Conférence : Francesco Caglioti, « L’exposition Donatello à Florence », Paris, Auditorium du Louvre, 25 mai 2022, 12h30

L’exposition Donatello, la Renaissance actuellement en cours à Florence (Palazzo Strozzi et musée National du Bargello) vise à représenter la centralité absolue de Donatello (v. 1386 – 1466) dans l’histoire de la Renaissance italienne (15e et 16e siècles), mais aussi son rôle révolutionnaire dans l’histoire de l’art européen. Sculpteur au talent sans bornes, et versé dans toutes les matières et techniques, Donatello sentit dès son plus jeune âge les limites représentatives, expressives et narratives de la sculpture par rapport à la peinture. Depuis lors et  jusqu’à sa mort, tout au long d’une carrière qui a duré au moins soixante années ininterrompues et qui a été pleine d’œuvres dans les genres et les formats les plus divers, il s’est efforcé avec succès d’inventer des façons toujours nouvelles et surprenantes de donner du mouvement aux personnages et aux histoires, en repensant radicalement la relation physique – et parfois même temporelle – entre les œuvres, l’espace réel et le public. Ces inventions, souvent trop en avance sur leur époque, n’ont pas été bien exploitées par ses innombrables élèves et admirateurs contemporains, qui s’arrêtaient le plus souvent à la surface de ses nouveautés (le retour à l’antique, l’habileté dans la perspective), ou à cause de l’incapacité à les comprendre, ou à cause de la difficulté de les traduire dans le médium difficile de la sculpture. Significativement, ce sont certains peintres, de Masaccio à Andrea del Castagno et Mantegna, qui ont le mieux profité de la leçon de Donatello au 15e siècle. Plus important encore, ces enseignements ont trouvé leurs disciples les plus intelligents – peintres et sculpteurs – dans la Renaissance mature, de Verrocchio à Léonard, de Michel-Ange à Raphaël, de Rosso Fiorentino à Pontormo et au-delà. Pour cette raison, l’exposition de Florence, riche comme jamais des chefs-d’œuvre de la main de Donatello (une cinquantaine), les insère dans une histoire d’environ deux siècles, jusqu’au début du 17e siècle, faisant dialoguer sans relâche le maître avec ses imitateurs de nombreuses générations à travers comparaisons directes entre sculptures, peintures et dessins.

Né en 1964,  Francesco Caglioti est diplômé en histoire de l’art à l’université « Federico II » de Naples (1987) et a obtenu un doctorat en histoire de l’art à la Scuola Normale Superiore de Pise (1993), où il a été aussi chercheur en histoire de la critique d’art à partir de 1994. Il a ensuite été professeur associé puis professeur ordinaire d’histoire de l’art moderne à l’université « Federico II » de Naples (respectivement depuis 2001 et depuis 2006). Depuis 2019, il est professeur d’histoire de l’art médiéval à la Scuola Normale Superiore de Pise, où il est coordinateur du doctorat en histoire de l’art. Ses recherches et ses nombreuses publications concernent en particulier la fin du Moyen Âge et la Renaissance italienne dans leurs centres principaux (Florence, Sienne, Lucques, Bologne, Milan, Padoue, Venise, Rome, Naples, Messine, Palerme), avec une attention particulière portée à la sculpture monumentale. En 2019, avec son collègue Andrea De Marchi, il a organisé l’exposition Verrocchio, le maître de Léonard pour le Palazzo Strozzi et le musée National du Bargello à Florence. Il est le commissaire de l’exposition Donatello, la Renaissance présentée actuellement dans les deux mêmes lieux.

Source



Citer ce billet
celialocufier (2022, 15 mai). Conférence : Francesco Caglioti, « L’exposition Donatello à Florence », Paris, Auditorium du Louvre, 25 mai 2022, 12h30. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://char.hypotheses.org/25346

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search