Appel à contribution : « Figurations du sentir », Images re-vues, date limite le 30 juin 2021

Johann Glöckler, Allégorie de l’odorat (détail), 1621. Huile sur toile, s. d. Musée national de Wrocław, Wrocław.

Numéro coordonné par Marta Battisti, Viktoria von Hoffmann et Érika Wicky

Ce numéro d’Images re-vues vise à interroger les figurations multiples du sentir. Il a pour ambition de questionner, dans un même mouvement, les représentations visuelles de la perception et l’expérience sensible mobilisée lors de leur création et réception. Les contributions proposées s’inscriront dans le prolongement de recherches interdisciplinaires menées sur l’expérience sensible au cours des dernières décennies.

L’émergence de l’histoire des sens dans les années 1980 est contemporaine de celle de l’histoire des cultures visuelles, dont l’étude concerne à la fois le sens de la vue et les productions adressées au regard. Croisant ces approches, plusieurs travaux, qui s’inscrivent dans la lignée des recherches du médiéviste Carl Nordenfalk (1976), ont été consacrés à l’iconographie des cinq sens, faisant dès lors entrer les images parmi les matériaux de l’histoire du sensible. Ces études pionnières, dont le catalogue de l’exposition Immagini del sentire : i cinque sensi nell’arte (Ferino-Pagden, 1996) est un exemple, ont permis d’identifier, notamment, les allégories et symboles associés aux différents sens dans les cultures visuelles. Les évocations du sensorium – le plus souvent aristotélicien –, que l’on rencontre, par exemple, chez Floris et Cort (Les cinq sens, 1561), Brueghel l’Ancien et Rubens (Allégories des cinq sens, 1617) ou encore dans les riches collections d’emblèmes qui se développent à la Renaissance, sont aujourd’hui bien connues. Il s’agit, par exemple, d’un miroir pour la vue, d’un cerf ou d’un instrument musical pour l’ouïe, de fleurs pour l’odorat, d’un singe et de mets pour le goût ou encore de l’évocation d’un contact, avec du tissu, par exemple, pour le toucher, dont la finesse est symbolisée par celle de l’araignée. De telles études ont également permis de mettre en évidence les fonctions attribuées à chaque sens ainsi que les descriptions du fonctionnement des organes sensoriels. En s’appuyant à la fois sur cette tradition historiographique et sur les développements récents des sensory studies, inspirés par le dialogue fécond noué entre l’histoire des sens et l’histoire des émotions (Bodicce et Smith, 2020), cet appel à communications propose d’étudier les figurations du sentir en tant que relais de l’expérience sensible du monde.

Plutôt que les registres symboliques associés aux sens, nous souhaitons considérer les représentations visuelles des actes de la perception, qu’il s’agisse de représentations artistiques ou d’imageries scientifiques, en dialogue avec l’expérience sensible qui entre en jeu lors du processus de création et de réception de celles-ci. Analyser la façon dont la perception sensorielle, qui relève de l’invisible et s’inscrit dans le présent, a pu être représentée, nous amènera à prêter attention aux gestes, mais aussi aux appareils (tel le cornet acoustique ou le lorgnon) liés à l’acte de sentir, tout aussi bien qu’à son éventuelle impossibilité causée par une défaillance des sens, une perspective qui pourra s’enrichir de l’apport des disability studies. Nous envisagerons également les images en rapport avec les gestes sensibles de la création, en analysant la sensorialité de l’artiste lui-même et les possibilités de résonnance de ses perceptions avec leurs représentations. Parallèlement, la réception des images du sentir et les réponses émotionnelles du spectateur face à la figuration de la sensation (dégoût, rire, plaisir) seront aussi prises en considération. Envisager les représentations visuelles du sentir comme expérience sensible du monde impliquera de réfléchir à l’intersensorialité implicite de ce genre de production, ainsi que d’évaluer la mobilisation, au niveau imaginatif, des sens du spectateur, nous conduisant à considérer tant la production que la consommation des œuvres. Nous interrogerons ainsi la dimension résolument esthésique (< aesthesis, la sensation) des figurations du sentir (Boutaud, 2012).

Une approche globale des figurations de la perception sensorielle permettra de mieux comprendre la construction des pratiques et des savoirs liés à l’acte de sentir, tout autant que les modèles sensoriels qui ont gouverné notre rapport au monde. La prise en considération de différents supports visuels (peintures, gravures, dessins, sculptures) et domaines culturels (arts, sciences naturelles, médecine, gastronomie, musique, religion) permettra d’interroger les fonctions de ces représentations et leur contribution à une esthétisation, une objectivation ou une réflexion sur l’expérience des sensations. L’absence de limites chronologiques et l’ouverture à toutes les ères culturelles nous donnera l’occasion d’explorer la diversité des réponses qui ont pu être données à ces questions, voire de nourrir une approche comparative des figurations du sentir.

Parmi les pistes de recherches pouvant être explorées, mentionnons :

  •  Les enjeux artistiques, religieux, économiques, philosophiques ou politiques que les représentations de la perception sensorielle peuvent revêtir, ainsi que les enjeux liés à la caractérisation sociale, genrée ou racisée des sujets de ces figurations.
  • L’articulation entre les hiérarchies sensorielles et les cultures visuelles : les sensorialités réputées basses constituent-elles des sujets de prédilection pour les genres considérés comme inférieurs, telle la caricature ? Ou bien leur représentation nécessite-t-elle un détour allégorique ?
  • Les stratégies visuelles permettant de figurer l’intensité des perceptions sensorielles.
  • Les représentations visuelles d’autres imaginaires sensoriels que celui des cinq sens relevant du sensorium défini par Aristote. L’art pré-hispanique (Cruz Riviera, 2019) ou celui de l’islam médiéval (Le Maguer, 2013) invitent à d’autres exemples et analyses des figurations du sentir.
  • Les lieux communs et les gestes du sentir inhérents aux imaginaires figuratifs sensoriels d’une culture et d’une époque données, comme, par exemple, les représentations de dissections anatomiques ou de banquets à l’époque moderne, ou encore les figurations fin-de-siècle des jeunes filles humant une fleur d’un air rêveur.
  • Les représentations visuelles du sentir empruntant à d’autres systèmes de conventions qui, comme les cartes sensorielles ou les visualisations de l’activité cérébrale, échappent aux codes de représentation habituellement convoqués par les arts visuels.

