Actualité : 4e édition du festival de l’histoire de l’art, Château de Fontainebleau, 30-31 mai et 1er juin

affiche-collectionner-festival-histoire-de-lart-4e-editionLe Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau s’associent, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pour proposer la quatrième édition du Festival de l’histoire de l’art les 30, 31 mai et 1er juin 2014.

Entièrement gratuites, conçues comme un carrefour des publics et des savoirs, ces trois journées permettent de profiter librement de conférences, débats, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres dans le château et dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau.

Le Festival s’adresse à tous ceux – curieux, familles, élèves, étudiants, enseignants, universitaires, conservateurs, représentants des diverses professions du monde de l’art – qui pratiquent, qui aiment ou qui souhaitent mieux connaitre cette histoire dont l’enseignement est maintenant généralisé à toute la scolarité.

 

1. Un thème : collectionner
Le Festival explore chaque année un thème. En 2011, 15 000 personnes étaient venues se confronter au thème de la Folie ; en 2012 18 000 se sont laissées entraîner par celui du Voyage, en 2013, 20 000 visiteurs se sont intéressés à celui de l’Éphémère. En 2014, c’est le thème « Collectionner » qui sera présenté aux festivaliers. Pratique très ancienne dont les premières attestations remontent à la préhistoire, la collection parle des relations entre l’œuvre d’art et la société, entre les artistes et leurs commanditaires ou acheteurs, entre les amateurs privés et le public. Le Festival verra se croiser sur ce thème les regards d’historiens de l’art, de collectionneurs, de marchands, mais aussi d’artistes, de philosophes et de psychanalystes.

 

2. Un pays invité : la Suisse
Le Festival, c’est également trois rendez-vous annuels placés sous le regard privilégié d’un pays invité, la Suisse : le Salon du livre et des revues d’art ; Art & Caméra, panorama et perspectives sur le film et l’art ; et le Forum de l’histoire de l’art, qui sera l’occasion de découvrir l’actualité du monde de l’art suisse, de la comparer à la situation française et européenne. Territoire passionnant pour l’histoire de l’art, la Suisse a une riche actualité dans le domaine du patrimoine comme de la recherche ou de la création artistique. Ici, jusqu’au XIXe siècle, pas d’Etat central organisateur d’une politique nationale de la culture, mais de multiples acteurs, hommes de pouvoir, institutions civiles ou religieuses, puis, au XXe siècle, de très nombreuses initiatives privées, émanant de citoyens suisses d’origine ou d’adoption. La Suisse abrite ainsi un nombre considérable de collections exceptionnelles, dans des domaines aussi variés que les arts premiers, l’art contemporain ou l’archéologie, qui lui permettent de rivaliser avec les plus grands pays du monde.

 

PROGRAMME
On trouvera ci-dessous une sélection des évènements touchant de près ou de loin à l’art de la Renaissance :

30/05/2014 – 10h00 à 11h00 : Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité (160 places)
Conférence inaugurale : Les reliques, les collections, la mémoire par Krzysztof Pomian
En partant des reliques, la conférence traite des instruments de mémorisation et de la mémoire humaine externe, matérialisée dans des objets. Elle passe ensuite en revue différents types de collections, depuis les trésors jusqu’aux musées et ensembles de monuments protégés, en tenant compte des collections particulières. Et elle se termine par une réflexion sur le type le plus récent de collection, qui forme la troisième ceinture de la mémoire externe humaine composée de données enregistrées sur les disques durs des ordinateurs et sur les serveurs.

30/05/2014 – 11h30 à 12h30 : Salon du Livre – Espace rencontre (50 places)

Présentation d’ouvrage : Les carnets de l’ENSBA par Emmanuelle Brugerolles
À l’ouverture du Cabinet Jean Bonna en 2005, l’École des Beaux-Arts a souhaité organiser trois expositions par an, deux consacrées à son patrimoine graphique et un à la production dessinée des artistes professeurs à l’École. Ces expositions ont toujours été accompagnées de catalogues, sorte de dossiers thématiques qui témoignent des approches, des réflexions et des échanges menés autour des dessins choisis pour ces présentations.
Aujourd’hui les trente numéros édités offrent un panorama d’une grande diversité thématique sur le dessin, abordent de nombreuses problématiques liées à la création graphique et à ses multiples fonctions.

