Appel à contribution : « L’antiquité dans le paysage. Site, nature et mémoire dans l’art pictural de la période moderne », Lausanne, Université de Lausanne, 21 mai 2021, date limite le 28 février 2021

Organisation : Raphaëlle Merle, Université Paris 10 – Nanterre ; Desmond Kraege, AHO Oslo School of Architecture and Design / Université de Lausanne

Entre 1600 et 1850, les images se rapportant au monde méditerranéen sont nombreuses et articulent, très régulièrement, représentation des sites naturels et mise en scène de l’architecture antique. Si les lieux figurés renvoient souvent à des architectures et à des paysages réels, bien identifiables, il arrive également que ceux-ci soient transformés, que la scène soit reconstituée sur la base d’une description textuelle, ou encore qu’elle soit purement imaginaire. Le regard sélectif que les artistes portent sur ces lieux les pousse en effet à favoriser certaines typologies spatio-paysagères ou encore certaines formes architecturales, en lien avec une conception partiellement fictive du paysage antique, qui se décline selon des temporalités variées. L’étude de ces phénomènes, de leurs évolutions, et de l’importance donnée à leurs différentes composantes en fonction des périodes, des écoles et des artistes, sera l’un des objets principaux de cette journée d’étude.

Si la présence de l’antiquité est souvent signifiée par la représentation des édifices ou de leurs ruines, qui servent de marqueurs historiques et parfois géographiques au sein d’un paysage, elle peut également s’exprimer au moyen de l’évocation d’actions ou de personnages célèbres de l’histoire et de la littérature anciennes. Bon nombre de représentations paysagères sont ainsi en constante interaction avec une topographie mentale du monde antique, qu’elle soit historique ou légendaire. Même lorsque la scène représentée est imaginaire, elle peut correspondre à une typologie préexistante rappelant un lieu célèbre : en témoignent les nombreuses vues inspirées par le site de Tivoli et son rapport distinctif entre architecture et morphologie du terrain. L’analyse des images doit cependant être nuancée selon leur destination et leur fonction : les dessinateurs travaillant à des recueils de gravures ou encore à l’illustration de récits de voyages ont des objectifs distincts de ceux des peintres de chevalet, quoique les transferts entre ces différents domaines professionnels offrent également de riches champs de recherche pour les historiens. Une fois mises au jour les possibilités d’analyses intermédiales ouvertes par ce constat, qui offre la possibilité d’élargir le champ des comparaisons au domaine de l’interaction constante entre les images susmentionnées et le décor de théâtre ou encore la conception de jardins pittoresques, il importe de souligner la multiplicité des motivations et des contraintes s’exerçant sur les différentes productions artistiques de cette période. La tentative de représentation fidèle d’un site réel, le souvenir et l’interprétation des textes antiques, la volonté d’atteindre un idéal esthétique, ou encore la fantaisie qui s’attache à l’imagination architecturale ne sont que quelques-uns des enjeux qui peuvent interagir ou se heurter dans la conception d’une image paysagère (Lemerle et Pauwels 2010, Tschudi 2016). La journée d’étude proposée se penchera ainsi sur les questions de mise en scène, de reconstruction, et de transformation du paysage autour de l’architecture et de l’architecture dans le paysage, afin d’examiner la rencontre de plusieurs imaginaires reflétée par les dessins, tableaux ou gravures en question.

La journée d’étude, organisée par l’Université de Lausanne et la Conférence Universitaire de Suisse Occidentale, aura lieu à Lausanne le 21 mai 2021, si la situation sanitaire le permet, ou en ligne dans le cas contraire. Un remboursement partiel ou total des frais de voyage sera possible. L’événement sera encadré par les professeurs suivants : Alain Schnapp (Professeur émérite d’archéologie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Jean-Marc Besse (Directeur de recherche au CNRS, U.M.R. Géographie-Cités), Marianne Cojannot-Le Blanc (Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Paris Nanterre), et Christian Michel (Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Lausanne).

Cet appel à communications s’adresse aux doctorants ainsi qu’aux chercheurs ayant récemment soutenu leur thèse. Les thématiques abordées ne seront pas nécessairement limitées aux genres de la peinture ou gravure de paysage ou d’architecture, ou encore aux publications de voyage. Au contraire, elles pourront également inclure les sites représentés dans la peinture d’histoire, ainsi que les décors de théâtre et jardins témoignant d’un rapport étroit avec une tradition picturale. Les propositions de communication (au maximum 1 page, en français ou en anglais) seront à envoyer à l’adresse antiquitepaysage@gmail.com jusqu’au 28 février 2021. Les participants retenus seront avisés avant le 20 mars. Les auditeurs seront les bienvenus.

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search