Appel à contribution : séminaire doctoral « Histoire et images », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 21 mars 2020, date limite le 24 février

Appel à communications, Séminaire « Histoire et images »

L’appel à communications du séminaire « Histoire et images » de l’École doctorale d’Histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui se déroulera le 21 mars 2020 est ouvert.

Les propositions de communication (titre, résumé de 300 mots environ), accompagnées d’une courte présentation de l’auteur.trice, sont à envoyer avant le 24 février à : Mathilde Kiener et Victoria Márquez Feldman.
Les contributions de l’atelier seront publiées dans Hypothèses, revue à comité de lecture.

En 1995, Francis Haskell (L’Historien et les images) rappelle l’ancienneté de l’utilisation de l’image comme source en histoire et examine les spécificités du statut et des usages conférés aux documents figurés. Dès son premier numéro, la revue Hypothèses fait état d’un stage coordonné en 1997 par Denis Woronoff sur le thème « les images, source d’histoire », où s’affirme la nécessité de dépasser la fonction d’illustration des images et leur apparente transparence. Dans cette même revue, ce questionnement se poursuit durant l’année 2000-2001 lors d’un séminaire doctoral consacré à ce thème. Plus récemment, la dernière édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois s’est interrogée sur la « puissance des images», en tentant de rendre justice à la fois à la variété des supports et la pluralité de leur efficience.
Ce séminaire doctoral invite à prolonger la réflexion sur les négociations entre histoire et images, en explorant non seulement ce que l’historien fait des images, mais aussi ce que les images font à l’histoire. Devant la multiplicité des images, de leurs formes et de leurs usages, deux axes de recherche  sont privilégiés (liste non exhaustive et non-limitative) :

Axe « Sources, matérialité, multiplicité, diffusion »
L’image peut désigner une représentation contemporaine de la période étudiée, tout comme elle peut n’être que le mode d’enregistrement d’une documentation plus ancienne. Qu’il s’agit de l’un ou l’autre
cas, l’étude des images et de leurs diffusions est aujourd’hui favorisée par des matérialités et des accessibilité nouvelles, via les campagnes de numérisation et les progrès de la communication, le développement du numérique, des moteurs de recherche et des bases de données, facilitant l’écriture d’une histoire comparée ; En quoi ces nouveaux types de supports et de diffusion incitent à considérer
différemment les images comme des sources, et influencent à la fois la construction d’un corpus et la nature des recherches qui lui sont consacrées ?

Axe « Re-présentation, conditions de production et de réception »
Le terme « image », dans son acceptation de « représentation perceptible d’un être ou d’une chose » invite à questionner la façon dont les images peuvent être vecteurs de re-présentations, oeuvrant
dans l’ordre du symbolique (Louis Marin). Il peut être également nécessaire d’analyser la « puissance agissante de l’image », qu’il s’agisse de considérer l’image comme « matrice de l’histoire » (Eric Michaud), ou comme récit constitutif participant à l’élaboration a posteriori d’un événement et par là d’une mémoire collective (Audrey Leblanc).

Source


Vous aimerez aussi...