Appel à contribution : « Les jubés et clôtures de chœur de l’époque gothique à la Renaissance (XIII-XVIe siècle) en France », en ligne, 1er-3 décembre 2022, date limite le 15 mai 2022

Ces dernières années ont vu l’étude et la restauration de plusieurs ensembles remarquables de jubés et clôtures de chœur conservés en France : constat d’état et nettoyage de la clôture de chœur de la cathédrale d’Amiens (2015), étude et restauration de celle de la cathédrale de Chartres (2011-2021), restauration d’une partie du chœur clos de la cathédrale d’Albi (2012-2015) et étude de la polychromie des sculptures (2020-2021), étude et dessalement de la clôture de chœur de Rodez (2018-2022), etc.

Parallèlement à ces chantiers, ou en accompagnement de ceux-ci, plusieurs expositions et publications ont mis dernièrement à l’honneur leurs programmes monumentaux et figurés, notamment l’exposition qui s’est tenue au musée national de la Renaissance du château d’Ecouen en 2020-2021 : Le renouveau de la Passion : la sculpture religieuse entre Chartres et Paris autour de 1540, sous la direction de Guillaume Fonkenell.

Ce colloque, organisé par l’association des conservateurs de monuments historiques, est l’occasion de présenter l’actualité des travaux de restauration et de la recherche portant sur les jubés et clôtures de chœur de l’époque gothique à la Renaissance (1200-1600).

Argumentaire

Issus du développement architectural de l’ambon, et procédant d’une volonté du clergé d’isoler le chœur de la nef, les jubés semblent apparaître au début du XIIIe siècle. Si de nombreuses églises se parent d’un écran, surmonté ou non d’une tribune d’où était traditionnellement récitée l’antienne « Jube, Domine, benedicere », seules les grandes églises dotées d’un collège de chanoines ou d’une communauté monastique adoptent une clôture, isolant le chœur liturgique du déambulatoire, les édifices cultuels plus modestes se contentant plus généralement d’une poutre de gloire.

Passée la fin du Moyen Âge, les jubés et clôtures de chœur subissent des dégradations dans le contexte des guerres de religion. Mais c’est surtout durant la période moderne que disparaissent la plupart des jubés sous l’action du clergé lui-même, cherchant, conformément aux idées de la Contre-Réforme, à ouvrir les chœurs ou à les mettre au goût du jour. La Révolution et, dans une moindre mesure, les travaux menés dans le courant du XIXe siècle, achèveront cette entreprise de destruction ou de déplacement de nombreux jubés et clôtures de chœur, livrant au conservateur et au chercheur un patrimoine abîmé et morcelé. De longues enquêtes de terrain et en archives, parfois synthétisées dans des projets de restitutions virtuelles ou réelles, tentent de redonner à ce patrimoine la place qu’il a dû occuper dans l’architecture et la sculpture monumentale au Moyen Âge et à la Renaissance.

Le sujet du colloque porte sur les clôtures de chœur et les jubés, dans l’acception large du terme, quel que soit leurs matériaux constitutifs, comprenant à la fois les « écrans » dépourvus de tribune, ou au contraire les jubés qui ne constituent plus un écran opaque, mais une sorte de tribune magnifiée – surtout à partir du XVIe siècle.

En revanche, les stalles, qui constituent un sujet d’étude à part entière, et les aménagements intérieurs du chœur (autels, etc.) ne font pas partie du programme du colloque.

