Parution : Arnaud Bikard, La Renaissance italienne dans les rues du Ghetto, Turnhout, Brepols, 2020

L’œuvre poétique yiddish du savant hébraïste Élia Lévita constitue une brillante illustration des tendances esthétiques de la Renaissance italienne dans les couches populaires de la société juive au début du XVIe siècle.

Cet ouvrage constitue la première étude d’ensemble de l’œuvre poétique yiddish d’Élia Lévita (1469-1549) et cherche à définir sa place dans la littérature de la Renaissance en analysant les transferts esthétiques et culturels ayant présidé à sa production. Il situe l’œuvre vernaculaire de ce savant hébraïste, proche des humanistes chrétiens, dans les traditions poétiques juives hébraïques et yiddish et dans la logique d’une affirmation du rôle de l’écrivain séculier et de la langue vernaculaire dans la société juive. Il analyse également la portée des modèles extérieurs, chrétiens, en insistant sur l’inscription des romans de chevalerie de Lévita dans l’évolution générale du genre chevaleresque en Italie. L’Arioste, et en particulier son Roland furieux, ont joué un rôle majeur dans le raffinement progressif du projet esthétique du poète yiddish. Par son ampleur et par sa variété, l’œuvre vernaculaire d’Élia Lévita constitue non seulement la première œuvre moderne de la littérature yiddish mais aussi un cas particulièrement évocateur de diffusion des modèles esthétiques de la Renaissance dans des catégories ethniques (les Juifs) et sociales (les classes populaires) que l’on aurait pu croire éloignées de ces mutations culturelles.

Arnaud Bikard, ancien élève de l’École Normale Supérieure (Ulm) et agrégé de Lettres Modernes, a préparé et soutenu une thèse de doctorat en Littérature Comparée à l’Université Paris-Sorbonne en 2014. Il est Maître de Conférences en langue et culture yiddish à l’INALCO.

Source


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search