Séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance – Séance du vendredi 11 avril, 17h-19h, INHA, Salle Vasari

SÉMINAIRE COLLECTIF D’HISTOIRE DE L’ART DE LA RENAISSANCE

HESAM UNIVERSITE (EHESS, EPHE, PARIS I) – CESR

_____________________________

Sixième séance

Vendredi 11 avril 2014

17h-19h

Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari

 

La sixième séance du séminaire collectif d’histoire de l’art de la Renaissance (EHESS, EPHE, Université Paris I (CHAR) et Université de Tours (CESR)) se tiendra le vendredi 11 avril de 17h à 19h à l’Institut national d’histoire de l’art en salle Vasari (1er étage).

Les deux intervenantes de cette séance seront :

Mathilde Bert (Université de Liège), Sous le regard de Pline. Peinture et discours sur l’art en Italie, de Pétrarque à Vasari

et

Cécile Beuzelin (CESR de Tours/ Université de Limoges), L’anticamera Benintendi : morale et politique à Florence vers 1523

 


Consulter le programme complet

Comité scientifique : Maurice Brock, Giovanni Careri, Michel Hochmann, Philippe Morel.
Diane Bodart, Marion Boudon-Machuel, Guillaume Cassegrain, Anne-Laure Imbert, Jérémie Koering, Valentina Sapienza.

 

 

Mathilde Bert (Université de Liège), Sous le regard de Pline. Peinture et discours sur l’art en Italie, de Pétrarque à Vasari

Vasari-PlineIl ne fait aucun doute qu’à la Renaissance, l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien joue un rôle non négligeable dans la redécouverte de l’héritage antique. Quel furent toutefois les modalités, les formes et les fonctions de cette réception ? La question se pose en particulier à propos de la peinture, dont la perte fera dire à Rubens qu’elle s’offre à nous « comme un rêve », seulement « en imagination ». En examinant la réception des propos de Pline sur les peintres en Italie, de Pétrarque à Vasari, on touchera au développement de la théorie de l’art, mais aussi au regard qu’elle transmet sur la création artistique, et à diverses pratiques d’émulation.

 

 

 

 

 

Cécile Beuzelin (CESR de Tours/ Université de Limoges), L’anticamera Benintendi : morale et politique à Florence vers 1523

IMG_2080L’ensemble des panneaux constituant le décor de l’antichambre Benintendi est un parfait exemple de la complexité de la peinture florentine du début du XVIe siècle, qui s’affirme comme un art de la référence culturelle. Bien que connu, le décor de l’antichambre Benintendi n’avait pas été étudié dans son ensemble et les motivations d’une telle commande n’avaient jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Constitué de quatre panneaux de spalliera peints par Pontormo (Adoration des Mages), Franciabigio (Bethsabée au bain ou La lettre à Urie) et Bachiacca (Légende du roi mort et Baptême du Christ), le cycle est réalisé en 1523. Or, cette année, indiquée par Franciabigio sur son panneau, correspond à l’élection du pape Médicis, Clément VII.

L’étude menée à partir de cet événement permet de comprendre combien le contexte religieux et politique conditionne la commande du décor par le marchand-banquier florentin, Giovan Maria Benintendi, ainsi que le choix d’une iconographie particulière. En effet, au premier abord disparates, les thèmes iconographiques, en majorité venus d’oltralpe, peuvent en réalité être lus comme un cycle. Si l’ordre de lecture des quatre panneaux est restitué à partir de l’ordre chronologique lié à la généalogie du Christ, une analyse précise des panneaux mise en rapport avec le contexte historique permet de se rendre compte que chacun d’entre eux pose la question de la reconnaissance du fils par le père. Mais ce n’est pas tout, le cycle – et chaque panneau – pose cette question sur deux niveaux de lecture mettant en scène de façon parallèle le contexte politique du monde chrétien, dans lequel s’affrontent le pape et l’empereur, et le contexte plus local du « monde florentin », où s’affrontent républicains et pro-médicéens. Il se tisse ainsi à l’intérieur même de chaque panneau, et entre eux, un réseau de correspondances et de résonnances, qui fait apparaître le cycle Benintendi comme un véritable parcours initiatique à la fois moral, politique et spirituel servant à édifier le spectateur par la reconnaissance des formes.

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search