Colloque : La cour se met au vert. Mises en valeur et usages politiques des campagnes entre Moyen Âge et Pré-Modernité, Villeneuve d’Ascq, Université de Lille, 15-17 septembre 2022

« Se mettre au vert ». Issue du langage courant, cette expression renvoie aujourd’hui à l’envie de s’éloigner d’un milieu urbain stressant, bruyant, parfois oppressant, voire rempli de miasmes, pour aller se reposer à la campagne, au plus près d’une nature paisible, profuse et saine, à proximité d’animaux évoluant dans leur milieu « naturel ». Eloigné de toute tentation anachronique, l’usage de cette locution dans le cadre des études curiales, a pour vocation d’inviter les chercheurs et chercheuses à se pencher, par le biais de l’interdisciplinarité, sur les multiples relations et interactions entretenues par le milieu aristocratique avec son environnement rural.

L’idée de ce colloque est née d’une volonté de synthétiser des informations éparses que nous souhaitons réinterroger sous l’angle de l’interdisciplinarité. Si les questions environnementales et écologiques font à l’heure actuelle l’objet d’une attention particulière en sciences humaines et sociales – au point de voir naître des humanités environnementales -, nous souhaitons les mettre en rapport avec l’histoire des cours et leur intégration dans les milieux naturels à la fin du Moyen Âge et durant la première modernité.Un rapide examen historiographique montre en effet que les recherches menées sur les sociétés curiales européennes se sont attachées à une très grande diversité de sujets parmi lesquels, les études d’individus, les représentations, les pratiques et même le château et son cadre de vie ont souvent laissé de côté, pour le moment, la question de l’environnement. Les cours sont pourtant productrices de transformations environnementales, si l’on veut bien songer aux activités cynégétiques constitutives de l’idéal nobiliaire, à l’élevage et aux multiples familiarités animalières propres aux jardins et aux divertissements de plein air. Les nombreuses constructions et leur approvisionnement en matières premières sont d’ailleurs autant de témoignages pour les chercheurs d’horizons divers d’une adaptation des Hommes à la nature, mais aussi de sa transformation. Si la présence curiale à la campagne varie d’une région à l’autre dans le cadre d’une Europe plus ou moins urbanisée, la relation au terroir se révèle riche d’enseignements tant sous l’angle strictement matériel de l’appropriation et de l’apprivoisement d’une nature de moins en moins hostile, que sous celui, plus culturel de la connaissance scientifique et des usages politiques du lieu.Première approche d’une vaste question qui n’entend pas séparer la nature de la culture, ce colloque invite les participants à comprendre les motivations des micro-sociétés dans ce contexte de « mise au vert ». Il conviendra ainsi de mesurer spatialement et chronologiquement l’impact des activités aristocratiques sur l’environnement et pour cela d’envisager les thématiques des innovations, des adaptations, des techniques, des moyens logistiques, économiques et financiers, sans manquer d’aborder l’environnement par la problématique du pouvoir et de sa représentation.

Lorsqu’une cour se met au vert, elle peut se déplacer, certes sur un trajet plus ou moins long, certes d’un endroit à un autre mais, pour ce groupe en constante itinérance, toujours avec ses codes et ses rites. Surgissent alors une série de questions. En changeant d’air et de décor, la cour modifie-t-elle pour autant ses pratiques et ses habitudes ? Concrètement, la vie quotidienne se trouve-t-elle transformée en termes de nourriture, de divertissement, d’habillement, etc.? Pour les aristocrates détenteurs d’une autorité et d’un pouvoir, la mise au vert est-elle synonyme de pause dans l’administration et la gestion d’un territoire et des Hommes qui y vivent ? Le milieu aristocratique n’est-il – par sa création et son utilisation de la nature -, qu’un agent perturbateur d’écosystèmes en marge de l’agrosystème ? Et comment évolue cette relation de la fin du Moyen Âge à l’époque moderne ?

