Appel à contribution : « Projets encyclopédiques et circulation des savoirs, 1500-1750 », Québec, CIREM 16-18, date limite le 05 avril 2022

Argumentaire 

Le mot encyclopédie, introduit par Rabelais en français et défini par Guillaume Budé comme « érudition circulaire » conformément à son étymologie grecque de « cercle des connaissances », place en son centre le savoir et autorise à penser le fondement même du projet encyclopédique de la première modernité par ce mouvement de circulation des savoirs, opérations complexes de transformation, d’adaptation, de traduction, de translation, consubstantielles au déplacement d’un « lieu de savoir » à un autre (C. Jacob, 2014). Le projet encyclopédique procède à une opération intense d’intertextualité mettant en œuvre une « circulation circulaire de l’information » (p. Bourdieu, 1996), alors que, telle une « machine textuelle » vorace (S. Greilich et H. J. Lüsebrink, 2020), il copie, plagie, emprunte, adapte, absorbe, intègre, reprend des textes à d’autres ouvrages de référence ainsi qu’à une variété de textes anciens et contemporains. Ainsi, à l’image du cercle, le projet encyclopédique s’affirme en tant qu’unité et comme mouvement, sans fin, dans le déploiement des médiations et des transformations des contenus.

L’Encyclopédie de Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert, considérée comme le paradigme du genre, a beaucoup mobilisé les études critiques sur l’encyclopédisme, c’est pourquoi ce colloque souhaite analyser le phénomène avant l’Encyclopédie et éviter le piège téléologique qui consiste à tout relier à l’anticipation de son avènement. Le colloque souhaite plutôt rendre compte de la variété et de la complexité de l’encyclopédisme avant la cristallisation du genre (J. Céard, 1991). En effet, les projets encyclopédiques se sont multipliés depuis la Renaissance, portés par l’humanisme, l’accumulation et l’inflation des connaissances et par la technologie de l’imprimerie. Si l’encyclopédisme humaniste ne se matérialise pas par la réalisation d’une encyclopédie au sens moderne du terme avant 1630, la notion s’impose dans la culture savante. Les projets encyclopédiques prennent des formes variées pour organiser l’abondance des savoirs, signifier des principes d’ordonnancement et de classification, assurer la circulation et transmission des savoirs. Les projets encyclopédiques se matérialisent certes par le livre comme l’a si bien analysé Ann Blair (2020) (dictionnaires spécialisés, ouvrages de référence, commentaires, compendium, listes, catalogues, etc.), mais aussi le transcendent par les métaphores et représentations totalisantes ordonnant et classifiant les savoirs ; il entretient des rapports de proximité avec les collections (images, artefacts, livres), la bibliothèque, le musée, les archives, le récit de voyage, etc., dès lors que l’entreprise aspire à la totalité, à tout le moins à l’exhaustivité, propose une vision synoptique du monde, sinon d’un monde, et met en œuvre un projet pédagogique de transmission des savoirs. 

Ce colloque propose une rencontre des disciplines (histoire, histoire de l’art, histoire des sciences, histoire du livre, littérature, philosophie) pour analyser les projets encyclopédiques de la première modernité dans ses formes matérielles et idéelles.

 

Axes thématiques 

Le colloque propose 3 directions à emprunter :

  • Dimensions spatiale et matérielle :

« Lieux de savoir » encyclopédique qu’ils soient textuels, physiques ou institutionnels ; collection d’objets rassemblés dans un tout et la finalité de la collection, la matérialité du livre par un examen de la mise en page, l’analyse du processus d’édition des ouvrages, leur mise en marché, leur réception critique.

  • Agents porteurs des projets encyclopédiques :

Humanistes, savants, pédagogues, érudits, lexicographes, imprimeurs-libraires, artistes, cartographes, collectionneurs, etc. engagés dans la mise en ordre des savoirs et des livres de référence ; le concept d’auteur et d’auctorialité dans le contexte d’élaboration collective des œuvres et de grande contamination des textes entre eux. Le lecteur qui consomme les contenus, les commente en marges et qui corrige les fautes.

  • Projets encyclopédiques comme projets intellectuel, culturel et pédagogique :

Principes d’ordonnancement, de classification, de balisage et délimitation des savoirs, et leur mise en relation ainsi que leur représentation ; classement des archives, des livres, des objets. L’encyclopédisme comme idéal pédagogique ; les problèmes de l’« utilité » des savoirs, l’idée de collection, les pratiques des collectionneurs dans leur ambition totalisante, la question de la responsabilité de la transmission des erreurs, celle de la nescience, des omissions ou des oublis sous-entendus dans tout projet de compilation qui vise l’exhaustivité ou encore des émotions sous-tendues par l’abondance des connaissances et l’élaboration laborieuse de ce type d’ouvrage. Au cœur du questionnement s’impose le concept de circulation des savoirs, cher à la nouvelle histoire des savoirs, compris dans ses déplacements intertextuels, intervisuels et hypertextuels et dans son mouvement dynamique et multidirectionnel de réception et de reconfiguration.

 

Modalités de soumission

Date limite de soumission des propositions : 5 avril 2022

Les communications auront une durée de 20 minutes. Les propositions doivent contenir un titre, un résumé de 200 mots, le nom, l’adresse électronique, le statut académique et l’affiliation institutionnelle du présentateur. Elles seront envoyées simultanément aux 3 organisateurs du colloque :

Comité organisateur 

  • Pascal Bastien, professeur d’histoire moderne, Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Claude La Charité, professeur de littérature française, Université du Québec à Rimouski (UQAR)
  • Lyse Roy, professeure d’histoire moderne, Université du Québec à Montréal

Comité scientifique 

  • Pascal Bastien, professeur d’histoire moderne, Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Marc André Bernier, professeur de littérature française, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)
  • Hélène Cazes, professeure de littérature française, Université Victoria
  • Angela Ferraro, professeure de philosophie moderne, Université Laval
  • Claude La Charité, professeur de littérature française, Université du Québec à Rimouski (UQAR)
  • Lyse Roy, professeure d’histoire moderne, Université du Québec à Montréal

Source


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
celialocufier (12 mars 2022). Appel à contribution : « Projets encyclopédiques et circulation des savoirs, 1500-1750 », Québec, CIREM 16-18, date limite le 05 avril 2022. Collectif d'Historiens de l'Art de la Renaissance. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mot4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search