Parution : Ana Condé, Émilie Hamon-Lehours (dir.), « La Représentation de la sorcière et de la magicienne du XVIe siècle à nos jours en Europe occidentale », Paris, Garnier, 2021

Si les magiciennes sont nommées, les femmes accusées de sorcellerie diabolique restent anonymes jusqu’à ce qu’elles soient dénoncées dans les procès pour sorcellerie où le corps devient motif d’accusation. Leur apparence change au fil des siècles et se révèle être liée à l’histoire du pouvoir.

Sommaire

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search