Les questions sont légion et ce colloque envisage de les aborder par le biais de bilans (régionaux, locaux, princiers, chronologiques, etc.), mais aussi en saisissant les émergences, les évolutions et donc les innovations. Il appelle également à une large interdisciplinarité puisqu’il convie tout à la fois des chercheuses et chercheurs formés à l’Histoire, l’Histoire de l’Art, la Littérature et aux Sciences archéologiques.

Trois axes d’étude ont été retenus :

  • Axe 1 : Champs, jardins et animaux : les paysages de l’artifice curial
  • Axe 2. La campagne au rythme des technicités nouvelles
  • Axe 3. Le vert : la couleur du pouvoir

Axe 1 : Champs, jardins et animaux : les paysages de l’artifice curial

Ce premier axe questionne les différents visages du milieu rural dans lequel s’implante la cour lorsqu’elle sort de la ville. Si l’expression « se mettre au vert » traduit une volonté d’échapper au monde urbain et d’éviter les espaces saturés, elle amène surtout à s’interroger sur les paysages recherchés par le monde curial, tout autant que sur leurs transformations et leurs représentations. Trois pistes d’investigation peuvent être ici retenues :

  • Celle de paysages ruraux, éloignés de la résidence castrale, dont l’entretien relève de la gestion domaniale usuelle, comme les forêts, les eaux courantes et stagnantes, les espaces non labourés, etc. Ces éléments invitent à discuter l’empreinte environnementale. On pensera également aux pâturages, aux terres de fenaison nécessaires aux chevaux et aux animaux sauvages en captivité ou en semi-liberté, ou encore aux parcs à gibier.
  • Celle de paysages créés pour satisfaire les loisirs de la cour et les exigences de la sociabilité aristocratique. C’est ainsi que l’ars topiaria (art topiaire) se développe et produit des paysages harmonieux naturels et/ou organisés (jardins d’agrément, labyrinthes végétaux, cours d’eau, grottes, etc.) dans lesquels sont mis en scène des ouvrages à portée culturelle et allégorique (statues, éléments héraldiques, etc.). Dans cette optique, les sélections végétales deviennent importantes (fleurs, arbustes, fruitiers) et, aujourd’hui, les choix des plantes, leur disposition et leur rythme de floraison/germination peuvent être étudiés grâce aux sources didactiques et économiques, aux documents iconographiques et aux vestiges matériels (carporestes, palynorestes, etc.).
  • Celle des relations entre les personnes de cour et l’animal, qu’il soit à plumes ou à poils. Le loisir cynégétique (parcours équestres, calendriers, faune sauvage, etc.), les volières et autres ménageries font ainsi apparaître toute une dialectique sur les aménagements matériels, les traitements et les soins prodigués. Les plaisirs de bouche peuvent également être insérés dans cette thématique : même « au vert », la cour est friande de banquets et de mets pour lesquels l’animal est mis à contribution de diverses manières. Il faut donc investir les défens, les élevages, la pisciculture, les prélèvements seigneuriaux et les chasses utilitaires pour en comprendre le fonctionnement tout autant que les impacts sur les écosystèmes médiévaux.

Axe 2 : La campagne au rythme des technicités nouvelles

Il s’agit ici d’interroger le degré technique et l’aspect novateur des constructions et des aménagements curiaux à la campagne. L’objectif est de comprendre, entre autres, comment sont satisfaits les désirs d’esbattemens d’une cour qui se met au vert. Chasses, danses, tournois, jeux de paume, réceptions fastueuses, spectacles d’automates ou tout simplement retraites

reposantes, autant d’exigences qui impliquent des aménagements spécifiques. Au gré des édifications et des adaptations, l’intérieur et l’extérieur des résidences rurales des élites se dévoilent, sous la pierre, le métal, le bois, le verre et la terre cuite, comme des lieux d’expérimentation technique.

