Parution : Le noyau et l’écorce. Les arts de l’allégorie

Le Noyau et l’écorce. Les arts de l’allégorie. XVe -XVIIe siècles, sous la direction de Colette NATIVEL, avec la collaboration de Antonella FENECH et Élinor MYARA KELIF, Paris, Somogy / Académie de France à Rome, Collection d’histoire de l’art n° 9,  2009.

Sommaire

Les compositions allégoriques sont souvent difficiles à décrypter, précisément parce que, selon la formule d’Érasme, elles cachent sous l’écorce le noyau d’un sens souvent inattendu et offrent ainsi au spectateur le double plaisir des yeux et de l’esprit. De l’Antiquité à nos jours, l’allégorie n’a cessé d’être pratiquée par les poètes et les peintres. C’est « une figure qui dit une chose et qui en fait comprendre une autre », écrit le célèbre érudit Jules César Scaliger, à la fin du XVIe siècle. Les images allégoriques ont ainsi donné lieu à de multiples débats qui ont passionné aussi bien les poètes et les rhétoriciens que les peintres et les artistes en général. Bien plus, ce détour par la complexité de l’interprétation a stimulé les artistes à l’époque moderne. C’est dans ce langage aux sens polysémiques que l’art s’est révélé particulièrement fécond. Et il revient aujourd’hui aux historiens de chercher derrière l’écorce des formes le noyau des significations toujours incertaines.
Ces études, en confrontant les discours théoriques et la pratique picturale, explorent le champ de l’allégorie qui va des formes complexes de l’allégorisme à la banale personnification, en passant par l’énigme. Autant que la théorie de l’allégorie, c’est la fabrique de l’allégorie à l’époque moderne qui est l’objet de ce livre.


Vous aimerez aussi...