Séminaire commun de l’INHA – Bravura: de la virtuosité du peintre au XVIIe siècle

Séminaire commun de l’INHA

Première séance

Jeudi 05 décembre 2013

Salle Vasari, 18h

Nicola Suthor (Freie Universität, Berlin), invitée par Etienne Jollet

Bravura: de la virtuosité du peintre au XVIIe siècle

 

La bravura est un concept dangereux pour la peinture qui oscille entre art et métier. Cette démonstration ostentatoire de virtuosité menace l’illusionnisme et viole la maxime selon laquelle “Ars est celare artem”. La mise en évidence de la potentialité agressive du pictural est un aspect essentiel de la bravura. Elle s’affirme avec assurance dans les représentations où le peintre se donne à voir sous les traits d’il bravo – c’est à dire en assassin. Le XVIIe siècle constitue le grand moment historique de la bravura, avant que le XVIIIe siècle ne condamne l’affectation virtuose comme purement “mécanique” et donc superficielle. Cette position critique va à l’encontre de l’idée selon laquelle la spontanéité, rendue palpable dans la texture même de la peinture, révèle non seulement la main, mais également l’esprit de l’artiste, comme l’affirmait la littérature artistique du siècle précédent.

 

Nicola Suthor est professeure d’histoire de l’art à la Freie Universität de Berlin (FU). Elle est l’auteure de plusieurs livres consacrés à l’esthétique et à la poïésis de la peinture (Augenlust bei Tizian: Zur konzeption sensueller Malerei in der Frühen Neuzeit, 2004; Bravura: Virtuosität und Mutwilligkeit in der Malerei der Frühen Neuzeit, München, 2010; Rembrandts Rauheit, 2014) et coéditrice de plusieurs volumes sur la culture visuelle et l’esthétique en général (Porträt, 1999; Ars et scriptura, 2001; Ansteckung: Zur Körperlichkeit eines ästhetischen  Prinzips, 2005;Verklärte Körper: Asthetiken der Transfiguration, 2006; Im Agon der Künste: Paragonales Denken, ästetische Praxis und die Diversität der Sinne, 2007; Synergies in visual culture, 2013).

 

Source: INHA


Vous aimerez aussi...