Les propositions d’articles (750 mots maximum) en français, en anglais ou en italien précisant la problématique abordée et le corpus analysé devront être adressées à Marta Battisti, Viktoria von Hoffmann et Érika Wicky avant le 30 juin 2021. Les articles rédigés en anglais, en français ou en italien (entre 30 000 et 60 000 signes) seront attendus pour le 1er février 2022. Conformément aux pratiques habituelles de la revue, chaque article fera l’objet d’une double évaluation par le comité de rédaction puis par le comité scientifique d’Images re-vues.

Bibliographie sommaire :

Beusen P., Ebert-Schifferer S., Mai E. (dir.), L’Art Gourmand, Bruxelles, Crédit Communal, Snoeck-Ducaju & Zoon, 1996.

Boddice Rob, Smith Mark, Emotion, Sense, Experience, Cambridge, CUP (Cambridge Elements), 2020.

Bösel, R., Di Monte M. G., Di Monte Michele, Ebert-Schifferer Sybille (dir.), L’arte e i linguaggi della percezione. L’eredità di Sir Ernst H. Gombrich, Milano, Electa, 2004.

Boutaud Jean-Jacques, « L’esthésique et l’esthétique. La figuration de la saveur comme artification du culinaire », Sociétés & Représentations, n° 34, 2012/2, p. 85 à 97.

Bradley Mark, « The Artistry of Bodies, Stages and Cities in the Greco-Roman World », A Cultural History of the Senses in Antiquity, Bloomsbury, 2018.

Bradstreet Christina, Scented Visions: Smell in Nineteenth-Century Art, University Park: Penn State University Press, à paraître en 2021.

Classen Constance, The Color of Angels: Cosmology, Gender and the Aesthetic Imagination, Londres, Routledge, 1998, 248 p.

Cohen Sarah, « Experiencing the Arts in the Age of Sensibility », A Cultural History of the Senses in the Age of Enlightment, Bloomsbury, 2018.

Cruz Riviera, Sandra Amelia, « La representación y función dinámica del sonido en los mitos mesoamericanos », La dimensión sensorial de la cultura: Diez contribuciones al estudio de los sentidos en México, Mexico: U. Autonoma Metropolitana / Ediciones del Lirio, 2019, p.145 – 172.

Csergo Julia, Desbuissons Frédérique (dir.), Le cuisinier et l’art. Art du cuisinier et cuisine d’artiste (XVIe-XXIe siècle), Paris-Chartres, Les Éditions de l’institut national d’histoire de l’art / Menu Fretin, 2018.

De Riedmatten Henri, Galley Nicolas, Corpataux Jean-François et Nussbaum Valentin (dir.), Senses of sight: towards a multisensorial approach of the image. Essays in honour of Victor Stoichita, Roma, L’Erma di Bretschneider, 2015

Ferino-Pagden Sylvia (dir.), Immagini del sentire: i cinque sensi nell’arte, Milano, Leonardo Arte, 1996. Fritz

Fowler Caroline, Drawing and the senses: an early modern history, Turnhout, Belgium, Brepols (coll. « Harvey Miller studies in Baroque art »), 2016, 178 p.

Gétreau Florence, Voir la musique, Paris, Citadelles & Mazenod, 2017, 415 p.

Grand-Clément Adeline, Rendu Loisel Anne-Caroline et Blakolmer Fritz (dir.), Les traces du sensible : pour une histoire des sens dans les sociétés anciennes, Trivium, n°27, 2017.

Guédron Martial, Mistre-Schaal Mylène et Temenuzha Dimova (dir.), L’emprise des sens : de la fin du Moyen Âge à nos jours, s.l., (coll. « Guide des arts »), 2016.

Le Maguer Sterenn, « De l’autel à encens au brûle-parfum : héritage des formes, évolution des usages », Archéo.doct n°5, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 183-200.

Neiser Wolfgang, Audition in der Kunst der italienischen Renaissance, Regensburg, Schnell & Steiner (coll. « Regensburger Studien zur Kunstgeschichte »), 2015.

Mistre-Schaal Mylène, « Sniffing : The Figuration of Olfactory Attraction in Eighteenth Century European Art», De Achttiende Eeuw, 48, 2016, p.127-143.

Nordenfalk Carl, « Les cinq sens dans l’art du Moyen-Âge », Revue de l’art, n°34, 1976, p. 17-28.

Palazzo Eric, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge, Paris, Les Éditions du Cerf, 2014.

Quiviger François, The Sensory World of Italian Renaissance Art, London, Reaktion Books, 2010, 206 p.

Riout Denys, « Art et olfaction : des évocations visuelles à une présence réelle », Cahiers du MNAM, n°116, été 2011, p. 84-109.

Sanger Alice E., Tove Kulbrandstad Walker Siv (dir.), Sense and the Senses in Early Modern Art and Cultural Practice, Ashgate, Farnham–Burlington, 2012.

Summers David, The Judgement of Sense: Renaissance Naturalism and the Rise of Aesthetics, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search