Ressource numérique : Visite virtuelle de la Chapelle Sassetti de Florence (1485)

Ce tour virtuel de la célèbre chapelle Sassetti de Florence, est le fruit d’une collaboration scientifique entre Stéphane Toussaint (CNRS) et Grégory Chaumet (Sorbonne Université). Avec Plemo3D, plateforme mobile de numérisation et modélisation basée au Centre André-Chastel, il a été possible de réaliser deux campagnes photographiques à Florence entre novembre 2021 et février 2022. Soutenues et financées par le Centre André-Chastel, elles avaient pour but, grâce à la photographie numérique et à un scanner laser, de documenter scientifiquement l’état actuel de la chapelle des époux Sassetti.

 

Vers la visite virtuelle

Les fresques et le retable des frères Ghirlandaio et la décoration en relief attribuée à l’atelier de Giuliano da Sangallo, en font un chef-d’œuvre absolu de la Renaissance florentine. Étudiée depuis 1907 par Aby Warburg, la chapelle Sassetti n’a jamais cessé de fasciner le public et d’exercer la sagacité des historiens d’art. En effet, son programme iconographique, fort complexe, est lié à la théologie franciscaine, au syncrétisme solaire et à l’histoire antique. Il se trouve loin d’avoir été totalement élucidé. La visite virtuelle en haute définition, que nous en offrons pour la première fois, conjugue le double objectif de sa valorisation et de son exploration.
Depuis 2020, c’est à l’iconographe des humanistes que Stéphane Toussaint, directeur de recherches au Centre André Chastel, a consacré une partie de ses travaux. Lors d’un projet en cours intitulé HUMANISSIME, destiné à documenter les portraits des grands humanistes du Quattrocento à Florence et ailleurs, Stéphane Toussaint a proposé d’identifier le philosophe Marsile Ficin (1433-1499) dans un personnage de rouge vêtu, situé à gauche de la fresque supérieure consacrée à la vie de saint François.

Ce serait en ce cas le second portrait connu de Ficin par Ghirlandaio, qui représentera le penseur en 1490 dans une autre fameuse chapelle, celle des Tornabuoni à Santa Maria Novella. Or, le commanditaire de notre chapelle de Santa Trinita, le banquier Francesco Sassetti (mort en 1490), président général de la banque des Médicis, était en relation épistolaire avec Ficin, dont on conserve une précieuse lettre. De là, une collaboration du philosophe néoplatonicien, du banquier médicéen, des frères Ghirlandaio et de Sangallo apparaissait une hypothèse recevable, suffisamment sérieuse, en tout cas, pour mériter une enquête approfondie. Les premiers fruits de cette recherche sont ici mis en ligne (Article 1 – Article 2) parallèlement au tour virtuel offert au public élargi des historiens d’art, des étudiants et des amateurs de la Renaissance florentine. D’autres approfondissements devraient suivre, confiés à Sabine Frommel (EPHE, Paris), Beatrice Paolozzi Strozzi (Museo del Bargello, Florence), Maria Matilde Simari (Galleria degli Uffizi, Florence), Marc Bormand (Musée du Louvre, Paris) et Ulrich Pfisterer (Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Munich).

Nous tenons à remercier vivement pour leur autorisation, pour les facilités d’accès et de prises de vue à la chapelle Sassetti, ainsi que pour la mise en ligne : l’Ordre des moines de Vallombrosa, Monsignor Giovanni Paccosi (Ufficio Nazionale per i Beni Culturali Ecclesiastici e l’Edilizia di Culto), Don Tom Jacob Bino (Rettore della Chiesa di Santa Trinita) et Réza Kettouche, Camilla Cannoni et Delphine Thierry-Mieg (Centre André Chastel).

 

Source


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search