Cycle de conférences : Sabine Frommel, “Peindre l’architecture durant la Renaissance italienne”, La Chaire du Louvre, Paris, Musée du Louvre, du 28 septembre au 12 octobre 2020

Dès l’aube de la Renaissance, la mise au point de la perspective centrale et les tentatives d’appropriation de l’héritage classique ont favorisé le renouveau de la représentation fictive de l’architecture. Cette tradition léguée par l’Antiquité romaine avait connu, sous des conditions certes différentes, un premier essor en Italie à partir de la fin du 13e siècle. La fortune dont cette pratique bénéficia est surtout due à des artistes au profil
polyvalent suscitant des interactions et des glissements entre les genres artistiques. Le « peintre-architecte » recourut à la toile ou la paroi, moins contraignantes que les matériaux de construction, pour expérimenter de nouvelles typologies et de nouveaux langages jusqu’à concevoir de véritables projets d’architecture.

Avec le soutien de Henri Schiller, mécène du musée du Louvre et fondateur du cycle de conférences de la Chaire du Louvre

Les enjeux sont multiples et vont de l’évocation d’un contexte historique, souvent guidée par un souci d’authenticité, en passant par l’adoption ou même la critique de créations récentes, jusqu’à la vision de la ville idéale et l’illustration d’une théorie.

En s’interrogeant sur l’apport des tableaux de chevalet, fresques, dessins, tapisseries, marqueteries ou reliefs, on perçoit mieux les contaminations entre les sphères réelle et virtuelle et ainsi l’évolution des langages architecturaux. Propice à exprimer de manière éloquente des valeurs narratives et symboliques, l’espace illusionniste et le monument feint connurent un formidable essor au service des concepts religieux, des idéologies politiques ou encore des stratégies de légitimation et d’autoglorification des souverains et des princes de l’Église. Favorisée par la gravure et les traités, la dissémination en Europe du riche éventail de modèles forgés dans les centres artistiques de la péninsule comme
Florence et Rome incita à des synthèses inédites avec des traditions locales et des adaptations aux nouveaux penchants artistiques.

« L’artiste de la Renaissance assumant un profil polymorphe, capable de s’exprimer dans différents genres artistiques et de concilier théorie et pratique, la quête du renouveau des moyens d’expression prit conjointement en charge des formules monumentales et celles liées au domaine figuratif. De fait, le papier et la toile, offrant des supports plus souples et “tolérants”, certaines réflexions théoriques y furent assimilées avec plus de facilité qu’au sein d’un projet architectural ou d’un chantier. Ces passages et ces croisements sont susceptibles d’éclaircir certains aspects des évolutions morphologiques, puisqu’ils ont frayé à l’architecte-peintre un chemin vers des expérimentations auxquelles le praticien, continuellement confronté à des contraintes techniques et physiques, ne put recourir.

Souvent sous forme de ruine, les édifices imaginés bénéficièrent d’un épanouissement particulier parmi les dessins et tableaux figurant des sujets religieux, où ils répondent à un double objectif : évocation du grand patrimoine vénéré de l’Antiquité romaine et, par leur état précaire, visualisation d’une tradition révolue qui a cédé la place à la religion chrétienne. Entre l’ère païenne vaincue, mais glorifiée comme idéal des expressions artistiques de l’âge de l’humanisme, et un culte d’images approprié aux sujets bibliques, apparaît une contradiction qui mène au coeur des élaborations de la Renaissance italienne. »

 


  • Les origines de l’architecture peinte : des modèles antiques aux innovations de Giotto

La tradition de l’architecture illusionniste, qui animait les intérieurs des demeures antiques par des effets de trompe-l’oeil raffinés, s’était interrompue après la chute de l’Empire romain. Lorsqu’elle connut un nouvel essor dès la fin du 13e siècle, les systèmes politiques avaient imposé d’autres sujets, représentés par des idiomes et des techniques issus de la tradition médiévale. Les seigneuries italiennes, établissant des principautés urbaines de type monarchique, aspirèrent à des formules éloquentes d’autocélébration de leur dynastie et de leur gouvernement.


  • L’héritage classique et l’impact de la perspective centrale : Leon Battista Alberti, Donatello, Andrea Mantegna

Dans le cadre du renouveau des langages artistiques, la représentation de bâtiments, de ruines, de la ville idéale et de chantiers dans la peinture de chevalet, les fresques, les dessins, les reliefs et les marqueteries a constitué un instrument capital pour la mise au point de formes et de principes inédits.

  • Raphaël et ses successeurs : un nouveau dialogue entre imagination et construction

Sous les pontificats de Jules II et Léon X (1503-1521), tandis que les langages se transformèrent grâce à une connaissance toujours plus précise des vestiges antiques et du traité de Vitruve, l’architecture peinte connut un âge d’or. Stimulés par les monuments de Bramante, témoins d’un nouveau classicisme, et les grands chantiers inachevés (la basilique Saint-Pierre, la cour du Belvédère, le palais Farnèse), Raphaël et ses élèves développèrent un nombre prodigieux de prototypes. Ceux-ci expriment de manière significative les concepts religieux et les revendications politiques des deux pontifes et de leur cour.

  • Diffusion et hybridation des modèles romains : les foyers artistiques de Florence, Sienne et Venise

À Rome, à partir de la troisième décennie du Cinquecento, les artistes assimilèrent et élaborèrent le vaste éventail de modèles hérités de la Seconde Renaissance italienne, en profitant des progrès dans le domaine de la scénographie de théâtre et de l’architecture éphémère. Intensifié par le sac de Rome en 1527, un mouvement de migration favorisé par des élèves de Raphaël se mit en place vers d’autres centres artistiques de la péninsule.

  • Affinités et divergences : France, Italie et Flandres

À la fin du 16e siècle et pendant la première moitié du 17e siècle, les architectures fictives profitèrent pleinement des modèles hérités de la Renaissance ainsi que de la prolifération du traité et de la gravure. Les choix au sein de cet ample éventail révèlent des affinités artistiques et culturelles, souvent liées à des besoins de légitimation.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search