30/05/2014 – 11h30 à 13h00 : Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes (190 places)
Table ronde : Nouvelles recherches sur les collections italiennes au XVIe-XVIIe siècles par Elena Fumagalli, Michel Hochmann, Stefania Mason et Raffaella Morselli
Les collections italiennes de l’époque moderne ont fait l’objet, ces dernières décennies, d’un grand nombre de recherches de grande ampleur. Des enquêtes systématiques ont été lancées sur certaines villes comme Bologne, Rome, Naples ou Venise. Des expositions ont présenté à un vaste public quelques grandes collections princières, comme celles des Farnèse ou des Gonzague. Les intervenants à cette table ronde ont pris part à plusieurs de ces projets et en présenteront les enjeux et les résultats.

30/05/2014 – 13h30 à 15h00 : Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité (160 places)
Table ronde : Collectionner le dessin aujourd’hui par Jean Bonna, Emmanuelle Brugerolles, Etienne Dumont, Nathalie Motte, Claudine Papillon et Guillaume de Saint-Seine
Peut-on dresser un portrait type de collectionneur de dessins ? Si l’on dresse un panorama des collectionneurs des siècles passés, on perçoit vite leur diversité, avec des spécificités qui relèvent aussi bien de leurs personnalités que des préoccupations de leur temps.
Cette diversité est encore très présente aujourd’hui et on pourrait presque dire qu’il y a autant de type de collections que de collectionneurs. Certains d’entre eux souhaitent s’inscrire dans la filiation des grands collectionneurs du passé, comme Pierre-Jean Mariette ou Philippe de Chennevières, d’autre font preuve d’une originalité qui témoigne des intérêts de notre siècle.
Pierre Jean Mariette qui a collectionné au XVIIIe siècle des œuvres anciennes de toutes les écoles était également sensible dans ses achats aux créations de son temps. Existe-t-il aujourd’hui deux types de collectionneurs, un pour le dessin ancien et un pour le dessin contemporain et quels sont les ambitions qui guident leur choix ? Devant la valorisation du dessin sur le marché de l’art depuis quelques années, voit-on apparaître de nouveaux critères d’acquisition liés aux valeurs commerciales des œuvres ?
Quoi qu’il en soit une des qualités incontestables du collectionneur de dessins est celle de découvreur : celle d’acquérir un dessin signé d’un artiste des siècles passés, qui va permettre de poursuivre nos connaissances en histoire de l’art, celle de rassembler un ensemble de feuilles permettant d’avoir un nouvel éclairage sur une époque ou un mouvement artistique précis, celle de découvrir les talents d’un jeune créateur.

30/05/2014 – 16h00 à 17h00 : Salon du Livre – Espace rencontre (50 places)
Présentation d’ouvrage : Une proposition des éditions Macula : Les Cabinets d’art et de merveilles de la Renaissance tardive. Une contribution à l’histoire du collectionnisme par Patricia Falguières

30/05/2014 – 17h30 à 18h30 : Château de Fontainebleau – Salle de la Grotte des Pins (30 places)
Conférence : Les cabinets d’Augsbourg : un meuble et ses enjeux pour le collectionnisme du XVIe-XVIIe siècle par Virginie Spenlé
Cette communication a pour but de présenter les meubles de collection allemands du XVIe et XVIIe siècle, leur évolution et traits distinctifs. En examinant les enjeux qui président à la conception d’un nouveau type de meuble à la fois récipient, espace et objet de collection, je souhaite démontrer que les cabinets d’Augsbourg répondent parfaitement aux principes d’agencement des Kunst- et Wunderkammer.

31/05/2014 – 15h00 à 16h00 : Château de Fontainebleau – Salle de la Grotte des Pins (30 places)
Conférence : La chute de Constantinople et le collectionnisme des icônes : le cas de Rome durant la seconde moitié du XVe siècle par Simona Moretti
On s’intéressera au goût des collectionneurs pour les icônes byzantines à Rome, au XVe siècle, à travers l’histoire de trois personnages exceptionnels (les cardinaux Bessarione, Pietro Barbo et Francesco Gonzaga), en essayant de définir les débuts d’un chapitre nouveau dans l’histoire du goût européen.

