Parution : B. Borello, L’apprentissage de Rome à la Renaissance, Turnhout, Brepols, 2021

Un voyage dans la Rome de la Renaissance sur les traces des officiers du pape.

Un officier à la Curie pontificale à la Renaissance devait évoluer dans la ville du pape et de Romains. Ce livre conduit le lecteur sur les lieux et dans les milieux fréquentés par ces hommes du pape et par les autres Romains, bien entendu.

En conjuguant la logique des charges avec les équilibres complexes d’une ville en pleine expansion dans ses structures de gouvernement, dans les palais du pouvoir, dans les manifestations artistiques et dans la production littéraire, ce livre se focalise sur le processus multiforme d’apprentissage imposé par les offices. Il ne regarde pas seulement à la formation requise aux officiers et à la renommée qui les suivait jusqu’à la Curie, mais également à l’entraînement sur le terrain, fruit d’un intense échange avec les nœuds les plus résistants de leur système de relations. En effet, à la Renaissance, et probablement pas seulement à cette époque-là, la protection d’un réseau ne peut pas être nettement scindée des notions de formation et de compétence.

Au cours du premier âge moderne les offices fonctionnaient moins grâce aux compétences professionnelles qu’à celles transversales, que j’ai appelées soft skills de la Renaissance et qui, pour les protagonistes de ces pages incluaient les investissements immobiliers en ville, les banquets, les coffres des dots, la fréquentation des confréries et des cercles humanistes, mais aussi l’habileté d’évoluer au sein des factions urbaines en lutte entre elles. Déplacer l’attention de l’office à l’officier lui-même, en mettant en communication l’histoire des institutions, l’histoire de l’art, l’urbanistique, l’histoire matérielle et l’histoire de la littérature nous mène donc à la découverte de la pratique de la Curie et nous révèle la vie quotidienne d’un segment important et influent des habitants de Rome.

Benedetta Borello (Phd L’Orientale. Université de Naples et École des Hautes Études en Sciences Sociales) est actuellement maître de conférences à l’Université de Cassino et du Latium Méridional, après avoir enseigné dans de nombreuses universités italiennes et étrangères. Elle a été fellow et associate research scholar à l’European University Institute (Florence), à l’Italian Academy (Columbia University, New York) et au Madrid Institute for Advanced Study (Casa de Velázquez. Madrid). Elle s’est longuement occupé de l’histoire des élites italiennes, de leur culture, de leur sociabilité et de leur relation avec les centres du pouvoir et a beaucoup écrit à ce sujet.

Source


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search