Appel à contribution : « Les pierres de Venise », Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 23-29 juin 2022, date limite le 21 avril 2022

Née modestement de la rencontre du sable et de l’eau, Venise a crû, en un miracle, jusqu’à devenir au fil du temps « le plus prodigieux événement urbanistique existant sur terre » (Le Corbusier). Cet essaim d’édifices posés en îlots compose aussi un mirage de pierre tant la cité de bâtisseurs s’est heurtée à l’éloignement de toute bonne carrière de pierre, obligeant à recourir à la pierre plutôt en parement sur des structures de briques, et à se tourner naturellement vers le remploi de pierres d’anciens monuments. Etudier les Pierres de Venise (1851), c’est donc revenir sur l’histoire d’un défi constructif et architectural, depuis la quête et l’acheminement des matériaux, des ruines d’Altino aux carrières d’Istrie, et l’organisation des métiers lapidaires (tagiapiera, scultori, terrazzieri), jusqu’à la réalisation des façades, ponts, puits, margelles, escaliers… Ce défi est toujours celui actuel de la conservation et restauration et passe nécessairement, comme le rappela la Charte de Venise (1965), par la permanence de l’entretien, faisant de la cité le lieu de réflexion paradigmatique sur le passé et l’avenir du patrimoine bâti. Dans la Sérénissime, John Ruskin vit aussi une « école de l’incrustation », où la luminosité de la pierre d’Istrie, idiomatique depuis le XIIIe siècle, se conjugue à l’enchantement coloré (rosso di Verona, serpentine, jusqu’au terrazzo). Mais, au-delà du décor, des mosaïques de pavement de San Marco, des métamorphoses en épines et tendres floraisons gothiques, les pierres de Venise sont aussi le lieu où s’inscrit par la sculpture l’histoire de la ville, des chapiteaux du Palais des doges ou des autels des Lombardo aux stèles des grands hommes. De l’histoire matérielle et artistique à l’historiographie, le séminaire s’attachera à comprendre comment les pierres ruskiniennes ont contribué à forger le mythe de Venise, mythe dont l’histoire de la photographie a su saisir, par-delà les clichés, la poésie singulière.

Modalités de candidature

Le programme intègre conférences de spécialistes internationaux et visites : il combine histoire de l’architecture, de la sculpture, de la restauration, des techniques, de la photographie, historiographie, histoire sociale… Le séminaire s’adresse aux étudiants en histoire de l’art de second et troisième cycles des institutions françaises et étrangères. Il se déroule indifféremment en français et en italien. Le droit d’inscription est de 180 euros. Les candidatures devront être soumises en ligne, avant le 21 avril 2022 via le formulaire disponible sur le site.

Coordination scientifique

Natacha Pernac, Ecole du Louvre ; Giovanna Palandri, Istituto Veneto

Organisation pratique

Delphine Cayrel, Ecole du Louvre ; Laura Padoan, Istituto Veneto

Source


Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image de saint Roch dans les arts visuels en Europe du XIVe au XVIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search