31/05/2014 – 16h30 à 18h30 : L’Âne Vert Théâtre – L’Âne Vert Théâtre (80 places)
Débat : Où va l’histoire de l’art ? L’histoire de l’art et les objets. Carte blanche à l’APAHAU par Jan Blanc, Olivier Bonfait, Giovanna Capitelli, Gabriele Dolff-Bonnekämper, Miguel F.Faria, Alain Schnapp, Caroline Van Eck, Geneviève Warwick
Pendant longtemps, l’histoire de l’art s’est constituée comme discipline en produisant des discours sur les œuvres d’art, qu’elle a isolées dans le champ des beaux-arts. Cette histoire de l’art-est-elle finie ? En tout cas, depuis plusieurs décennies, l’histoire de l’art s’est ouverte : elle analyse le visuel, cherche à rentrer dans le corps de l’œuvre, questionne des produits. L’Association des Professeurs d’Archéologie et d’Histoire de l’Art des Universités souhaiterait participer au Festival d’histoire de l’art de Fontainebleau en faisant connaître ces nouveaux territoires et questionnements, par des débats sur les enjeux de la discipline. Cette année, la table ronde portera sur l’histoire de l’art et les objets, qui a amené une discipline humaniste occidentale à se pencher sur des objets d’autres territoires, à briser les valeurs traditionnelles, à questionner différemment l’œuvre.

31/05/2014 – 17h30 à 18h30 : MINES ParisTech – Salle 108, Bat I (60 places)
Conférence : La prestigieuse collection de manuscrits du duc Jean de Berry par Marie-Hélène Tesniere
Découvreur de talents, rassembleur de beaux livres enluminés (environ 300), le duc de Berry (1340-1416) fut un bibliophile de génie. Qui n’a en mémoire ses Très Riches Heures illustrées par les Limbourg, conservées à Chantilly. Souvent il se faisait représenter dans ses manuscrits qui – somptueux éléments de son prestige- portaient ses armes, sa devises, ses emblèmes. Le duc de Berry joua un rôle majeur dans le renouvellement artistique et culturel de son temps.

31/05/2014 – 17h30 à 18h30 : Mairie de Fontainebleau – Salon d’Honneur (80 places)
Conférence : Collectionner la peinture ancienne à Paris aujourd’hui par Nicolas Joly, Guy Motais de Narbonne et Pierre Rosenberg

31/05/2014 – 17h30 à 18h30 : Théâtre municipal – Salle de spectacle (495 places)

Théâtre : La Curiosimanie, comédie inédite de Charles-Antoine Coypel présentée par Laurence Macé et Nathalie Volle, interprétée par la Troupe de l’estampille
Dorsimond est fou. Pour enrichir sa collection, il est prêt à tout sacrifier, même le bonheur de sa fille! Mais l’amour est rusé et le collectionneur ne demande qu’à être trompé, pourvu qu’on lui assure que son cabinet de curiosités est le plus beau de Paris! Charles-Antoine Coypel (1694-1752) a hésité entre la carrière de peintre et de dramaturge. Avant de choisir définitivement le pinceau, il a écrit de nombreuses pièces, dont la plupart son restées inédites. La Bibliothèque centrale des musées nationaux a acquis un ensemble de manuscrits de l’artiste, parmi lesquels le texte de cette pièce inédite, qui sera lue par les comédiens de la troupe de l’Estampille, précédée d’une présentation par Nathalie Volle et Laurence Macé. Tous les thèmes sont présents dans cette comédie légère: la rivalité des collectionneurs, les rapports avec les marchands, la difficulté à donner un prix à des objets qui sont aussi des symboles sociaux et des passions particulières, l’incompréhension des proches devant la frénésie d’achat et l’attachement aux objets…
A l’occasion du Festival, la Librairie des musées édite le texte de la Curiosimanie, à retrouver au Salon du livre ou à l’entrée du Théâtre municipal.

01/06/2014 – 10h00 à 11h00 : Château de Fontainebleau – Salle de la Grotte des Pins (30 places)
Conférence : Konrad Witz et Genève: la restauration du retable de la cathédrale par Frédéric Elsig
En 1444, le peintre bâlois Konrad Witz réalise les volets double-face du maître-autel de la cathédrale Saint-Pierre de Genève. En août 1535, ils sont épargnés par l’iconoclasme protestant qui en détruit néanmoins toutes les têtes des personnages sur les faces internes. Conservés successivement dans plusieurs lieux d’abord comme témoignages historiques de la Genève avant d’acquérir une valeur patrimoniale, ils ont fait l’objet de quatre restaurations au cours de leur histoire matérielle. La dernière en date, menée en 2011-2012, a transformé l’aspect de l’œuvre et permis de faire plusieurs observations nouvelles sur la technique du peintre. Elle a donné lieu à un livre et à une exposition organisée au Musée d’art et d’histoire de Genève (2013-2014).

