Exposition : « Les Cris dans la ville. Paris et Bologne », Caen, Musée des Beaux-Arts, jusqu’au 29 novembre 2020

En préambule à une saison dédiée à la représentation du travail, sont exposées au cabinet d’art graphique une centaine d’estampes issues de la collection du musée montrant les petits métiers de la rue, métiers de service et de commerce peu qualifiés mais qui paradoxalement constituent une réelle source d’inspiration pour les graveurs du XVIsiècle jusqu’à l’ère industrielle. Les suites de Cris regroupent comme autant de caractères individuels les crieurs qui animaient autrefois l’espace urbain, chacun défini par une gestuelle, des accessoires, un vêtement, une légende ou quelques vers accompagnant l’image. Parmi les Cris les plus diffusés, la suite Arti per via publiée en 1660 est composée de quarante planches gravées par Giuseppe Maria Mitelli d’après des dessins d’Annibale Carracci : artisans et marchands ambulants de la ville de Bologne, se succèdent, saisis en pleine action avec les instruments qui permettent de les identifier. La veine populaire, âpre et parfois à la limite de la caricature, adoptée par les artistes bolonais fait place dans les Cris de Paris gravés d’après les dessins d’Edme Bouchardon à une vision plus empreinte d’humanité. Le comte de Caylus est le graveur et l’instigateur de cette série, la plus ambitieuse du genre, qui regroupe cinq suites de douze estampes, publiées entre 1737 et 1746. Conjuguant observation et bienveillance à l’égard du petit peuple parisien de l’Ancien Régime, Bouchardon se garde des conventions pour rechercher au contraire le naturel des postures.

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search