Soutenance de thèse : Michel Tabur, « Le lieu et l’action : exactitude et véridicité dans la peinture d’histoire à la Renaissance », Paris, Sorbonne, 20 décembre 2019, 9H30

Michel Tabur a le plaisir de vous inviter à la soutenance de sa thèse de doctorat en histoire de l’art préparée à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de M. Philippe Morel.

Le lieu et l’action : exactitude et véridicité dans la peinture d’histoire à la Renaissance

 

Le vendredi 20 décembre à 9H30 à la Sorbonne (entrée soit par le 14 rue Cujas, soit par le 54 rue Saint-Jacques), salle Duroselle dans la galerie Dumas.

Le jury sera composé de :

  • M. Pascal Brioist, Professeur des universités. Université François Rabelais de Tours / CESR
  • M. Maurice Brock, Professeur émérite. Université François Rabelais de Tours / CESR
  • M. Michel Hochmann, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études
  • M. Philippe Morel, Professeur des universités. Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

 

Résumé :

La thèse est partie d’une œuvre, la tenture de La conquête de Tunis, dont les douze panneaux étonnent par leur niveau exceptionnel d’exactitude topographique et historique. Jusqu’à quel point la recherche de l’exactitude et de la véridicité qui semble apparaître dans certaines œuvres d’histoire à la Renaissance est-elle compatible avec le dessein artistique de leurs auteurs ? Dans quelles conditions, dans quel but et avec quelle postérité s’est-elle propagée ? Telle est la problématique, aux confins de l’histoire, abordée dans cette thèse.
Elle est explorée par le biais de cinq approches différentes. Après un rapide survol sous cet angle des œuvres d’histoire de 1450 à 1650 qui permet de constituer de manière chronologique le corpus, la seconde partie s’attache à l’analyse de la problématique en partant du fait historique lui-même à travers l’analyse comparée de la représentation par l’image de six grands évènements, tandis que la partie suivante y procèdera en partant cette fois de la restitution des lieux, des costumes, des armes et des navires. Cette approche analytique en trois volets servira de base à la démarche plus synthétique de la quatrième partie centrée sur les conditions de la véridicité du récit mis en image, et à celle plus théorique de la cinquième et dernière consacrée aux points de vue de l’historiographie et de la théorie de l’art sur cet ensemble de questions.
Au terme du parcours, c’est un kaléidoscope de signaux contradictoires que nous découvrons, au-dessus duquel se révèle comme une dialectique paradoxale orchestrée subtilement par l’artiste entre l’exact et l’inexact, entre le vrai et le faux et entre l’historique et le fictif.

Mots-clés : Peinture d’histoire, Renaissance, exactitude, véridicité, effet de réel, topographie, costumes, armes.


Vous aimerez aussi...