Parution : Sara Longo, « Daniel Arasse et les plaisirs de la peinture », Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022

Quand on lit Daniel Arasse, souvent, on sourit. On sourit et on se dit : « Tiens, là, il a compris quelque chose de cette peinture, un détail ou un choix décalé du peintre, indubitablement vrai. » Vrai, car historiquement fondé ; indubitable, car sous nos yeux. Cette caractéristique n’est pas à négliger : le sourire du lecteur résulte du regard de l’auteur qui a pour moteur le plaisir, le plaisir de voir, de savoir voir et de savoir faire voir. Le plaisir est le sujet de ce livre : « Comment regarder les tableaux pour y voir la peinture, c’est-à-dire la façon dont l’ouvrage de la peinture a informé la pensée ? » La question que formule Daniel Arasse est au coeur d’une pratique de l’histoire de l’art extrêmement originale, et pourtant il n’a jamais écrit d’ouvrage purement théorique. L’art dans ses oeuvres. Théorie de l’art, histoire des oeuvres, le livre en préparation lors de sa disparition, entendait combler cette lacune en interrogeant de manière systématique l’assise théorique de sa pratique. Il restera une esquisse : la maladie de Charcot, diagnostiquée en décembre 2001, a empêché l’historien de mener à terme ce projet. Sa méthode – si méthode il y a – n’a donc jamais été explicitée. Pertinente sur le plan de l’interprétation comme sur celui iconographique, l’histoire de l’art arassienne ébranle les fondements de la discipline, en mobilisant des outils nouveaux, qui permettent un retournement de l’opération interprétative. Une révolution copernicienne de l’histoire de l’art est à l’oeuvre. L’image est le point de départ et d’arrivée de l’interprétation, le foyer premier de l’analyse, centre autour duquel tout tourne. Ce livre met en lumière l’originalité et les enjeux de ces plaisirs de peinture.



Citer ce billet
Florence Larcher (2022, 16 mai). Parution : Sara Longo, « Daniel Arasse et les plaisirs de la peinture », Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/movk

Florence Larcher

Florence Larcher est doctorante à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches sur les images de saint Roch en Italie de 1350 à 1680 l'amènent à étudier la peinture murale, la sérialité et l'itinérance des peintres.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search