Appel à contribution : « Sculptures polymatérielles du Moyen Âge et de la Renaissance en Europe et dans le bassin méditerranéen (v. 1200-1500) », Amiens, Université de Picardie-Jules Verne, 10 novembre 2022, date limite le 15 avril 2022

Cette journée d’études se propose d’aborder la question des sculptures réalisées avec l’emploi conjoint de plusieurs matériaux et techniques, offrant l’opportunité de croiser les champs de recherche sur la matérialité.

Les premières recherches bibliographiques tendent à montrer que ce sujet a été peu traité. Indubitablement, certaines œuvres proviennent d’ateliers d’artistes confirmés et étudiés. Mais l’aspect purement matériel et formel a été peu pris en compte voire complètement ignoré.

Pourtant, les matériaux et la matérialité occupent une place centrale dans les recherches sur la sculpture et, plus largement, dans l’art de la Renaissance depuis la dernière décennie du XXe siècle. Entre autres, l’étude de Nicholas Penny sur les matériaux de la sculpture (1993) a enclenché de très nombreuses études consacrées de manière monographique à un matériau ou à une technique. Depuis une vingtaine d’années, l’intégration des études scientifiques sur les matériaux et leur mise en œuvre dans les champs de l’histoire de l’art permettent un questionnement interdisciplinaire, tout autant scientifique que méthodologique. Les échanges entre les domaines de recherches ont suscité un intérêt plus développé pour les effets visuels des matériaux (couleurs, surfaces, textures) et ont permis une meilleure compréhension des savoir-faire et des techniques. Outre les problématiques associées à la matérialité même des objets, un champ fécond d’étude semble lié à la circulation locale ou transnationale des techniques et des savoir-faire par les échanges religieux, artistiques et commerciaux.

La polychromie et les effets engendrés par l’utilisation de matériaux colorés dans la sculpture figurative du XIIIe siècle au tournant du XVIe siècle a trouvé des champs d’application variés, qui se prêtent à être abordées suivantdes approches différentes. Ce thème sera traité sur un laps chronologique long, à partir des premières expérimentations matérielles. L’ouverture de l’appel à communication sur une aire géographique vaste – des Anciens Pays-Bas au bassin méditerranéen – permettra de mettre en relation les points communs, les avancées technologiques et les échanges des diverses techniques. Le format hybride facilitera la participation active d’intervenants étrangers. L’intervention de jeunes chercheurs, restaurateurs et chercheurs confirmés permettra une confrontation féconde entre approches diverses.

Les propositions de communication pourront s’inscrire, sans s’y limiter, dans les axes suivants :

  • Les matériaux et leurs enjeux esthétiques et symboliques
  • Les matériaux et les commanditaires
  • Enjeux techniques et problèmes de conservation
  • Circulations entre les aires culturelles
  • Modalités pratiques

Les communications sont acceptées en français, en italien, et en anglais. Elles peuvent être individuelles (communication de 20 minutes) ou s’inscrire dans une communication guidée par deux ou trois intervenants autour d’une thématique, ou problématiques déterminées (interventions de 30 minutes).

Les propositions sont attendues pour le 15 avril 2022 au plus tard, sous format d’un fichier PDF, à adresser par courriel à l’adresse suivante polymaterialite.jd2022@gmail.com. Ce fichier comprendra les coordonnées (nom, prénom, université ou musée, laboratoire de rattachement), le directeur de recherche, un CV, le titre de la thèse ou le champ de recherche, l’intitulé de la communication accompagné d’un résumé d’environ 300 mots. Les candidats seront informés des résultats de la sélection le 2 mai 2022.

Les frais relatifs au transport en France métropolitaine seront pris en charge pour les communicants. Une attestation de participation pourra être délivrée sur demande à l’issue de la journée d’étude.

Comité d’organisation et scientifique

Philippe Sénéchal, professeur d’histoire de l’art moderne, UPJV
Camille Ambrosino, doctorante UPJV/Université de Gênes
Federica Carta, doctorante UPJV/université de Pérouse

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search