Parution : Studiolo n°16

Studiolo n°16

Dossier thématique : La main de l’artiste

Dans ces murs voués aux merveilles
J’accueille et garde les ouvrages
De la main prodigieuse de l’artiste,
Égale et sans rivale de sa pensée.
L’une n’est rien sans l’autre.
(Paul Valéry)

Le numéro 16 s’intérèsse à tous les enjeux conceptuels autour de la main de l’artiste dans une perspective aussi bien historique qu’historiographique sans négliger les questions de style et d’attributions.

Édito : « Di mano in mano »

La Main gauche, anciennement dite La Main de Michel-Ange, conservée au Victoria and Albert Museum à Londres, interroge l’historien de l’art à plusieurs égards. L’étrange fragment en terre cuite représentant une main tronquée au niveau du poignet se dresse sur ses propres doigts serrant une draperie ou un objet indéterminé. S’il est largement tributaire du vif intérêt qui se répand à la Renaissance pour l’étude des éléments anatomiques dissociés, il incarne aussi la fascination qui mena certains artistes à singer le style de leurs maîtres, comme le fit Bartolomeo Passerotti dans un dessin longtemps considéré une étude de main de Michel-Ange, le maître aux divinissime mani.

Témoignage d’une vénération qui rappelle le culte des reliques, ce fragment de main, qui a pu servir à son tour de modèle au même titre que les vestiges antiques ou les moulages en plâtre peuplant les fonds d’atelier, s’enrichie d’une autre valeur. Il incarne à lui-même la question de la main qui crée, qui donne vie et corps à la matière, qui, à elle toute seule, est capable de porter l’idée même de style (la maniera) ; autant de questions traitées par les auteurs qui ont contribué à ce numéro thématique.

Initialement prévu pour 2020, le numéro 16 de Studiolo est le fruit d’un passage de témoin concernant à la fois la direction de la revue et du département d’histoire de l’art, et la direction de l’Académie de France à Rome. Avec un comité de rédaction élargi, la revue souhaite réaffirmer son attention aux perspectives novatrices de l’histoire de l’art ainsi qu’aux dialogues entre époques et entre disciplines, qui ne cessent de se nouer à la Villa Médicis.

 

Sommaire

Dossier : La main de l’artiste

BERTRAND MADELINE, L’homme à la main médusante

SARA VITACCA, Michel-Ange et les divinissime mani dell’artiste : un topos réinventé au XIXe siècle

LYDIE DELAHAYE, Filmer l’art. Une chorégraphie du geste créatif

CYRIL GERBRON, Les mains sales de Giulia Andreani

LUISA CAPODIECI, À fleur de peau. La Dame au bain et les « caresses de pinceaux » de François Clouet

Varia

ANTONIO GEREMICCA, Quattro sonetti per quattro ritratti. Attestazioni letterarie per Jacopino del Conte ritrattista dei Del Monte e degli Orsini

ELENA BUGINI, «…auec grande curiosité…» : les caractères originaux des boiseries de la chapelle d’Urfé à travers la description d’un écrivain du XVIIe siècle (et ses lacunes)

ANTHONY COLANTUONO, Visceral Responses: Unexplained Expressions of Astonishment, Disbelief and Marvel in Poussin’s Martyrdom of Saint Erasmus

Champ libre

HÉLÈNE GIANNECHINI

PAULINE LAFILLE

LILI REYNAUD DEWAR

Villa Médicis, histoire et patrimoine

DOMINIQUE JARRASSÉ, Liaisons dangereuses. Mécénat et réseaux d’influence droitière à la Villa Médicis durant l’entre-deux-guerres

ALESSANDRA GARIAZZO, La Mission Patrimoine



Citer ce billet
Juliette Brack (2021, 18 avril). Parution : Studiolo n°16. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mojr

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search