Soutenance de thèse: Irène Salas, “A la frontière du corps: l’imaginaire de la peau à la Renaissance”, INHA, salle Giorgio Vasari, 12 juillet 2014, 14h

14marsya

Irène Salas soutiendra sa thèse de doctorat
de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, spécialité “Arts et langages”
Dirigée par M. le Professeur Yves Hersant

A la frontière du corps: l’imaginaire de la peau à la Renaissance

le 12 juillet 2014 à 14h
à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), salle Giorgio Vasari

Composition du jury:
Yves Herstant, directeur de thèse, EHESS
Luisa Capodieci,Université Paris 1
Dominique Couzinet, Université Paris 1
Rafael Mandressi, CNRS
Tom Conley, Université d’Harvard
Wes Williams, Université d’Oxford

À la Renaissance, la peau – souvent oubliée dans les récentes études sur le corps – se prête à de nouvelles approches, suscite de nouvelles rêveries, contribue à de nouveaux savoirs. Notre propos est de montrer comment ce singulier organe peut devenir un objet théorique privilégié pour la pensée de l’époque, que structurent de grands couples conceptuels : surface/profondeur, intérieur/extérieur, être/paraître, visible/invisible, sensible/intelligible, corporel/spirituel.

Dans cette enquête, qui ne néglige ni les enveloppes végétales et animales (pellicule, écorce, fourrure, cuir, coquille, carapace) ni les « secondes peaux » que peuvent être les tissus, les fards, les parures ou les armures, ont été pris pour guides non seulement des philosophes et des médecins, mais plus encore des écrivains et des peintres. Car si la peau semble disparaître sous le couteau des anatomistes, en revanche les arts de la plume, du pinceau et du burin ont su la mettre en pleine lumière : «épiphanie » dont témoignent aussi bien Montaigne, Ronsard ou Shakespeare que Léonard de Vinci, Michel-Ange ou Titien… Sans oublier les humanistes dont l’imagination a pu se nourrir d’histoires légendaires : comme celles des écorchés Marsyas et saint Barthélémy, ou celle d’Épiméthée qui interroge la nature de l’humain.
Une attention particulière a été prêtée à la peau en tant que « support-surface » de l’écriture et de la peinture : car elle a offert aux écrivains et aux artistes l’occasion de réfléchir à leur propre pratique, à la corporéité de l’image et du langage, aux qualités plastiques de la représentation.

Marie Piccoli-Wentzo

Marie Piccoli-Wentzo est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image du désert dans l'art italien de la fin de l'époque médiévale et du début des temps modernes (XIVe-XVIe siècle).

Vous aimerez aussi...