Séminaire de recherche 2012-2013 – Philippe Morel

 VOIR L’AU-DELÀ. APPARITION MIRACULEUSE, VISION CÉLESTE ET CONTEMPLATION INTÉRIEURE DANS L’ART ITALIEN DE LA RENAISSANCE

master 1-2 et doctorat, ouvert au public

mercredi 18h-20h, INHA, salle Jullian

–       30 janvier: Ph. Morel, Présentation de la thématique, synthèse des séminaires de 2011et 2012

–       13 février : Ralph Dekoninck, La représentation comme présence réelle. La vision de saint Thomas d’Aquin entre théorie et peinture

–       27 février : Sylvie Barnay, Mantegna et Sarkis. Deux rhétoriques de la vision

–       13 mars : Ph. Morel, La vision de saint Augustin par Carpaccio : lumière et élévation spirituelle

–       27 mars : Ph. Morel, Vision et contemplation intérieure dans la peinture flamande du XVe siècle

–       10 avril : Ph. Morel, La vision de saint Bernard : réflexions sur les degrés de l’expérience visionnaire

Le séminaire de recherche sur l’expérience visionnaire dans la peinture italienne de la Renaissance correspond à la troisième et dernière année d’un cycle thématique sur la peinture de la Renaissance (qui fait suite à ceux consacrés à « l’astrologie et la magie », et à « l’inspiration dionysiaque et l’imaginaire du vin »). Le propos est de s’interroger sur la façon qu’ont eue les peintres de l’époque de traiter la question de la vision céleste et de l’extase religieuse, en mettant à jour, prolongeant et élargissant une réflexion lancée, il y a déjà longtemps, par Daniel Arasse dans une étude consacrée à quelques tableaux de Raphaël. Il s’agit d’abord de rassembler et de confronter le faisceau de problématiques et les différentes interprétations inspirées par ces sujets (manifestation d’une réalité cachée, contemplation de ce qui est naturellement invisible, révélation d’un mystère de la foi) afin de créer les conditions d’une réflexion approfondie sur la fonction épiphanique de la peinture à la Renaissance, en tentant de faire la part des pratiques de méditation, des enjeux théologiques et des enjeux esthétiques. Certains thèmes iconographiques se prêtent naturellement à ce type de réflexion, au premier rang desquels la conversion de saint Paul et la vision de la Vierge par saint Bernard, ainsi que les visions de sainte Cécile, de sainte Catherine d’Alexandrie, de saint Jean à Patmos et à Ephèse, les songes vétéro-testamentaires comme celui de Jacob, etc., autant de sujets qui posent des problèmes spécifiques tout en partageant des questions communes, relatives aux capacités de la peinture de la période à faire voir la vision en acte et à faire comprendre les ressorts de cette expérience exceptionnelle, ainsi qu’à la place du spectateur face à cette dernière.

En 2011, les séances ont porté sur la Vision de saint Bernard de Filippino Lippi, l’Extase de saint François de Giovanni Bellini, la Transfiguration de Raphaël, le thème de la Messe de saint Grégoire, le cycle de Fra Angelico à San Marco et l’œuvre de Tintoretto ; en 2012 il a été question d’autres œuvres majeures de Raphaël, de Fra Bartolomeo, de la vision de saint Jérôme au Quattrocento et de la thématique visionnaire dans la peinture espagnole à partir de l’ouvrage de Victor Stoichita. En 2013 seront abordées les visions de saint Paul, de sainte Cécile, de saint Augustin et de saint Thomas d’Aquin, ainsi que le thème du Christ au Jardin des Oliviers. Le séminaire se conclura par un colloque international sur le sujet, qui aura lieu au début du mois de juin 2013.


Vous aimerez aussi...