01/06/2014 – 14h00 à 15h30 : Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes (190 places)
Table ronde : Encadrer le dessin : les collectionneurs révolutionnent les arts graphiques au XVIIIe siècle par Laure Barthélemy-Labeeuw, Eric Pagliano, Mickaël Szanto, Isabelle Tillerot
Le XVIIIe siècle est assurément le siècle des collections de tableaux en France ; il est aussi celui de la consécration de l’« amateur d’art», modèle désormais légitime de culture et de savoir au sein des élites. La peinture, placée au sommet du beau, est alors l’objet de toutes les convoitises. Mais s’opère parallèlement une autre révolution, plus discrète il est vrai, mais néanmoins essentielle pour qui veut comprendre les ressorts du développement du collectionnisme pictural en France : celle des dessins.
On assiste tout au long du XVIIIe siècle à un développement exponentiel des collections de dessins, au point de déterminer de nouvelles modalités de classement et de présentation des collections graphiques. Les dessins ne sont pas seulement encollés dans des registres ou placés, feuilles libres, dans des portefeuilles comme on le faisait depuis la Renaissance, mais désormais proprement montés et rangés dans des boites, voire même encadrés sous verre. L’avènement de la « mise en cadre » nous semble d’autant plus intéressante que cette pratique modifie le statut du dessin dans la hiérarchie des artefacts : statut réévalué au rang même du tableau par le principe de l’encadrement – la bordure – et de modalités identiques de présentation – l’accrochage. L’encadrement rompt avec le tact, la manipulation, la conversation entre initiés dans le huis-clos du cabinet au profit d’une relation principalement visuelle.
Cette table ronde aura pour objet de réfléchir sur le développement du collectionnisme graphique et ses modalités de présentation dans l’espace de l’amateur ; elle cherchera également à mettre en évidence les implications de ces nouvelles pratiques de classement et de mise sous verre dans la fabrique de l’« amateur d’art» au XVIIIe siècle, voire même dans l’écriture de l’histoire de l’art.

01/06/2014 – 15h30 à 17h00 : Théâtre municipal – Foyer (80 places)
Table ronde : Les collectionneurs de peinture italienne et les musées français par Giancarla Cilmi, Corentin Dury, Nicolas Joyeux, Agathe Roy et Nathalie Volle
Le Répertoire des tableaux italiens des collections publiques françaises (XIIIe-XIXe siècles) entrepris par l’Institut National d’Histoire de l’Art depuis une dizaine d’années, a pour but d’étudier la diffusion de la peinture italienne en France et de proposer des attributions à la lumière des publications et des études récentes. C’est dans cet objectif que l’École du Louvre a accepté de donner des sujets de Master L’École du Louvre concernant l’étude et la constitution des collections de peintures italiennes aujourd’hui dans les musées du Mans, du Petit Palais à Paris, de Besançon, et Jacquemart-André à Paris et Chaalis.

Nélie Jacquemart-André et ses marchands :

Le couple Jacquemart-André fit appel pendant toute leur vie commune aux marchands et antiquaires européens de l’époque pour constituer leur collection d’œuvres d’art. Ce modus operandi adopté jusqu’à la mort de Nélie en 1912, permit d’accroître cette collection qui sera partagée entre leur demeure parisienne et l’Abbaye Royale de Châalis.

François-Xavier Donzelot et Jean Gigoux et le goût pour la peinture napolitaine et vénitienne:

Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon conserve un ensemble exceptionnel de peintures des Ecoles vénitiennes et napolitaines réuni, en majeure partie, grâce à l’activité de deux collectionneurs, le Général bonapartiste François-Xavier Donzelot et le peintre romantique Jean Gigoux. Deux destins que tout oppose, deux générations différentes, et néanmoins un goût en commun pour ces deux écoles.

La collection Ocampo : de l’hôtel particulier aux cimaises du Petit Palais:

Charles-Vincent Ocampo (1862-1945) a consacré sa vie à la constitution d’une collection d’art européen, à visée encyclopédique. Chaque œuvre devait venir compléter les grandes collections du musée du Louvre. Cependant, celui-ci refusa la donation et c’est finalement le musée du Petit Palais qui reçut les œuvres, de qualité inégale, de cette collection Ocampo.

Evariste Fouret : la passion des Primitifs italiens:
Evariste Fouret (1807-1863) est un collectionneur manceau qui divisa sa vie entre la Sarthe, Paris et de nombreux voyages. Dès les années 1830 il s’intéressa essentiellement aux Primitifs italiens. Tandis que le goût pour ces artistes était encore peu répandu en Europe il se montra capable de rédiger en 1842 un catalogue très précis des chefs-d’œuvre de sa collection.

 

L’ensemble des informations complémentaires sont accessibles sur le site du festival de l’histoire de l’art.

 
 


Vous aimerez aussi...