La construction et la décoration des pièces privées et d’apparat voient luxe et technique se côtoyer dans les arts figuratifs, le mobilier, la sculpture, les cheminées, le fenestrage, les huisseries, etc. Les résidences de détente sont aussi touchées par une vague horlogère qui, de fait, ne les laisse jamais hors du temps. Les gayoles et mesnageries offrent également à ces sites curiaux un côté naturel et quelque peu merveilleux. Leurs travaux de construction et d’entretien, ainsi que les offices créés pour s’en occuper, apparaissent dans les sources d’archives (lettres, comptabilités, etc.). Cette documentation textuelle et les documents iconographiques mettent également en lumière des constructions étonnantes liées aux plaisirs d’une cour qui s’évade : “palafittes”, galeries variées dont certaines sont mobiles, héronnières, garde-robes à deux étages, engins de levage de tonneaux de vins, etc.

Interroger la capacité d’une cour à innover implique également d’orienter la dialectique, d’une part, vers les savoir-faire portés par des artisans, des artistes et des ouvriers expérimentés et, de l’autre, vers les ressources financières et naturelles. De l’analyse des chantiers et des travaux d’édification, la réflexion peut alors se porter sur celle des aménagements et utilisations du paysage et du territoire. Apparaissent alors de nombreuses questions liées à la microtopographie, questions dans lesquelles prennent tout autant place les thématiques de l’acheminement de l’eau et de matières premières, que celles de la culture d’espèces végétales à des fins alimentaires et décoratives. C’est ici tout un écosystème qui doit donc être interrogé, tant dans la manipulation de plantes domestiquées (introductions, sélections, greffes, marcottages, etc.) que d’une nature plus sauvage.

L’étude des technicités nouvelles ne doit pour autant pas masquer les multiples contraintes que sous-entendent les préoccupations curiales en matière de résidence, de défense et de paraître. Si la recherche de confort peut être démontrée par de multiples adaptations, par exemple dans le domaine du chauffage, le ressenti quotidien et saisonnier montre des limites récurrentes. Il en est de même pour les siècles d’épidémie pesteuse et de guerres qui obèrent – mais jusqu’à quel point et de quelle manière ? –, les désirs d’évasion de la société de cour.

Axe 3 : Le vert, la couleur du pouvoir

Des grands tournois du XIIe siècle que se livraient d’un bois à l’autre les meilleurs chevaliers du temps dans le but de s’exercer et de se faire remarquer, jusqu’à l’étalage d’un luxe tapageur à l’occasion du Camp du Drap d’Or en 1520, les actions politiques et diplomatiques n’ont pas manqué de profiter d’un cadre « moins officiel » pour faire aboutir de grands projets. Que la forêt, le jardin aménagé, le parc à gibiers deviennent le temps d’une entrevue les lieux d’importantes négociations n’a rien d’étonnant. Et pourtant, les quelques mentions qui sont réservées à l’expression de ces rencontres au sommet ou de ces échanges secrets ne sont abordées que pour la précision de localisation qu’elles apportent et non pour le contexte plus ou moins favorable qu’ils offrent au bon déroulement des projets discutés. En d’autres mots, une partie de chasse réussie contribuerait-elle à placer dans de meilleures dispositions les décideurs conviés ? Une fête de campagne serait-elle une occasion de détente appréciée pour favoriser les engagements et les promesses ? Sans aucun doute, mais alors que les études sur l’alimentation et le banquet ont par exemple largement exploité cette interaction des sens et de la raison, peu de travaux s’attachent aux lieux des discussions, envisagés dans leurs caractéristiques propres, et au vecteur d’influence que peut constituer un espace « naturel » intégré dans le jeu des civilités. Les mentions ne manquent pourtant pas et il conviendra de

