de la société.

Les enfants jouent un rôle primordial pendant l’office religieux catholique où ils chantent les voix aiguës aux côtés des hommes assurant les voix graves. Les femmes, exclues des chœurs d’églises n’en pratiquent pas moins l’art musical, elles se produisent entre autre lors des fêtes de cour. Instruments très prisés dans les milieux aristocratiques et bourgeois, épinette, viole ou luth sont joués dans l’intimité du foyer. De là provient la notion de musique de chambre : l’ambiance feutrée des intérieurs s’accommode parfaitement des résonances de ces bas instruments.

Dès la fin du XVe siècle, cet art connaît des évolutions majeures : essor de la pratique instrumentale, évolution formelle et technique des instruments, professionnalisation des musiciens qui sillonnent l’Europe de cour en cour et diffusion accrue des œuvres grâce aux partitions désormais imprimées. La pensée réformée suscite un nouveau rapport à la musique, la transforme en profondeur et favorise la pratique amateur. 
Le XVIe siècle voit aussi émerger de grandes figures de compositeurs tels Josquin des Près, Vittoria, Lassus ou encore Tallis. Leurs réflexions mèneront à la naissance de l’opéra, l’Orfeo de Monteverdi pouvant être considéré comme aboutissement de la Renaissance et premier chef d’œuvre du Baroque. 

Au-delà du divertissement, la musique, élément essentiel à toute bonne éducation, comme le précise Baldassare Castiglione dans Le Livre du Courtisan (1528), accompagne la vie des princes jusque dans leur manière de gouverner.

 

Commissaire(s) :

Thierry Crépin-Leblond, conservateur général, directeur du musée national de la Renaissance


Benoît Damant, musicien, musicologue, commissaire scientifique

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine au musée national de la Renaissance

 

Catalogue d’exposition :

5247-5591

Un air de Renaissance, la musique au XVIe siècle, sous la direction de Muriel Barbier, Benoît Damant, Paris, RMN, 2013, 176 p., 29 eur. 

 

 

 


Vous aimerez aussi...