Appel à contribution : « Le dessin sur la peau. Tatouages et narrations graphiques », Saint-Denis, Musée d’art et d’histoire Paul Éluard, 16-17 juin 2022, date limite le 1er mars 2022

Pour le quatrième volet, nous invitons des chercheurs de tous horizons à contribuer à notre prochain colloque international consacré aux rapports qu’entretiennent le tatouage, les narrations graphiques et les arts dessinés. Il s’agira de comprendre d’un point de vue historique et esthétique comment le dessin sur la peau qui couvre une grande variété d’appellations (parures primitives, pourpoints, bousilles, flétrissures, stigmates, marques ou peintures corporelles) est collecté, recensé, décrypté, et lu au prisme de différentes disciplines scientifiques (ethnologie, anthropologie, médecine). Entre dessin, marquage et gravure, on pourra interroger la nature même de ce qui se donne à voir sur la peau (ou sur d’autres surfaces assimilées telles que la pierre, la céramique ou encore le textile).

Le programme pluriannuel et interdisciplinaire La littérature dans la peau, coordonné par Anne Chassagnol (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, UR TransCrit) et Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique Hauts-de-France, DeScripto-LARSH), a donné lieu à trois cycles de conférences, sur le tatouage et l’imaginaire fictionnel (juin 2019), les représentations des pratiques esthétiques et poétiques du tatouage dans les performances artistiques (novembre 2020) et sur les rapports entre tatouage, littérature et droit (juin 2021).

Pour le quatrième volet, nous invitons des chercheurs de tous horizons à contribuer à notre prochain colloque international consacré aux rapports qu’entretiennent le tatouage, les narrations graphiques et les arts dessinés. Il s’agira de comprendre d’un point de vue historique et esthétique comment le dessin sur la peau qui couvre une grande variété d’appellations (parures primitives, pourpoints, bousilles, flétrissures, stigmates, marques ou peintures corporelles) est collecté, recensé, décrypté, et lu au prisme de différentes disciplines scientifiques (ethnologie, anthropologie, médecine). Entre dessin, marquage et gravure, on pourra interroger la nature même de ce qui se donne à voir sur la peau (ou sur d’autres surfaces assimilées telles que la pierre, la céramique ou encore le textile). Dans quelles mesures répondent-ils à des codes et en quoi reflètent-ils des pratiques sociologiques et esthétiques ? Dans certaines communautés ou parties du monde, le tatouage constitue un système sémiologique qui renvoie à des affiliations sociales ou claniques. Il représente la preuve d’un accomplissement, un rite de passage ou une épreuve. Mais quels discours ou contre-discours tient-il ? Comment appréhender la fonction de ce motif et en quoi est-il partie intégrante d’une mise en fiction et d’un récit ?

Parmi les nombreuses modalités d’approches entre tatouages et narrations graphiques, nous souhaitons notamment développer une réflexion sur la manière dont circulent la dimension littéraire, anthropologique, ethnographique, sociologique et politique du tatouage en lien avec le dessin.

Axes thématiques

Les propositions pourront s’inscrire dans les trois axes suivants sans pour autant s’y limiter :

Axe 1 – Tatouages, ouvrages scientifiques et carnets d’archives

  • Atlas illustrés, carnets de voyage et scrapbooks, récits d’explorateurs
  • Mise en fiction du récit du voyageur
  • Description de tatouages dans les manuels de marine et de médecine navale
  • Traitement des stigmates dans la littérature médico-légale (A. Lacassagne)
  • Signification du dessin sur la peau (Pictes, momies, bagnards, gangs, corporations)
  • Récits de marquage religieux (pèlerinages, symboles de conversion)
  • Textes et documents réglementant la pratique du tatouage (Lévithique, code Pomare)
  • Récits de transmissions de pratiques (maître à élève, père en fils)

Axe 2 – Tatouages, écritures visuelles et narrations illustrées

  • Représentation du tatouage dans la littérature (Le Mariage de Figaro, Moby Dick)
  • Scène d’encrage en fiction
  • Mise en fiction et narration de la préservation du dessin tatoué (R. Dahl, « Skin »)
  • Récits de tatoueurs/tatoués (The Illustrated Man, The Electric Michelangelo)
  • Tatouage, typographie et écriture visuelle
  • Bibliophilie et tatouages (couvertures, Penguin Ink, bibliopégie anthropodermique)
  • Auto/biographies fictives de tatoués (Costentenus)
  • Mémoires de tatoueurs (George Burchett’s Memoirs of a Tattooist)
  • Tatouage et narration graphique (bande dessinée, comics, mangas, caricature)

Axe 3 – Tatouages, arts et autres médias

  • Tatouages et art graphiques (estampe, gravure)
  • Tatouages en peinture (J. Bosch, CF. Goldie, G. Lindauer, O.Dix, B. West)
  • Le tatoueur comme peintre (Norman Rockwell)
  • Collections et conservations (musées, catalogues de tatoueurs, bibliothèques)
  • Pratiques du tatouage sur d’autres surfaces (figurines, poupées, scrimshaw, graffiti)

Modalités de soumission

Les propositions d’articles (400 mots) en français ou en anglais accompagnées d’un titre, d’une courte notice biobibliographique et de 5 mots-clés sont à envoyer aux adresses suivantes : anne.chassagnol@univ-paris8.fr et bfriantk@uphf.fr avant le 1ermars 2022.

Calendrier

  • Date limite pour les envois des propositions : 1er mars 2022
  • Date de réponse : 7 mars 2022
  • Dates du colloque : 16 et 17 juin 2022, Paris (Musée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis)

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, nous envisageons d’organiser le colloque en deux journées : une journée sur site au musée à Paris (en présentiel) et une journée en ligne (en distanciel). Suite au colloque, une sélection sera opérée parmi les meilleurs présentations avec un appel à publication élargi.

Comité d’organisation et de sélection

Anne Chassagnol, maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis TransCrit) ; Brigitte Friant-Kessler, maître de conférences, Université Polytechnique Hauts-de-France, (DeScripto-LARSH).

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search