retenir celles-ci pour ce qu’elles disent de ces échanges, et non plus seulement pour le repère géographique qu’elles constituent.Par ailleurs, dans cet art du spectacle qu’est aussi l’art du pouvoir, la mise en scène de l’espace naturel in situ ou via le filtre de la pérennisation mémorielle qu’offrent la littérature et les images, ouvre la porte aux interrogations liées aux comportements, à la communication symbolique, aux rituels qui nourrissent la compétition politique et façonnent des réputations. Paraître c’est bien sûr afficher un rang, une dignité, une supériorité qu’elle soit d’ordre quantitatif, qualitatif ou éthique. Les codes existent, sont parfaitement connus, mais le rituel doit aussi sa richesse à son équivocité. Dans ce cas, la « nature » peut-elle également apparaître comme le cadre d’une dérive ? d’un changement de ton ? un espace dont l’ambigüité des signes et la sauvagerie des éléments fait renouer avec les légendes arthuriennes de « chasses au blanc cerf », et de rencontres avec les être « faés » ? Un lieu de tous les possibles qu’il s’agisse de pression politique ou de jeux de séduction, comme en 1515 lorsqu’Henri VIII, à proximité de la forêt de Greenwich, cerné par les « hommes de Robin des Bois » demande à la reine et à ses dames si elles veulent bien le suivre au cœur des bois, dans ce repère de hors-la-loi ? Cette lecture d’anthropologie culturelle offrira un dernier point d’observation pour ce colloque dédié à un espace saisi dans ses plus concrètes matérialités comme dans sa symbolique la plus disparate.

Programme :

Jeudi 15 septembre 2022

Villeneuve d’Ascq

13h30  Accueil

13h45  Mot d’accueil Charles MÉRIAUX, IRHiS, ULille

14h00  Introduction

  • Élodie LECUPPRE-DESJARDIN, IRHiS, ULille
  • Mathieu VIVAS, IRHiS, ULille
  • François DUCEPPE-LAMARRE, affilié IRHiS

14h30 Champs, jardins et animaux : Les paysages de l’artifice curial

Président de séance Adrien BAYARD CREHS, UArtois

  • Marie CASSET, UBretagne-Sud Lorient, Les élites de la France de l’Ouest « au vert, dans les vergers »
  • Jérôme BURIDANT et al, UPicardie Jules Verne, Le domaine de Villers-Cotterêt, structuration d’un espace de chasse (xiiie-xvie s.)
  • Gilles DOCQUIER, Musée de Mariemont, Pour le singulier plaisir et délectation de la reine Marie. Les résidences de Binche et Mariemont de Marie de Hongrie au milieu du xvie siècle
  • 15h45 Discussion

16h15 Pause

16h45 Président de séance Étienne HAMON, IRHiS, ULille

  • Auderic MARET, EHESS, René d’Anjou et sa cour au château de Gardanne dans les années 1470 : entre lieu de villégiature et lieu de retraite
  • Jean-David DESFORGES, SAI Yveline-Hauts-de-Seine, Nicolas GIRAULT, SRA Île de France Eau quotidienne et « belles eaux », un regard archéologique et historique sur les usages de l’eau dans les campagnes de Saint-Cloud entre le xive et le xviie siècle
  • Claire PICHARD, SRA Hauts-de-France, Jérôme BURIDANT, UPicardie Jules Verne, Des connils à la cour : les garennes royales de Compiègne

18h00 Discussion

18h30 Fin de la première journée du colloque

Vendredi 16 septembre

8h45  Départ de l’Université de Lille site du Pont-de-Bois

10h15 Accueil

  • Jean-Marie DUHAMEL, Conseil départemental du Nord
  • Alexandre VITEL, Abbaye de Vaucelles

10h30 Le vert : la couleur du pouvoir

Président de séance Thomas BYHET, SRA Hauts-de-France, afilié IRHiS

  • José Éloy HORTAL, Universidad Rey Juan Carlos, Madrid, Designing Courtly Landscape, Engineering Royal Geographies: Court Space and Rural Societies in Western Europe from the Middle Ages to Early Modern Times
  • Paula ALMEIDA, UPorto, « Cours réelles », « cours idéales » : usages politiques et culturels de la campagne au Portugal dans la première modernité
  • Gijs VERSTEEGEN, Universidad Rey Juan Carlos, Madrid, A useful Exercise for Body and Soul: Working in Gardens and on the Countryside in Spanish Modern Treatises

