Appel à contribution : « Faute(s) de goût. Esthétique, éthique et politique », Toulouse, Université Toulouse-Jean Jaurès, 24-25 mai 2022, date limite le 20 janvier 2022

« Le mauvais goût a son droit autant que le bon goût. » Si depuis l’Antiquité le mauvais goût est volontiers relégué à des marges infréquentables, Nietzsche, dans Le gai savoir lui rend son droit de cité et le présente comme le corollaire nécessaire au bon goût. Pourtant, loin d’être une évidence, dans bien des cas leur distinction prête au débat et souligne la subjectivité des goûts. La notion de « faute de goût » semble ainsi contredire toute tentative d’apaisement : si faute il y a, c’est bien par rapport à une règle, qui se veut la plus large possible. C’est ce que remarque Emmanuel Kant dans la Critique de la faculté de juger : selon lui, les jugements de goûts « prétendent à la nécessité et disent, non que chacun juge ainsi […], mais que l’on doit juger ainsi… » La faute de goût est donc une discordance par rapport à un système de conventions plus large, une rupture d’harmonie entre un ou plusieurs éléments et une totalité normée.

Si nous empruntons ici le vocabulaire de l’esthétique, et même plus précisément de la musique, force est de constater que la notion de faute de goût s’utilise dans une grande variété de contextes : certains auteurs l’utilisent pour juger de l’apparence ou du comportement d’un personnage, afin d’en faire la satire ou de souligner son immoralité ; elle peut, d’autre part, constituer une transgression artistique délibérée visant à attaquer frontalement les codes esthétiques traditionnels ou contemporains. Dans une optique similaire, elle apparaît parfois comme le marqueur d’une compréhension et d’une maîtrise imparfaites des codes auxquels la production artistique entend se conformer. Sur un plan social, certains groupes sociaux s’en emparent en signe de « distinction » selon la terminologie bourdieusienne. Enfin, elle peut naître de l’interaction entre différentes cultures, en particulier dans le cadre du système de normes et de conventions qui structurent l’échange diplomatique.

Ce colloque Jeunes chercheurs se propose d’interroger la notion clivante de faute de goût ainsi que les enjeux littéraires, artistiques, sociaux et culturels qu’elle suppose de l’Antiquité à nos jours. Simple maladresse individuelle, ou manifestation d’une transgression salvatrice face à un ordre préétabli, la faute de goût dérange et ne cesse de fasciner.

Axes de communication 

Le dégoût et l’immoralité : personnes et personnages, l’immoralité et la discordance face au jugement des auteurs

  • Exemplaires et dégoûtants : les personnages inconvenants ou immoraux sous le jugement des auteurs.
  • Faute de goût, ridicule, et satire : rire du fautif pour corriger les mœurs.
  • Laideur, grotesque et comportement : quand l’habit fait (ou non) le moine.
  • Trébucher pour mieux s’élever : la faute de goût comme étape d’un récit de formation.

L’esthétique : l’inesthétique, la laideur, le bon goût, renverser les modes et les traditions

  • Trivialité, grotesque et laideur : différentes facettes de la faute de goût esthétique.
  • Fantaisie et exubérance : la singularité face à la norme.
  • Le défaut de jugement esthétique : faute avouée à moitié pardonnée ?

L’éthique sociale : de la réaction à l’émancipation, débats et luttes, transgression des codes sociaux

  • Entre rejet et construction d’un système de normes : élaborer les transitions
  • La faute de goût comme marqueur involontaire d’une stratégie de maintien ou d’ascension sociale
  • Détourner les conventions : un outil de lutte et de critique pour les individus et les groupes sociaux

La transgression culturelle : conventions, bienséance, compromis et mœurs diplomatiques

  • La transgression volontaire et la provocation culturelle
  • La fausse note culturelle, notamment dans le cadre diplomatique
  • Dépasser la faute de goût et trouver des compromis : le terrain d’entente culturel

Modalités de soumission

Les communications prendront la forme d’une présentation orale de 20 minutes suivie d’une discussion avec le public. Les jeunes chercheuses et chercheurs intéressé·e·s, doctorant·e·s ou docteur·e·s ayant soutenu leur thèse depuis moins de trois ans, sont invité·e·s à décliner leurs propositions en fonction des axes donnés ci-dessus. Ces propositions sont à soumettre (cf. formulaire joint) sous la forme d’un titre et d’un bref résumé de l’intervention (300 mots maximum), et doivent être accompagnées d’une courte présentation (sujet de recherche, directeur·trice de thèse s’il y a lieu, université et équipe de rattachement). Les propositions sont à envoyer à l’adresse e-mail colloque-jc-plh@univ-tlse2.frpour le 20 janvier 2022 au plus tard. Les présentations sélectionnées par le comité scientifique vous seront communiquées au début du mois de février. L’ensemble de l’appel à communication peut être téléchargé à partir du lien suivant.

Comité scientifique

Fabienne Bercegol ; Corinne BonnetEstelle Galbois.

Source



Citer ce billet
Florence Larcher (2022, 12 janvier). Appel à contribution : « Faute(s) de goût. Esthétique, éthique et politique », Toulouse, Université Toulouse-Jean Jaurès, 24-25 mai 2022, date limite le 20 janvier 2022. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mor9

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search