Soutenance de thèse : Elli Doulkaridou-Ramantani « La Renaissance enluminée de Rome. Systèmes décoratifs dans les manuscrits du XVIe siècle », Paris, Galerie Colbert, salle Jullian, samedi 7 décembre 2019, 14h

Giulio Clovio, Livres d’heures du cardinal Alessandro Farnese, 1539-1546. New York, The Pierpont Morgan Library, M.69, f.38v-39r.

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de

Mme. Elli Doulkaridou-Ramantani, préparée sous la direction de M. Philippe Morel

Samedi, 7 décembre, à partir de 14h
Galerie Colbert, 75002, Salle Jullian

 

Jury

Elena Calvillo, professeur associé d’histoire de l’art, Université de Richmond

Ralph Dekoninck, professeur ordinaire d’histoire de l’art, Université catholique de Louvain

Jérémie Koering, professeur d’histoire de l’art, Université de Fribourg

Philippe Morel, professeur d’histoire de l’art, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Federica Toniolo, professeur ordinaire d’histoire de l’art, Université de Padoue

 

Les manuscrits réalisés à Rome durant le XVIe siècle, souvent méconnus et réduits à une étude stylistique, entretiennent des rapports complexes avec le contexte artistique de la période. Sous la forme de livre d’heures, de missel ou d’antiphonaire, le manuscrit enluminé du XVIe siècle fait partie de la stratégie du commanditaire.

Rome réunit un nombre d’artistes dont l’origine et la formation imprègnent l’idiome local, conduisant ainsi à des créations exceptionnelles. Giulio Clovio, Vincent Raymond, Jacopo del Giallo et Apollonio de’ Bonfratelli insèrent dans leurs miniatures non seulement les motifs des décors monumentaux mais adaptent aussi les principes de l’ornement au champ de la miniature. Le manuscrit enluminé se transforme en un champ d’expérimentation où l’ornement incarne des problématiques artistiques diverses. Agent inattendu dans l’acte de lecture, l’ornement participe en outre à l’actualisation de la lecture dévotionnelle proposant une nouvelle conceptualisation de la ruminatio médiévale.

Relevant aussi bien des commandes privées qu’officielles, l’étude de ces enluminures donne lieu à des observations concernant la fonction de l’ornement selon le contexte et le type d’usage. Par une approche sémiologique et une étude systématique de la production de la période, cette recherche se propose d’intégrer pleinement le livre enluminé dans l’univers artistique du XVIe siècle italien.

 


Vous aimerez aussi...