Ressource : Fabien Lacouture, « Enfance, Renaissance ? », à réécouter sur France Culture

Les penseurs humanistes, en proposant une définition neuve de l’éducation, bouleversent la conception que les sociétés occidentales ont de l’enfance. Nous plongeons aujourd’hui dans la vie de ces enfants de l’âge moderne.

Nos ancêtres aimaient-ils leurs enfants ? Les historiens et les historiennes se penchent sur la question depuis des décennies. En réalité, l’interrogation serait plutôt : comment nos ancêtres aimaient- ils leurs enfants ? Le questionnement peut être étendu à la manière dont étaient vus les bambins : les enfants de nos ancêtres – qui sont donc nos propres aïeux – étaient-ils beaux ou bien laids ? Quand nous nous baladons dans les salles de nos musées, celles consacrées au Moyen Âge puis à la Renaissance, nous sommes parfois surpris de couvrir, sur un Vierge à l’enfant, un petit Jésus qui ressemble à un vieillard. C’est troublant… Loin du chérubin potelé, c’est un bébé tout musclé. Loin de la chair rose d’un visage angélique, c’est un regard sévère sur un visage ridé qui se pose sur nous. Dérangeant… Soudain, dans une salle du musée, il y a une Madone avec un Jésus acceptable : sa mère le regarde avec douceur et il fait de même. Nous voici rassuré… La Renaissance serait-elle une nouvelle naissance pour l’enfant ? […]

Nous recevons également Fabien Lacouture, docteur en histoire de l’art, chargé de cours à Paris Sciences et Lettres et aux Universités de Lille, d’Angers et d’Amiens, il est notamment l’auteur de la thèse intitulée « Représenter l’enfant en Italie du Nord et Italie centrale, XIVe-XVIe siècles » soutenue en 2017.

Au XVIe siècle la figure du Christ est la figure dominante de l’enfant. C’est aussi la figure de l’enfant qui cache les autres enfants. C’était un des questionnements au début de ma thèse, à savoir quoi faire, justement, de cet Enfant auquel on met un E majuscule, que ce soit le Christ seul, ou une Madone à l’enfant. Mais aussi beaucoup d’autres enfants, et notamment si on se tourne vers des représentations plus profanes. On a alors des portraits et des représentations de scènes de naissance également. On a vraiment un spectre très large et c’est aussi dans ce spectre là qu’on l’on arrive à déceler plus facilement ce qu’était, ou ce que pouvait être, ou ce que les adultes considéraient comme devant être l’enfant avec à la fois la position du commanditaire qui commande le portrait et la position du peintre. Fabien Lacouture

Source

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search