Appel à contribution : « Représentations de la Vierge Marie entre culte officiel et vénération locale », Bucarest, Faculté des Lettres de l’Université de Bucarest, 23-24 octobre 2020, date limite le 31 mars 2020

Ce colloque a pour objectif de réunir des philologues, des historiens, des historiens de l’art et des théologiens intéressés à explorer ces réseaux narratifs sur la Vierge, qui relient de différents espaces culturels et de modalités discursives différentes, dans l’époque pré-moderne. Une attention particulière sera prêtée aux corpus des miracles de la Sainte Vierge. Le colloque se situe dans la lignée de manifestations scientifiques similaires, organisées à l’Institut Catholique de Rennes (2019), Les miracles de Notre-Dame du Moyen Âge à nos jours, organisé par Jean-Louis Benoit, à Dublin et Maynooth (2017), Miracles of the Virgin Mary. Medieval narratives through time and space, organisé par Anthony John Lappin et Ewa Balicka-Witakowska, et à l’Université de Bretagne-Sud (2014), La Vierge Marie dans la littérature française : entre foi et littérature, sous la coordination de Jean-Louis Benoit.

Même si la figure de la Vierge Marie est si familière à la culture chrétienne, la dynamique des traditions concernant le culte de Marie reste encore peu connue. Créée et fixée par les décisions des Conciles de l’Église, par des hagiographies dont l’autorité est reconnue dans le monde chrétien, l’image de la Vierge Marie se forme également dans les communautés qui la vénèrent, ce qui explique le grand nombre de traditions iconographiques et textuelles relatives à la figure marianique à partir des premiers siècles ap. J.-Ch. jusqu’à nos jours et dont certaines sont considérées comme des apocryphes. Leur diversité nous empêche assez souvent de comprendre la manière dont ces témoignages de dévotion de différentes zones culturelles sont arrivés à interagir au fil du temps et de saisir leur influence possible sur le discours officiel de l’Église.

S’adressant à la fois aux érudits et à ceux qui ne connaissaient pas les langues sacrées, les récits sur la Mère de Dieu sont performés oralement, sont traduits, copiés, peints, souvent reconfigurés en passant d’un espace culturel à l’autre ou d’une forme discursive à l’autre, en tissant ainsi l’image du personnage. Presque tout détail concernant la vie de la Vierge devient significatif et susceptible d’être transposé en texte ou en image ou associé à des pratiques liturgiques.

Ce colloque a pour objectif de réunir des philologues, des historiens, des historiens de l’art et des théologiens intéressés à explorer ces réseaux narratifs sur la Vierge, qui relient de différents espaces culturels et de modalités discursives différentes, dans l’époque pré-moderne. Une attention particulière sera prêtée aux corpus des miracles de la Sainte Vierge. Le colloque se situe dans la lignée de manifestations scientifiques similaires, organisées à l’Institut Catholique de Rennes (2019), Les miracles de Notre-Dame du Moyen-Âge à nos jours, organisé par Jean-Louis Benoit, à Dublin et Maynooth (2017), Miracles of the Virgin Mary. Medieval narratives through time and space, organisé par Anthony John Lappin et Ewa Balicka-Witakowska, et à l’Université de Bretagne-Sud (2014), La Vierge Marie dans la littérature française : entre foi et littérature, sous la coordination de Jean-Louis Benoit.

 

Modalités de participation

Les personnes qui veulent participer sont invitées à envoyer, jusqu’au 31 mars 2020, un résumé de 30 lignes au maximum, en anglais, français ou allemand, accompagné d’une bibliographie et de 3 à 5 mots-clés à l’adresse suivante: marianicrepresentations@gmail.com

Ils vont recevoir une réponse de la part des organisateurs avant le 30 avril 2020.

  • La période de déroulement du colloque : les 23-24 octobre 2020
  • Langues du colloque: l’anglais, le français et l’allemand
  • Frais d’inscription: 50 Euro ou 250 Ron; pour les étudiants en master ou doctorat – 30 Euro ou 150 Ron.

Colloque international organisé par la Faculté des Lettres de l’Université de Bucarest, la Faculté de Théologie Orthodoxe «Patriarche Iustinian» de l’Université de Bucarest et l’Institut de Linguistique « Iorgu Iordan – Alexandru Rosetti » de l’Académie Roumaine Bucarest.

 

Comité scientifique

Ewa Balicka-Witakowska (Université d’Uppsala) ; Jean-Lous Benoit(Institut Catholique de Rennes) ; Margaret Dimitrova (Sofia, Université Saint-Clément d’Ohrid) ; Anthony Lappin (Université d’Uppsala) ; Mihai Moraru (Université de Bucarest) ; Ileana Stănculescu (Université de Bucarest) ; Emanuela Timotin (l’Institut de Linguistique « Iorgu Iordan – Alexandru Rosetti » de l’Académie Roumaine).

 

Comité d’organisation

Cristina Bogdan, Université de Bucarest (cristinabogdan2010@gmail.com) ; Cristina-Ioana Dima, Université de Bucarest (cristinaioana.dima@gmail.com) ; Ileana Stănculescu, Université de Bucarest (stanculescuileana70@gamil.com) ; Emanuela Timotin, Institut de Linguistique « Iorgu Iordan – Alexandru Rosetti » de l’Académie Roumaine (etimotin@yahoo.com).

 

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...