Séminaire : Nicolas Moucheront, « Bâtir au milieu des eaux. L’architecture vénitienne du Moyen Âge à nos jours », Paris, École du Louvre, janvier-février 2022

L’École du Louvre propose à partir du samedi 8 janvier un nouveau cycle découverte en présentiel : Bâtir au milieu des eaux. L’architecture vénitienne du Moyen Âge à nos jours. Nicolas Moucheront, doctorant à l’EHESS de Paris et à l’Université IUAV de Venise, vous présente en vidéo son cycle découverte sur l’architecture vénitienne du Moyen Âge au XXe siècle.

Cinq séances, cinq samedis.

Construite entre terre et mer, la ville de Venise a toujours été soumise au flux et au reflux de différentes influences artistiques. Durant le Moyen Âge, Byzance imprime sa marque dans ses églises romanes et l’architecture mamelouque dialogue avec ses palais gothiques. Une culture constructive spécifique se développe cependant dans ce site lagunaire. Cette culture exerce une forte résistance lorsque déferlent depuis Rome et la Toscane, les innovations de la première Renaissance. Professionnellement, la figure de l’architecte peine à prendre pied dans la cité des Doges. Sa marge de manœuvre reste très limitée, ainsi que l’attestent au cours du XVIe siècle les déboires de Sansovino, Palladio et Scamozzi sur de grands chantiers publics. La ville n’en demeure pas moins un lieu important d’élaboration théorique en matière d’architecture, notamment à travers la publication de traités. Elle devient au XVIIIe siècle un foyer de diffusion de l’architecture néo-classique, qui remet en question la pratique constructive traditionnelle. Avec la chute de la République en 1797, de nouvelles institutions culturelles s’installent dans les palais et les couvents abandonnés de la ville. La question de leur restauration devient dans la seconde moitié du XIXe siècle l’objet de débats passionnés entre des intellectuels comme Ruskin ou Boito. La construction du pont du chemin de fer en 1840 puis l’arrivée de l’automobile en 1930, transforment les rapports de la ville à son territoire. Entre la station balnéaire du Lido et le port industriel de Marghera, des interventions sont également nécessaires dans le centre historique, afin de développer les services publics et lutter contre l’insalubrité. Le déclin démographique suite à l’acqua alta de 1966, puis l’abandon des projets de Wright et de Le Corbusier pour Venise, scellent toutefois le début d’un processus de muséification de la ville. Derrière des façades désormais immuables, ce processus impose une restructuration en profondeur du bâti, qui se poursuit de nos jours.

  • SAMEDI 8 JANVIER 2022 (11h30-13h00). L’architecture médiévale de Venise. Arts roman et gothique à la croisée des routes commerciales.
  • SAMEDI 15 JANVIER 2022 (11h30-13h00). La première Renaissance vénitienne. Résistance à la nouveauté d’une culture constructive lagunaire.
  • SAMEDI 22 JANVIER 2022 (11h30-13h00). Architectes et techniciens au service de la République de Venise. Les chantiers de Palladio.
  • SAMEDI 29 JANVIER 2022 (11h30-13h00). Penser et construire l’architecture à Venise entre XVIIIe et XIXe siècles.
  • SAMEDI 5 FÉVRIER 2022 (11h30-13h00). La Venise contemporaine. Modernisation et questions patrimoniales.

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search