Appel à contribution: « Être homme de « lettres » : secrétaires et politique culturelle au XVIe siècle », Université de Liège, date limite 20 septembre 2014.

CallSecretaires1

Être homme de “lettres” : secrétaires et politique culturelle au seizième siècle
Université de Liège (Belgique), 26-27 février 2015

Échéance : 20 septembre 2014

Dans le cadre de deux projets de recherches menés à l’Université de Liège – EpistolART (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/epistolart/) et Artistes, hommes de lettres et secrétaires ducaux à la cour de Côme Ier de Médicis (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/artistes-hommes-de-lettres-et-secretaires-ducaux/) – se tiendra les 26 et 27 février à Liège un colloque dédié à la figure du secrétaire au seizième siècle. L’objectif principal de cette rencontre est d’interroger le rôle joué par le secrétaire en sa qualité d’intermédiaire entre les arts et les lettres, d’une part, et le centre du pouvoir, de l’autre.
La publication du texte de Francesco Sansovino intitulé Del secretario, d’abord en 1564 en quatre livres, puis en 1579 en sept livres, marque une étape fondamentale dans l’évolution de la figure du secrétaire et de son rôle. En effet, le traité a pour objectif de définir de manière précise les tâches qui incombent au secrétaire pour aider son patron.
L’œuvre de cet érudit romain voit le jour à un moment important de transition où a déjà été amorcé, sans encore avoir abouti, le changement difficile et non linéaire qui verra le secrétaire passer du statut de conseiller docte et de bonnes manières – souvent lettré et poète – au service du prince, à celui d’homme de main dans la gestion des aspects pratiques et bureaucratiques de la secrétairerie(tâche à laquelle les secrétaires s’étaient depuis toujours attelés, mais jamais de façon exclusive). S’il reste donc dans le texte de Sansovino une référence à la culture du secrétaire, à ses vertus humaines et intellectuelles, c’est toutefois la partie dédiée à l’écriture épistolaire qui y est prépondérante. Il Secretario se présente en effet comme une anthologie de lettres réellement échangées entre personnages plus ou moins connus, par le biais desquelles Sansovino entend fixer un canon précis et des règles détaillées, prêts à être appliqués par tout secrétaire.Dans les années soixante du seizième siècle, donc, est déjà en cours le processus qui conduira le secrétaire à devenir le “scribe” du prince, privé de toute forme de pouvoir politique ou d’un véritable rôle
culturel – comme celui incarné, par exemple, par Pietro Bembo à la cour pontificale ou par l’Arioste auprès de la famille Este à Ferrare. C’est précisément ce que déplore Alessandro Tassoni dans ses Considerazioni sopra le Rime di Petrarca de 1618. Glosant l’usage fait par le poète de l’expression secrétaire antique, Tassoni écrit : “Pétrarque fit bien d’y ajouter l’adjectif Antique : puisque les secrétaires modernes ne sont plus appelés ainsi pour les secrets, mais pour l’écriture ; de telle sorte que celui qui écrit aujourd’hui pour autrui, plutôt qu’écrivain, ou scripteur, ou gratte-papier, se fait appeler secrétaire”. À l’inverse, la figure que nous entendons prendre en examen est celle encore multiforme du secrétaire à la fois conseiller, homme de cour et lettré, celle de l’intellectuel expert en matière de politique, de culture artistique ou encore de diplomatie, qui joue ainsi un rôle crucial dans l’exercice du pouvoir.
L’objectif principal de cette rencontre est donc d’interroger le rôle joué par le secrétaire en sa qualité d’intermédiaire entre les arts et les lettres, d’une part, et le centre du pouvoir, de l’autre. Les propositions, rédigées en français, italien ou anglais, devront parvenir par courrier électronique aux organisateurs sous forme d’abstracts de maximum 300 mots (2000 caractères espaces inclus), accompagnées du titre de la communication et d’un curriculum vitae synthétique, pour le 20 septembre 2014.
Les abstracts seront évalués par le Comité organisateur qui retiendra les propositions qui seront insérées dans le programme. Les organisateurs prendront en charge les frais de séjour des intervenants sélectionnés suite au call for papers qui ne pourront pas obtenir de financement de leur institution d’appartenance, mais pas le remboursement des frais de transport.

COMITÉ ORGANISATEUR/ORGANIZING COMMITTEE/ COMITATO ORGANIZZATORE

Dominique ALLART
Antonio GEREMICCA
Hélène MIESSE
Giovanni PALUMBO

Contacts : antonio.geremicca@ulg.ac.behelene.miesse@ulg.ac.be

COMITÉ SCIENTIFIQUE/SCIENTIFIC COMMITTEE/ COMITATO SCIENTIFICO

Dominique ALLART
Claudia BERRA
Laure FAGNART
Jean-Louis FOURNEL
Antonio GEREMICCA
Silvia GINZBURG
Hélène MIESSE
Paola MORENO

Source

 


Marie Piccoli-Wentzo

Marie Piccoli-Wentzo est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l'image du désert dans l'art italien de la fin de l'époque médiévale et du début des temps modernes (XIVe-XVIe siècle).

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search