Parution : A.-L. Imbert (ed.), « Mnémonique et poétique : La figure et son lieu dans la peinture du Tre-Quattrocento », Éditions de La Sorbonne, 2022

« Il n’est aucun art ou science qui soit plus semblable à la mémoire artificielle que la peinture », écrivit Giovanni Fontana autour de 1430. L’affirmation d’une telle similitude ne signifie pas cependant que l’on ait pensé l’art de la mémoire toujours en fonction d’une praxis picturale, ni au Trecento, ni au Quattrocento, ni dans tous les travaux qui ont remis en lumière les principes de l’ars memoriae depuis un demi-siècle.
Daniel Arasse, notant qu’on devait « supposer des structures similaires aux deux catégories d’images », celles de l’ars memoriae et celles des arts figuratifs, y mettait cependant deux conditions : celle de garder à l’esprit la distance entre le « schéma explicatif » qu’est en soi l’image mnémonique et « la belle peinture » que vise à être l’image artistique, et celle de viser à établir cette relation « au niveau des structures régissant le rapport entre les figures et les lieux ». Le lien entre image mnémonique et image artistique, s’il semble justifié, n’en est donc pas moins complexe dès que l’on souhaite dépasser une simple et commode analogie. Pour apporter de nouveaux éclairages sur cette question, ce volume se concentre sur un point central : le lien entre le lieu et la figure dans la peinture des Trecento et Quattrocento. Les contributions proposées ici permettent de revenir sur la réalité de la culture mnémonique des peintres, sur la dynamique impulsée par l’art mnémonique dans le champ de l’iconographie religieuse et de la représentation du spirituel, sur l’architecture des images qui articulent recours mnémotechniques et art scénographique, avant d’approcher d’une présence de l’art de mémoire dans la création contemporaine.

 

SOMMAIRE

Introduction

Anne-Laure Imbert

Culture mnémonique

Bertrand Cosnet, « La personnification au Trecento. Etenim corpus intellegi sin loco non potest (Cicéron, De l’orateur, III, 358)  »

Naïs Virenque«  ‘Un arbore da dio è piantato / Lo quale amore è nominato’.  L’arbre, garant mnémotechnique de la foi dans la peinture italienne des ordres mendiants aux XIVe et XVe siècles  »

Iconographie et spiritualité

Angèle Tence, « Lieux et trajectoires dans quelques Chutes des anges rebelles (XIVe-XVesiècles)  »

Clémence Legoux« La Vierge, la grotte et la mandorle. Le lieu virginal dans les Nativités du Trecento  »

Marie Piccoli-Wentzo« Un bûcheron dans la Thébaïde ou la question du détail dans un désert peint attribué à Paolo Uccello  »

Anne-Laure Imbert, « Le lieu chez Giovanni di Paolo, entre mnémonique et poétique  »

Delphine Rabier, « Méditation, mémorisation et contemplation. Le Panorama avec scènes de la Passion de Hans Memling et la Dévotion moderne (Gérard Groote et Gérard Zerbolt de Zutphen)  »

Art mnémonique, espace, scénographie

Livia Lupi, « La rhétorique du lieu. Art de la mémoire et architecture dans l’oratoire Saint-Georges de Padoue (1379-1384)  »

Cyril Gerbron, «  La place du regardeur dans le cycle du Credo de Vecchietta au baptistère de Sienne  »

Réinventer l’art de mémoire

Jean-Philippe Antoine, « L’envers du White Cube, ou le retour de Giotto spazioso ?  »

Anne-Laure Imbert, « Brèves réflexions sur la figure et son lieu dans Maestà. La Passion du Christ d’Andy Guérif (2015)  »

Table des illustrations

Index

Source


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search