11h45 Discussion

12h15 Déjeuner

14h00 Président de séance Jean-Marie DUHAMEL Conseil départemental du Nord

  • Corinne et Patrice BECK, ArScAn, Nanterre, Quand Marguerite de Flandre et Philippe le Hardi ‘se mettent au vert’ : genres de plaisirs et plaisirs genrés (duché de Bourgogne – seconde moitié du xive siècle)
  • Éloïse ADDE, UCEU, Vienne, Bon chasseur et mauvais roi ? La mise au vert du souverain dans le discours politique en Bohême (fin xiiie-xive s.)
  • Victorien LEMAN, Chercheur indépendant Nature et mimétisme curial : l’exemple de Jean V de Créquy, chambellan du duc de Bourgogne, au milieu du xve siècle

15h15Discussion

15h45  Pause

16h15 Président de séance Matthieu MARCHAL

  • ALITHILA, ULille,Charlotte GUIOT, UGrenoble Alpes, « La droite flour de la pastourrie ». La cour dans la littérature pastorale
  • Julia ROUMIER, UBordeaux Montaigne, Verdure, nature et pouvoir en Castille au xve siècle
  • Élodie LECUPPRE-DESJARDIN, IRHiS, ULille, Se mettre au vert sans échapper au temps. Le prince, maître des horloges
  • 17h30 Discussion

18h00 Fin de la deuxième journée du colloque

Retour à l’Université de Lille, site du Pont-de-Bois

Samedi 17 septembre 2022

Villeneuve d’Ascq

8h30 Accueil

9h30 La campagne au rythme. Des technicités nouvelles

Président de séance François DUCEPPE-LAMARE affilié IRHiS

  • Nicolas PROUTEAU, UPoitiers, Havre de paix ou palais en miniature ? La Salle-le-Roi à Cayola (Vendée), étude inédite d’un logis et parc de chasse du xiie au xve siècle
  • Jean-Baptiste SANTAMARIA, IRHiS, ULille, Mathieur VIVAS, IRHiS, ULille, Hesdin : un château de campagne ?
  • Marie-Ange CAUSARANO, UPadoue, Du château à la résidence de campagne : nouveaux types de bâtiments seigneuriaux dans la campagne florentine au xive siècle

10h15 Discussion

10h45 Pause

11h15 Président de séance Marjorie MEISS IRHiS, ULille

  • Scott MILLER, MET, New York, Analyse du cycle de la tapisserie de la chasse à la licorne
  • François DUCEPPE-LAMARRE, Affilié IRHiS, Le « quadrilogue inventif» d’une résidence rurale : Hesdin et ses innovations singulières autour de l’animal (xiiie-xve s.)
  • Isabelle PARESYS, IRHiS, ULille, Jérémy CUNDEKOVIC, IRHiS, ULille-CNRS, À la campagne ou en campagne ? Le Camp du drap d’or de 1520
  • 12h30 Discussion

13h00 Fin du colloque

Informations pratiques :

  • Bâtiment A, niveau forum, Salle de séminaire A1.152 – Université de Lille – Site du Pont-de-Bois
    Villeneuve-d’Ascq, France (59)
  • Salle de réunion – Abbaye de Vaucelles
    Les Rues-des-Vignes, France (59)

15-16-17 septembre 2022

Source



Citer ce billet
Fiammetta Campagnoli (2022, 13 août). Colloque : La cour se met au vert. Mises en valeur et usages politiques des campagnes entre Moyen Âge et Pré-Modernité, Villeneuve d’Ascq, Université de Lille, 15-17 septembre 2022. Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/moyg

Fiammetta Campagnoli

Fiammetta Campagnoli est doctorante en histoire de l'art moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches se concentrent sur la perception et sur la réception de la spatialité de l’image mariale au XVe et au XVIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search