Séminaire : « Corps féminin : actualité de la recherche », Paris, Maison de la recherche de la Sorbonne, 2019-2020

Séminaire de Questes

Le modèle traditionnel insistant sur l’oppression du corps féminin a été largement enrichi par les recherches récentes. Des cas d’étude ont en effet montré que le corps de la femme médiévale se pense désormais de manière plurielle. Des criminelles aux saintes, la rupture avec la cellule familiale catalyse bien souvent une vie singulière, et le lien que la femme entretient avec son propre corps en est modifié. Ainsi, les recherches actuelles sur la criminalisation ont mis en évidence un corps féminin à la fois protégé, surveillé, mais aussi dénoncé. Certains crimes apparaissent comme typiquement féminins (injures, infanticides), et les supplices infligés au corps criminel sont sexués. Alors que les hommes peuvent être pendus, les femmes, par pudeur, sont brûlées ou enterrées vivantes. Selon Didier Lett, le rapport de genre peut apparaître modifié lorsqu’il est question de sainteté : certains saints seraient féminisés, alors que les saintes gagneraient en masculinité. C’est ainsi que certaines femmes se déguisent en moines pour se retirer au désert (Vie des Pères du désert), tandis que la femme travestie dans la littérature pose la question du désir homosexuel (Roman de Silence).

Si, dans le domaine de la littérature courtoise, la mention du corps féminin peut se faire signe de reconnaissance pour sauver l’honneur masculin (Roman de Guillaume de Dole), un courant érotique s’intéresse, dès le XIIIe siècle, aux mots que les femmes posent sur leur propre corps. Ainsi, les femmes sont-elles capables de décrire leurs organes génitaux (le Jugement des Cons), et une origine féminine est proposée pour la première mention française du terme « clitoris », qui se dit landie (Roman de Renart). À l’opposé de la littérature, le sexe féminin interroge aussi le débat médico-théologique dès lors qu’il s’agit de démontrer, à travers l’accouchement marial, la nature humaine du Dieu incarné : bien que pensé comme indolore, cet événement n’en est pas moins naturel et décrit comme tel par la théologie (Tertullien, Thomas d’Aquin, Grégoire le Grand), la littérature mystique (Brigitte de Suède) et la peinture (Niccolò di Tommaso, Giorgio di Martini, Filippo Lippi).

Alors, quel rapport la femme médiévale entretient-elle avec son propre corps ? Quel contrôle peut-elle exercer dessus (avortement, prostitution, violences physiques, contraception, grossesse et parturition) ? De quelle manière le corps féminin est-il traité par la médecine ? Quelles porosités existent entre le corps féminin et le corps masculin (androgynie, travestissement, rapports du corps et de l’identité) ?

*REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE VENDREDI 13 DÉCEMBRE 2019 / 18h-20h

Introduction par Marie-Antoinette Alamenciak (Sorbonne Université), Marie-Christine Payne (Université Paris 3-Sorbonne-Nouvelle), Marie Piccoli-Wentzo (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Nicolas Garnier (docteur, Sorbonne Université) Les fabliaux, ou le corps féminin bafoué : l’exemple de la Dame escoillée
Nadia Pla (doctorante, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense) Visions féminines sur les menstrues au Moyen Âge

VENDREDI 17 JANVIER 2020 / 18h-20h

Elodie Gidoin Barale (doctorante, Université d’Orléans – CESFiMA) Corps et pudeur féminine à la fin du Moyen Âge : Robinet Testard, un peintre féministe ?
Camille Bellenger (doctorante, Sorbonne Université) Les métamorphoses de la chair : lectures des corps féminins dans les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci
Mathilde Bertier (masterante, Sorbonne Université) La place des femmes dans le duel judiciaire : la formation des bretteuses à travers les Fechtbücher des maîtres d’armes de la tradition allemande (fin XIIIe-XVe siècles)

VENDREDI 28 FÉVRIER 2020 / 18h-20h

Cécile Maruéjouls (doctorante, Université de Poitiers – CESCM) Le corps de l’Autre : la figure de Marie l’Egyptienne à travers le prisme du genre
Nicolas Varaine (doctorant, EPHE) Le corps à l’épreuve du sacré : la sainteté féminine en images dans le monde byzantin tardif
Louise Gay (master, Université Toulouse II Jean Jaurès) Entre majesté et arme politique : le corps pluriel de la reine (France, XIe – XIVe siècle)

Toutes les séances auront lieu en salle D116, à la Maison de la recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, Paris) et seront suivies d’un dîner, dans un restaurant du 5e arrondissement et au frais de chacun, où tous les participants et auditeurs sont bienvenus.

Programme à télécharger

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...