Ressource : « Le Corps et l’Âme, de Donatello à Michel-Ange », entretien avec Marc Bormand et Philippe Morel

L’exposition « Le Corps et l’Âme, de Donatello à Michel-Ange » au musée du Louvre avait ouvert ses portes le 22 octobre dernier. Retour sur cette exposition avec Marc Bormand, conservateur en chef au département des sculptures au Louvre, et Philippe Morel, professeur d’histoire de l’art à la Sorbonne.

Tullio Lombardo, Bacchus et Ariane, 1505-1510. Marbre, 56 x 71 cm. Vienne, Kunsthistorisches Museum.

Nous sommes en Europe, au coeur du XVème siècle, alors que l’Italie brillante et créatrice excelle dans tous les arts et se délecte de diverses voluptés. L’Italie en même temps s’inquiète de la progression des Ottomans, caractérisée par la prise de Constantinople en 1453. Épuisée par des luttes incessantes entre ces principautés, prête à subir la gourmandise des Français et à devenir la proie de l’Espagne, l’Italie décide enfin de faire la paix entre ses cités. Ce sera l’indispensable et fragile paix de Lodi en 1454 : elle stabilise en effet les grandes cités, Florence, Milan, Rome, Venise, Naples et les plus petites Sienne et Mantoue.

Deux événements transforment les arts à cette époque. L’essor de l’humanisme, nouvelle éthique, nouveaux savoirs, nouvel exercice de l’âme et de l’esprit qui transforment l’oeuvre des artistes et les intentions des gouvernants. Et puis dans le même sillage les chefs-d’oeuvre de l’antiquité et leur redécouverte. Ce nouveau paysage, favorable à l’éclosion des génies, est dans sa période bordée par deux géants. Deux géants parmi beaucoup d’autres, Donatello qui revient à Florence en 1453 et Michel-Ange dont les oeuvres transforment le début du XVIème siècle.

L’exploration pendant cette période d’une profondeur des émotions, des passions et des aspirations de l’âme, de la psyché peut-on dire, et l’expression de celle-ci dans les mouvements du corps est alors le grand sujet des artistes.

Une exposition absolument exceptionnelle vient d’ouvrir et de refermer pour quelques semaines, qui explore ce grand thème, c’est « le Corps et l’Âme, de Donatello à Michel-Ange, sculpture italienne de la Renaissance », qui s’organise autour de trois sujets : la grâce, la fureur et le sacré.

Pour explorer cette exposition Jean de Loisy s’entretient avec Marc Bormand, co-commissaire de l’exposition et conservateur général au département des sculptures au Louvre, et Philippe Morel, professeur d’histoire de l’art à la Sorbonne où il dirige le Centre d’histoire de l’art de la Renaissance.

À réécouter sur France Culture


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search