Outre les propositions d’études monographiques, on pourra sans exclusive explorer les thématiques suivantes :

  • Le déroulement du chantier et les caractéristiques matérielles des jubés et clôtures de choeur
  • La question de la commande et de la maîtrise d’œuvre (sculpteurs, architectes)
  • Les décors éphémères des jubés et clôtures de chœur (à l’exclusion des tentures tendues dans les stalles, ou autres décors du maître-autel, etc)
  • Les orgues de chœur, placés sur le jubé, et leur lien avec son architecture
  • Les programmes iconographiques
  • Les processus de destruction, recyclage, patrimonialisation depuis le Moyen Âge…

Modalités de soumission

Les communications durent 40 minutes. Les propositions de communication sont à envoyer à Ariane Dor (ariane.dor@culture.gouv.fr) et Hélène Lebédel-Carbonnel (helene.lebedel@culture.gouv.fr), sous la forme d’un résumé d’environ 300 mots présentant le contenu de l’intervention et le titre, ainsi qu’une courte biographie. La date limite de remise des propositions est fixée au 15 mai 2022.

Calendrier

  • Deuxième quinzaine mai 2022 : examen des propositions
  • Début juin : sélection des propositions et information aux communicants
  • 1-3 décembre 2022 : tenue du colloque

Comité scientifique

  • Thierry Crépin-Leblond, Directeur du musée national de la Renaissance – château d’Ecouen
  • Ariane Dor, conservatrice des monuments historiques, DRAC Occitanie
  • Etienne Hamon, Professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université de Lille
  • Hélène Lebédel-Carbonnel, conservatrice régionale des monuments historiques adjointe, DRAC Centre – Val de Loire
  • Philippe Plagnieux, Professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne et à l’École nationale des chartes
  • Marie-Anne Sire, inspectrice générale des monuments historiques

Bibliographie sommaire (publications générales ou sur un corpus)

Fonkenell, Guillaume (dir.), Le renouveau de la Passion : la sculpture religieuse entre Chartres et Paris autour de 1540 : [exposition, Ecouen, Musée national de la Renaissance, prévue du 24 novembre 2020 au 12 avril 2021], Paris, In Fine, 2020.

Jung, Jacqueline E., The gothic screen : space, sculpture, and community in the cathedrals of France and Germany, ca. 1200-1400, Cambridge ; New York, Cambridge University Press, 2013.

Frommel, Sabine et Lecomte, Laurent (dir.), La place du chœur, Architecture et liturgie du Moyen Age aux Temps modernes, actes du colloque de l’EPHE, Institut national d’histoire de l’art [Paris], les 10 et 11 décembre 2007, Paris, Picard ; Rome, Campisano, 2012.

Moreau, Bernard, Les jubés des églises de l’Yonne du XIIIe siècle au XIXe siècle : étude historique et architecturale précédée d’éléments d’ambonologie, Auxerre, Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne et Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne, 2004.

Jestaz, Bertrand, « Le jubé comme organe de diffusion des formes classiques », in Guillaume, Jean (dir.), L’église dans l’architecture de la Renaissance, Paris, Picard, 1995, p. 181-194.

Donetzkoff, Alexis, « Recherches sur les jubés des XVIe et XVIIe siècles à Paris et dans les environs », thèse de l’Ecole des Chartes, 1989 [résumé dans Positions des thèses de l’École des Chartes, 1989, p. 65-70 [en ligne]].

Rouault, Madeleine, Les jubés des églises de Bretagne, Thèse de l’Ecole des Chartes, 1961 [résumé dans Positions des thèses de l’Ecole des Chartes, 1961, p. 89-92 [en ligne]].

Servières, Georges, « Les jubés (origine, architecture, décoration, démolition) », Gazette des Beaux-Arts, 1918, p. 355-380 [en ligne] et 1919, p. 77-100 [en ligne].

Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe et XVIe siècle, Paris, A. Morel, articles « chœur », t. III, 1868, p. 226-237 ; « clôture des chœurs de cathédrale », t. III, 1868, p. 468-470 ; « jubé », t. VI, 1875, p. 147-150 [en ligne].

Thiers, Jean-Baptiste, Dissertations ecclésiastiques sur les principaux autels des églises, les jubés des églises, la clôture du chœur des églises, Paris, A. Dezallier, 1688 [en ligne].

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search