Parution : Olivier Chiquet, « Penser la laideur dans l’art italien de la Renaissance », Presses Universitaires de Rennes, 2022

L’art italien de la Renaissance a longtemps été assimilé à la seule recherche de la beauté et de l’harmonie. Cet ouvrage fait pièce à cette légende dorée. En effet, les théoriciens et les artistes parviennent progressivement, selon un processus historique qui se déroule tout au long du XVIe siècle et se parachève à l’époque baroque, à penser la laideur en art autrement que comme un simple écart volontaire (transgression) ou involontaire (raté) par rapport à des normes de beauté de référence. Ils cherchent à articuler la beauté et la laideur qui, depuis la philosophie et l’esthétique antiques, se voyaient la plupart du temps opposées. On passe alors de la classique antithèse entre le beau et le laid à une belle laideur révélant une contiguïté, voire, avec la théorisation de la caricature et de la laideur idéale au XVIIe siècle, une coïncidence de ces deux notions contraires. Cette belle laideur est d’abord pensée, à la fin de la Renaissance, sur le mode du paradoxe (le laid se voyant alors conférer des qualités traditionnellement attribuées au beau), puis, avec l’avènement de l’esthétique baroque, comme un oxymore (la laideur, voire l’horreur du contenu de l’imitation venant souligner le pouvoir transfigurateur de l’art et le talent de l’artiste).

avec le soutien de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, de l’école doctorale 4 (Civilisations, cultures, littératures et sociétés), de l’Unité de recherche 1496 (ELCI) et de l’Université Franco Italienne (UFI).

Date de parution : 28/04/2022

Source


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search