Présentation d’ouvrage : Joana Barreto, La Majesté en images. Portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon, Toulouse, librairie Ombres Blanches, lundi 12 mai, 18h

Joana Barreto, La Majesté en images. Portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon, Rome, Ecole française de Rome, 2013Rencontre avec Joana Barreto autour de la publication de sa thèse La Majesté en images. Portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon (éditions École française de Rome).

Joana Barreto est docteur en histoire de l’art de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Ancienne pensionnaire de la Villa Médicis et boursière Lavoisier à Naples, elle a co-dirigé les actes de colloque Visible et lisible. Confrontations et articulations du texte et de l’image (Nouveau Monde, 2007) et La battaglia nel Rinascimento meridionale. Moduli narrativi tra testo e immagine (Viella, 2011).

De 1442 à 1501, les Aragonais occupent le trône napolitain. Grâce à une riche documentation textuelle et iconographique, cet ouvrage retrace la construction de l’imaginaire monarchique dans le royaume de Naples, puis sa diffusion dans les cours alliées et ennemies. Les portraits physiques des cinq rois de la branche aragonaise de Naples, ainsi que leurs portraits symboliques, notamment héraldique et emblématique, permettent l’étude de l’incarnation d’une identité napolitaine. Au-delà du corps royal, l’unité de la Couronne se dit aussi dans les portraits des serviteurs de l’État et ceux de la famille royale, tout comme dans les rituels, la mise en scène des résidences royales et ducales, et par la création d’un nouveau visage topographique de la capitale et du royaume.

L’expression de la souveraineté s’inscrit dans un vaste mouvement méditerranéen, envisagé des années 1420 au 17e siècle, de Valence à Naples, Florence, Ferrare, Barcelone ou Marseille. Le mécénat des rois de Naples et de leurs proches, ainsi que leurs choix iconographiques, apparaissent respectueux des traditions aragonaises, angevines et souabes, mais aussi résolument modernes en dialogue avec les Flandres, l’Espagne et l’Italie contemporaine. Seule monarchie de la péninsule, ces vaincus de l’histoire, déchus lors des Guerres d’Italie, lèguent à l’Europe moderne le triomphe et le portrait à l’antique, la chronique monumentale, le portrait de ville et le portrait monétaire.

source : http://www.ombres-blanches.fr/prochaines-rencontres/rencontre/rencontre/2515/joana-barreto/la-majeste-en-images–portraits-du-pouvoir-dans-la-naples-des-aragon.html

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search