Parution : Émilie Chedeville (dir.), et al., « Le fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne », Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020

Nous vous signalons la sortie du 12e volume de la collection Histo.art.

Cet ouvrage, intitulé Le fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne est publié aux Éditions de la Sorbonne sous la Direction d’Émilie Chedeville, Étienne Jollet et Claire Sourdin.

Présentation

Selon certaines habitudes visuelles occidentales fixes, le fond s’opposerait à la forme ou à la figure, l’avant au fond. Pour un tableau, une sculpture ou même pour une architecture, le rapport entre le fond et la forme qui s’y découpe révèle un certain ordre du monde symbolique, du moins signifiant. Or, cette hiérarchisation se voit précisément bouleversée aux XVIIe et XVIIIe siècles et l’inscription dans une compréhension du monde n’est plus si évidente. L’instabilité engendrée par ce renversements de valeurs met en lumière l’ébranlement des consciences de la seconde modernité, et cela sur plusieurs registres : spirituel, mais aussi politique ou encore sensible. Cette publication entend cerner la manière dont le questionnement sur la notion de fond dans les arts visuels s’articule à des enjeux plus généraux et propres à la période moderne, dont la sécularisation. Aborder une œuvre par le truchement du fond met donc en lumière grand nombre de ses spécificités.

Sommaire

Avant-Propos
Étienne Jollet

Introduction. Le fond comme fondement dans la peinture française des XVIIe et XVIIIe siècles
Étienne Jollet

POUR UNE APPROCHE MATÉRIELLE DU FOND

« Un fond […] raisonnable et raisonné ». Conception des fonds dans l’œuvre de Jean-Baptiste Oudry
Claire Betelu

Fond et matérialité. Une approche sensible de la peinture entre 1750 et 1860
Barbara Jouves

LE FOND ET LA REPRÉSENTATION

« Le fond du Tableau est frais & riche dans son espèce ». Variations et évocations autour d’une pastorale de François Boucher
Claire Sourdin

Fonds iconologiques, tableaux de la vie humaine
Chloé Perrot

Réorienter l’imagination. La mise en valeur du fond dans l’œuvre d’Hubert Robert
Frédérique Baumgartner

LE FOND DU DÉCOR

« Mettre en lumière » la chapelle Corsini de l’archibasilique Saint-Jean-de-Latran
Alexia Vahlas

« Empreinte sacrée ». Décors religieux, harmonie architecturale et illusion dans quelques églises parisiennes au XVIIIe siècle
Émilie Chedeville

Comment sol et fond « rehaussent » le public dans la salle de spectacle. La nouvelle salle du faubourg Saint-Germain, 1782-1799
Hadrien Volle

FOND, FONDEMENT, ORIGINE

On Neutral Grounds. Gerhard Ter Borch’s The Swearing of the Oath of Ratification of the Treaty of Münster, 15 May 1648
Sasha Rossman

L’Homme, la France et la Mort. Fond et fondement du mausolée du maréchal de Saxe par Jean-Baptiste Pigalle
Bastien Coulon

À l’origine de l’œuvre. L’inspiration de l’artiste de Jean-Honoré Fragonard
Florence Fesneau

Table des illustrations

Notices biographiques des auteurs

Cahier couleur

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2021, 12 janvier). Parution : Émilie Chedeville (dir.), et al., « Le fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne », Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mogq

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search